1 million d’euros pour la retraite. Un rêve inaccessible ?

Une villa sur la côte d’Azur, un petit château en campagne, un grand voilier tout confort ou de nombreux voyages dans le monde. Voilà une liste non exhaustive de projets de rêve pour votre retraite. Encore faut-il en avoir les moyens. Dans cet article, nous envisageons chiffres à l’appui une méthode pour parvenir à capitaliser 1 million d’euros pour la retraite sans nécessairement avoir des revenus du travail très conséquents.

Un calcul réaliste à l’appui.

À long terme, certaines classes d’actifs telles que les actions doivent être privilégiées.

Comme nous le mentionnons sur la page bourse, le CAC 40 a réalisé une performance moyenne annuelle de 8,5% depuis sa création en 1987. De l’autre côté de l’Atlantique, le S&P 500 ou le Nasdaq, deux indices phares, n’ont pas à rougir : + 130% en 5 ans pour le Nasdaq regroupant les entreprises technologiques (Google, Apple, Facebook, Amazon…)  À l’aube de ce nouveau siècle, la croissance économique mondiale est désormais tirée par les pays émergents. Une solution simple pour profiter de la croissance mondiale dans son ensemble serait de souscrire un produit reproduisant le marché actions mondial, tel que le tracker MSCI World Growth. Sa performance annuelle moyenne, depuis 1974, est de plus de 10%.

Quel effort d’épargne mensuel ?

Dans le titre de cet article, nous parlons de salaire moyen. Le revenu moyen disponible des ménages français s’établit à 36 000 €. L’effort d’épargne que nous proposons dans notre modèle doit donc tenir compte de ce chiffre. Nous avons 3 variables à disposition pour parvenir à un capital de 1 million d’euros à votre retraite :

  • le rendement de votre épargne,
  • l’effort d’épargne mensuel,
  • la durée de cet effort.

Pour ce qui est du rendement de votre épargne, nous allons reprendre la tendance du CAC 40 et du S&P 500 à long terme : 8,5%. Concernant l’effort d’épargne, nous allons prendre un chiffre rond : 450 € par mois, soit un taux d’épargne de 15% pour un ménage moyen, ce chiffre correspond justement au taux d’épargne moyen des Français.

En plaçant 450 € par mois avec un rendement équivalent à celui des marchés sur le long terme (8,5%), votre capital sera de 1,283 millions d’euros dans 37 années. Et la fiscalité me demanderez-vous ?

Optimiser la fiscalité de ses placements à long terme.

Optimiser la fiscalité et l’effet boule de neige des intérêts composés est nécessaire. L’enveloppe fiscale du PEA permet de pleinement réinvestir les plus-values et dividendes de vos placements tout au long de la vie de l’enveloppe. Le plafond des versements sur PEA est de 150 000 €, et celui du PEA-PME est de 75 000 €. En épargnant 450 € par mois, il vous faudra plus de 41 années pour atteindre ces deux plafonds de versements, étant donné que votre capital devrait dépasser le million vers la 37ème année, pas de soucis de ce côté là. Notez qu’un couple peut détenir 2 PEA (un par personne).

Au bout de 37 années, vous pourrez sortir l’argent de vos enveloppes (PEA et PEA-PME). Le taux des prélèvements sociaux est récemment passé à 17,2%, ce sont les taxes dont vous aurez à vous acquitter sur les plus-values générées par l’enveloppe du PEA (après 8 ans). Sur les 1,283 millions d’euros capitalisés en 37 années, environ 1,083 million d’euros seront des plus-values et dividendes taxables à la sortie de l’enveloppe. En appliquant le taux de 17,2%, vous aurez donc 186 k€ de prélèvements sociaux. Il vous restera 1,096 millions d’euros net après impôts. Notez que vous pourrez tout à faire garder votre PEA après avoir dépassé le million d’euros et effectué des retraits partiels au gré de vos envies.

L’assurance-vie est également une solution intéressante.

Sachez que l’assurance-vie est également un support envisageable pour mettre en œuvre cette stratégie d’épargne. Vous aurez en plus l’avantage de pouvoir à tout moment basculer votre épargne vers des placements sécurisés, sans risque de perte de capital (fonds €). En arrivant à l’âge de la retraite, vous aurez peut-être à souhait d’avoir des revenus réguliers. L’assurance-vie vous permettra de basculer, au sein de l’enveloppe, vos placements en bourse vers des fonds € ou des SCPI (la « pierre-papier »). La diversification est importante. Une telle flexibilité est possible et c’est pour cela qu’il est important de bien choisir son assurance-vie.

Concrètement, ce qu’il faut faire dès maintenant.

Ouvrir dès maintenant un PEA et/ou une assurance-vie avec un large choix d’ETF (trackers « paniers d’actions »), puis investir une première mensualité sur un tracker de référence, tel que le MSCI World Index. Répétez mécaniquement l’opération chaque mois. Pourquoi faire plus compliqué ? Il suffit de surfer sur la croissance mondiale. À long terme, on peut penser que les entreprises technologiques vont continuer à être un moteur important de la croissance mondiale. Il pourrait donc être intéressant d’exposer une partie de son portefeuille à ces valeurs. Des trackers concentrés sur les valeurs technologiques existent. Cela ne vous empêche pas de diversifier sur assurance-vie et de conserver une épargne de précaution sur livret A.

Certains argueront que la bourse est chère en ce moment. L’évolution des marchés est imprévisible et ceux qui ont estimé les marchés trop hauts il y a quelques années ont raté des années de hausse. Par ailleurs, si vous investissez mécaniquement chaque mois, à long terme, vous profiterez autant des phases de marchés sous-valorisés et sur-valorisés. Ainsi, cela gommera naturellement les excès des marchés.

Une autre piste d’investissement pour profiter des marchés actions à long terme. Pourquoi ne pas investir au côté du meilleur investisseur du siècle ? Je pense naturellement à la Berkshire Hathaway. Le conglomérat est toujours géré par son fondateur, Warren Buffett, l’homme qui ridiculise le S&P 500 depuis 50 ans. Parti de quelques dollars en poche, il a tiré parti du dynamisme des marchés actions et de l’effet boule de neige pour devenir multi-milliardaire. Nul doute que les méthodes qui font le succès de cette compagnie mythique survivront à son fondateur.

Il reste une question en suspend. Qu’allez-vous faire avec un million d’euros ? Je vous laisse le soin d’y répondre…


Vous avez aimé cette page ?
Partagez-la sur les réseaux sociaux ou par e-mail !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *