Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Comment investir dans l’immobilier ? Guide 2020

Investissement immobilier

Tout sur l’immobilier ! Les sommes en jeu sont conséquentes, il ne faut pas se louper. Notre discours n’est pas forcément « mainstream », mais il est objectif et vous aurez une bonne vision d’ensemble. Quels que soient vos moyens (financiers mais aussi en termes de compétences et de temps disponible) et selon vos goûts et objectifs, vous saurez comment vous pouvez investir dans l’immobilier. Et vous aurez les bases pour ensuite dévorer les meilleurs livres sur l’investissement immobilier.

SOMMAIRE


L’immobilier est l’un des rares actifs que l’on peut acquérir à crédit, et là réside son principal intérêt. Car pour construire et développer son patrimoine, il faut optimiser les deux leviers : la capacité d’épargne (pour investir en assurance vie et en bourse notamment) et la capacité d’endettement (pour l’investissement immobilier). Ainsi, quand on a peu de capacité d’épargne, l’achat de la résidence principale est bien souvent le seul moyen de se constituer un patrimoine. Mais il y a bien d’autres solutions d’investissement immobilier que nous allons comparer : avec levier du crédit ou non, en gestion active (immobilier locatif classique) ou passive (pierre-papier), immobilier d’entreprise ou résidentiel.

Les Français qui souhaitent investir dans l’immobilier pensent généralement à l’investissement locatif classique « en dur ». Mais il y a d’autres solutions pour investir dans l’immobilier, à commencer par la « pierre-papier » : les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier pour devenir propriétaire associé d’un parc immobilier et recevoir des loyers), le crowdfunding (financement participatif de projets immobiliers) et les SIIC (les Sociétés d’Investissement Immobilier Cotées).

Toutes les solutions pour investir en immobilier

Nous comparons dans ce tableau les différentes solutions pour investir dans l’immobilier. Ainsi, vous aurez une vision complète de l’immobilier et tous les critères à évaluer pour investir. Dans la suite de l’article, nous développons en détail chaque solution d’investissement.

Résidence principale
- Résidence secondaire
Investissement locatif classique SCPI Crowdfunding SIIC et REIT
Votre statut Propriétaire Propriétaire bailleur Propriétaire associé Créancier Actionnaire
Ticket d'entrée (minimum pour investir) > 50 000 € > 50 000 € 500 € 1 000 € 100 €
Frais d'entrée Frais de notaire : 7-8%
(neuf = 2-3%)
Frais de notaire : 7-8%
(neuf = 2-3%)
Frais d'acquisition : de 5 à 9% 0 frais Coût d'ordre : 0,1 %
Levier du crédit Non (hormis crédit à la consommation) Non (hormis crédit à la consommation)
Fiscalité Pas d'impôts sur les loyers "implicites"
(Et taxe habitation majorée jusqu'à 60% pour les résidences secondaires)
Plusieurs régimes disponibles (nu, LMNP, Pinel, Denormandie, etc). En nom propre ou via SCI. La location saisonnière. - Fisca de l'assurance-vie
OU
- Fisca des revenus fonciers si achat en direct
Fisca des obligations : flat tax 30 % Fisca du compte-titres (CTO) : flat tax 30 %
Liquidité Plusieurs mois pour vendre (trouver un acheteur + signature notaire) Plusieurs mois pour vendre (trouver un acheteur + signature notaire)
- En assurance-vie = excellente (1 clic)
- En direct = bonne
À l'issue du projet immobilier (remboursement à la fin du chantier qui dure généralement 2 ans) Excellente : vente en 1 clic
Rendement - Résidence principale : économie de loyer
- Résidence secondaire : achat plaisir ou rentabilisation possible en location saisonnière ?
Très aléatoire selon le bien : de 1% à 10% net Environ 4% net (loyers) Environ 6% net (intérêts) Environ 4% net (dividendes)
Risques encourus Risque du marché (moins-value)
- Risque du marché (moins-value)
- Dégradation du bien
- Non paiement des loyers
- Vacance locative
- Aucune diversification
Risque du marché (moins-value) Risque de défaut de paiement du promoteur immobilier Risque du marché (moins-value)
Diversification - Résidence principale : impossible
- Résidence secondaire : possible mais budget important
Difficile : budget important (et on devient bailleur à temps plein lorsque l'on a plusieurs appartement à gérer) Très facile : petits investissements et achat en quelques clics Très facile : petits investissements et achat en quelques clics Très facile : petits investissements et achat en quelques clics
Implication de gestion Entretien et travaux
- Gestion locative (visites, assemblées générales...)
- Déclaration fiscale
- Entretien et travaux...
Déclaration fiscale des loyers Déclaration fiscale des intérêts Déclaration fiscale des dividendes
Informations supplémentaires -En savoir plus sur la résidence principale
-En savoir plus sur la résidence secondaire
-En savoir plus sur l'investissement locatif
-Les meilleurs livres sur l'investissement immobilier
En savoir plus sur les SCPI En savoir plus sur le crowdfunding -En savoir plus sur les SIIC
-En savoir plus sur les REITS

On distingue 3 grandes familles d’investissement immobilier :

  • l’immobilier de jouissance : résidence principale et résidence secondaire ;
  • l’immobilier locatif classique : devenez bailleur en location nue (régime par défaut) ou meublée (LMNP), en immobilier défiscalisant dans l’ancien (Denormandie) ou le neuf (Pinel) ;
  • l’immobilier pierre-papier : déléguez la gestion grâce aux SCPI, crowdfunding immobilier et SIIC. Idéal pour diversifier et obtenir des revenus sans gérer personnellement.

Investir dans l’immobilier locatif classique

Quand on investit dans l’immobilier locatif traditionnel, on devient bailleur avec les responsabilités qui en découlent vis à vis des locataires. Et des droits et des devoirs vous incombent vis à vis de la loi. Il faut investir davantage ET s’investir personnellement. Ainsi, vous êtes responsable des achats de vos biens immobiliers, de la gestion locative (visites, états des lieux, régularisations de charges, assemblées générales, etc.), des déclarations fiscales, de l’entretien et des travaux. Et le risque (dégradations, loyers impayés, vacances locatives, baisse du marché local) est très concentré par rapport à la pierre-papier, sauf à être suffisamment aisé pour diversifier sur plusieurs immeubles.

Le champ des possibles est vaste : location nue ou meublée ? Défiscaliser ou non ? Via une société (SCI) ou en nom propre ? Il faut bien se renseigner pour réaliser le meilleur montage, le plus adapté à votre situation, car l’optimisation fiscale est déterminante pour bien rentabiliser votre investissement immobilier.

Location nue ou meublée ?

Par défaut si on ne choisit aucun dispositif fiscal, on fait de la location nue. Dans ce cas, sauf en déficit foncier, la fiscalité sera lourde. Fiscalement, on est imposé sur une assiette de 70 % des revenus fonciers (car abattement forfaitaire de 30 %), ou au choix sur une assiette des revenus fonciers diminuée des frais réels. Et votre taux d’imposition peut monter jusqu’à 45 % de cette assiette, selon votre tranche marginale d’imposition (TMI). Sans compter les 17,2 % de prélèvements sociaux à ajouter. Finalement, l’investissement locatif « par défaut » est très imposé en France, au point d’arriver à un rendement net proche de 0 % à moins d’optimiser fiscalement.

La location meublée (statut LMNP) pour effacer l’impôt sur les revenus locatifs

Le régime fiscal de la location meublée est généralement plus intéressant. Il s’agit de la niche fiscale de la location meublée non professionnelle (LMNP). Dans ce cas, les revenus locatifs sont considérés comme des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) avec une imposition plus douce que celle des revenus fonciers de la location nue. Fiscalement, on peut choisir l’abattement forfaitaire (pour être taxé sur une assiette de 50 % des revenus locatifs) ou les frais réels (et généralement obtenir une assiette taxable de 0 € en comptant l’amortissement !)

En pratique, la location meublée sera bien adaptée aux studios et T2 dans les grandes villes pour louer à des étudiants et jeunes actifs. En contrepartie il faut meubler l’appartement, mais le loyer sera un peu supérieur à la location nue (et la fiscalité plus clémente). De plus, la gestion est plus souple : bail d’un an en location meublée contre 3 ans en location nue.

Bien investir avec du meublé LMNP clé en main ?

Nous ne parlons pas de LMNP géré en résidence de services pour les étudiants, les vacances, ou les personnes âgées. Trop risqué, car le bail est garanti généralement 9 ans par un gestionnaire, mais ensuite le gestionnaire peut exiger des travaux ou une baisse du loyer. En revanche, une société spécialisée dans l’investissement locatif clé en main peut apporter du confort et une réelle valeur ajoutée.

Ainsi, nous avons découvert Immocitiz, une société créée en 2012 qui propose aux investisseurs immobiliers de chercher un appartement décoté avec travaux afin de réaliser une bonne affaire (rendement généralement supérieur à 6 % net). Pour bien louer et avec de bonnes perspectives de plus-value, Immocitiz propose des biens dans des villes dynamiques à bon potentiel en Île-de-France, à Lille, Bordeaux, Rouen, Caen. En pratique, pour 7,7 % de frais, Immocitiz regroupe toutes les compétences pour réaliser de A à Z un projet locatif rentable :

  • chasseur d’appartement à bon rendement (car travaux à réaliser et négociation) selon votre cahier des charges ;
  • architecte pour réorganiser l’espace et optimiser la surface du bien choisi (pour louer au meilleur prix et donner le meilleur potentiel pour la revente éventuelle) ;
  • assistant à maîtrise d’ouvrage : pour les travaux, Immocitiz dispose de ses propres artisans dans plusieurs corps de métier (donc maitrise du calendrier, du budget et de la qualité du chantier) ;
  • décorateur d’intérieur pour meubler avec du mobilier et des décorations à bon rapport qualité / prix (et pour plaire au maximum de locataires) ;
  • gestionnaire locatif pour confier la mise en location et la gestion locative du bien (si l’investisseur souhaite aussi confier cette mission après l’achat).

Finalement, cette solution en locatif meublé clé en main permet aux investisseurs immobiliers de gagner du temps et d’obtenir une meilleure rentabilité en déléguant le projet à des spécialistes de l’investissement locatif. Vous pouvez voir des exemples concrets d’investissements réalisés sur le site Immocitiz.

Investissement immobilier locatif meublé Immocitiz

Défiscaliser dans l’immobilier ?

Pour défiscaliser, beaucoup d’investisseurs se ruent vers le Pinel, qui concerne l’immobilier neuf. Mais ce n’est pas forcément plus intéressant qu’un bon investissement immobilier non défiscalisant. D’ailleurs, le LMNP est aussi une forme d’optimisation fiscale ! Donc il faut calculer au cas par cas et garder à l’esprit que l’on achète un bien immobilier et non un vulgaire produit de défiscalisation. Car la rentabilité de l’investissement immobilier dépend de plusieurs facteurs et pas uniquement de la défiscalisation, notamment : le prix d’achat, les loyers perçus, l’imposition des loyers, le prix de vente, la défiscalisation. Nous expliquons tout dans notre dossier complet sur le Pinel avec un cas pratique.

Dans l’ancien, le dispositif Denormandie permet également de défiscaliser. Avec un prix d’achat plus bas (car prix de l’ancien et non du neuf), ce peut être plus rentable que le Pinel. Pour avoir un tour d’horizon complet, nous vous invitons à lire notre comparatif de 8 défiscalisations immobilières.

Pour chercher un bon investissement en Pinel, Denormandie ou autre dispositif, nous avons trouvé le site Kize pratique. En effet, il centralise des milliers de biens immobiliers et permet de filtrer les biens les plus adaptés à nos souhaits, tout en étant indépendant (sans le biais du commercial).

défiscalisation immo

Réussir dans l’immobilier locatif.

Devenir bailleur, c’est un peu devenir chef d’entreprise. Il faut avoir le même état d’esprit d’entrepreneur. Pour réussir son investissement locatif, il faut s’impliquer pour trouver le bon bien, avec un bon rendement et de bonnes perspectives. Et il faut optimiser fiscalement et ne pas se contenter d’une location nue si on peut choisir un meilleur régime bien plus rentable : location nue ou meublée (LMNP), location longue durée ou saisonnière (Abritel), en nom propre ou en SCI, pourquoi pas défiscaliser dans l’ancien en Denormandie ou dans le neuf en Pinel. On explique en détail dans cet article comment réussir son investissement en immobilier locatif : choisir le bien, calculer le rendement, optimiser la fiscalité, optimiser le financement (crédit immobilier), etc.

En bref, l’immobilier locatif traditionnel n’est pas magique, pour obtenir un bon rendement il faut s’investir et courir quelques risques (dégradations du bien, loyers impayés, baisse du marché immobilier, etc.) Et il faut du temps et des compétences (gestion, fiscalité, droit, bricolage) pour faire de bons investissements. Attention si on prend du locatif packagé via gestionnaire (comme les résidences de services sénior, étudiantes ou vacances en LMNP via un gestionnaire plutôt que du LMNP géré soi-même), alors on risque de grosses déconvenues car le bail commercial dure quelques années et ensuite on se retrouve pieds et mains liés au gestionnaire.

Note de Nicolas : même si ce n’est pas « sexy », nous vous invitons à sérieusement vous pencher sur l’optimisation fiscale de vos investissements immobiliers. En effet, la rentabilité de votre investissement peut varier du simple au double selon le régime fiscal choisi. Et choisir le bon montage (location nue, LMNP, Pinel, Denormandie, etc.) peut faire toute la différence entre un bon investissement et un mauvais investissement ! Donc il faut simuler et ne pas hésiter à solliciter les services d’un bon conseiller en gestion de patrimoine (un CGP objectif qui n’orientera pas systématiquement vers le Pinel, mais fera différentes simulations pour choisir le meilleur montage fiscal).

contact conseiller en gestion de patrimoine

Sinon, l’investisseur « passif » peut se tourner vers l’immobilier pierre-papier pour faire aussi bien voire mieux, avec moins de temps et moins de stress. Tout comme en bourse, une bonne gestion pilotée (ou l’investissement en fonds passifs ETF et trackers) fera mieux que l’investisseur lambda.

L’immobilier pierre-papier : investir facilement en déléguant

L’immobilier « pierre-papier » est une famille qui regroupe plusieurs types d’investissement (aux noms un peu barbares, nous expliquerons plus en détail ensuite) :

  • les SCPI : sociétés civiles de placement immobilier (pour devenir propriétaire associé d’une « super SCI » et percevoir des loyers, en empruntant ou non) ;
  • le crowdfunding immobilier : financement participatif de projets immobiliers (pour prêter à un promoteur immobilier et percevoir des intérêts en tant que créancier) ;
  • les SIIC : sociétés d’investissement immobilier cotées (pour devenir actionnaire d’une société foncière et percevoir des dividendes).

Les SCPI : devenir propriétaire associé et percevoir des loyers

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) existent depuis plus de 40 ans déjà. Il existe environ 200 SCPI différentes regroupées en SCPI de rendement, SCPI de plus-value et SCPI de défiscalisation. Comme en immobilier locatif classique, on peut investir en SCPI en prenant un crédit immobilier.

En pratique, l’épargnant peut investir sur les SCPI de son choix et c’est la société de gestion qui gère le parc immobilier et reverse le loyer. Le choix est vaste : SCPI investies sur de l’immobilier résidentiel, ou immeubles de bureaux, ou commerces, ou hôtels, diversifiées,…en France et à l’étranger. Tout comme l’immobilier locatif classique, il s’agit d’un investissement long terme, car il y a des frais d’achat à amortir (entre 5 % et 9 % selon la SCPI, frais proches des frais de notaire en immobilier classique). L’investisseur devient un propriétaire associé et connait les adresses des biens détenus, sachant qu’une SCPI peut compter des centaines voire des milliers d’associés avec un parc immobilier évalué à plus d’1 milliard d’euro.

Performance moyenne des SCPI en 2019 : 5,60 % (4,40 % de rendement sur loyer + 1,20 % de revalorisation des prix). En pratique, on peut investir en SCPI en assurance vie ou se faire accompagner par un courtier spécialisé en SCPI. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre guide complet sur les SCPI.

Le crowdfunding immobilier : prêter à des promoteurs et percevoir des intérêts

Le crowdfunding signifie « financement par la foule ». Il s’agit de financement participatif, pour prêter en commun et participer à la réalisation d’un projet. Ainsi, les épargnants font un peu office de banque et prêtent à un promoteur immobilier qui a un projet de construction ou de rénovation. L’investisseur devient un créancier et signe un contrat pour obtenir la rémunération convenue (des intérêts annuels compris entre 8 % et 10 % généralement selon le projet). Il s’agit d’un investissement immobilier sans frais, à court terme puisque les travaux durent généralement 18-24 mois avec intérêts reçus à la fin de l’opération.

En pratique, une plateforme de crowdfunding immobilier sert d’intermédiaire entre les promoteurs immobiliers à la recherche de financement et les épargnants à la recherche de placement. La plateforme réalise un audit et sélectionne les projets qu’elle estime les plus sûrs pour les présenter aux épargnants. Homunity fait parti des leaders du marché, avec près de 200 projets financés depuis 2016. Après inscription sur la plateforme, on a accès aux projets et l’investissement est très rapide, en quelques clics.

Performance moyenne du crowdfunding immobilier chez Homunity en 2019 : 9 %. Pour en savoir plus (fonctionnement, fiscalité, bonnes pratiques d’investissement, etc.), nous vous invitons à lire notre dossier complet sur le crowdfunding immobilier.

avis homunity investir

Les SIIC : devenir actionnaire de sociétés foncières et percevoir des dividendes

Les SIIC sont des sociétés d’investissement immobilier cotées (en bourse), aussi appelées des foncières. Vous connaissez sans doute les centres commerciaux Unibail (Westfield) et Klepierre, ou la société Icade spécialisée dans les bureaux et la santé. La spécificité des SIIC est qu’elles doivent reverser aux actionnaires au moins 95 % des loyers perçus et 70 % des plus-values réalisées. Donc les dividendes versés aux actionnaires sont généreux, pour un rendement généralement compris entre 5 % et 10 %.

Contrairement aux 2 précédents investissement pierre-papier, il s’agit ici d’investissement en bourse, donc il y a une certaine volatilité des cours à supporter pour des investisseurs plus aguerris. Il s’agit d’un investissement à long terme, pour des actionnaires qui veulent investir dans le secteur immobilier avec des dividendes généreux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre guide sur les SIIC.

Les avantages de la pierre-papier

Les SCPI, le crowdfunding et les SIIC sont les investissements immobiliers les plus accessibles et confortables :

  • le ticket d’entrée est bas (quelques centaines d’euros pour investir),
  • ces investissements demandent moins d’efforts de gestion (l’achat des biens, la vente, l’entretien et la gestion locative sont complètement délégués) donc on reçoit réellement des revenus passifs,
  • tout en permettant de mieux diversifier et de moins subir les risques de dégradation et de loyer impayé.

Note de Nicolas : généralement, la « pierre-papier » est particulièrement appréciée par les actifs déjà bien occupés dans la vie (carrière, famille, etc.) et les retraités qui veulent du confort et du temps libre sans soucis de gestion, tout en obtenant un rendement intéressant. Et on peut diversifier facilement en investissant sur plusieurs SCPI ou/et en crowdfunding immobilier sur plusieurs projets ou/et sur plusieurs SIIC. Ceci dit, cela reste un investissement immobilier avec perspectives de plus-value mais également risque de moins-value selon l’évolution du marché immobilier.

Nous ne sommes plus ici dans la famille de l’investissement immobilier locatif, mais dans l’immobilier de jouissance. Nous ne débattrons pas de l’achat de la résidence principale (RP), car l’achat immobilier ne doit pas être uniquement dicté par une logique purement financière, mais aussi par certains besoins un peu irrationnels tels que se sentir réellement chez soi.

Ceci dit, il y a des prérequis à l’achat : il vaut mieux être stable professionnellement et personnellement et se projeter sur plus de 8 ans quand on envisage l’achat plutôt que la location. Et être conscient que les frais de notaire représentent à eux-seuls environ 2 ans de loyer et que le propriétaire dépense plus pour son logement que le locataire (taxe foncière, travaux…).

Vous hésitez entre l’achat et la location ? Nous vous invitons à lire notre article « acheter ou louer ? » : vous y trouverez des pistes de réflexion et un outil de simulation. Par ailleurs, cet autre article vous informera sur la recherche du meilleur crédit immobilier.

Et pourquoi pas acheter une résidence secondaire ? Dans la famille de l’immobilier de jouissance, les Français aiment aussi acheter une résidence secondaire pour les week-end et les vacances. On en parle dans notre article Résidence secondaire : investissement ou achat plaisir ? Sachez que les dépenses occasionnées par une résidence secondaire sont importantes (taxes, entretien courant,…sans parler du coût d’opportunité de ne pas investir ailleurs). Ceci dit, une résidence secondaire bien située peut se rentabiliser en la mettant en location saisonnière.

Avis de Nicolas : quitte à investir dans l’immobilier, l’achat de la résidence principale est généralement le plus recommandé car pas de locataire à gérer, pas d’impôt sur les revenus fonciers, pas de risque de dégradation ni de vacances locatives. Ceci dit, dans certains cas, notamment quand on est jeune et mobile professionnellement, il vaut mieux ne pas acheter sa résidence principale et investir dans l’immobilier par d’autres moyens comme expliqué plus haut.

Questions fréquentes sur l’investissement immobilier

Pourquoi l’immobilier est l’un des meilleurs investissements ?

L’immobilier est l’un des meilleurs investissements pour faire fructifier son capital. Les avantages de l’immobilier sont multiples. (1) L’immobilier est réputé protéger de l’inflation, (2) On peut y investir à crédit sans apport, (3) L’immobilier répond à un besoin vital et intemporel : se loger. Pour les investisseurs, l’immobilier est une classe d’actif d’autant plus intéressante qu’il est possible de profiter de l’effet levier du crédit pour accélérer la progression de son patrimoine. Ainsi, la capacité d’épargne permet de construire le patrimoine financier (actions, obligations, etc.), tandis que la capacité d’endettement construit le patrimoine immobilier.

Quelles sont les différentes façons d’investir dans l’immobilier ?

On distingue deux grandes familles d’investissement immobilier : l’investissement traditionnel en direct et l’investissement « pierre-papier ».
– L’immobilier traditionnel en direct fait appel à vos compétences de bailleur entrepreneur : trouver le bon bien, l’entretenir, choisir le bon montage fiscal, assurer la gestion locative, etc. Il y a différents dispositifs : location nue, location meublée non professionnelle (LMNP), Pinel (immobilier neuf défiscalisant), Denormandie (immobilier ancien défiscalisant), location courte durée (Abritel), etc.
– L’immobilier pierre papier permet de déléguer à des professionnels et de diversifier avec un “ticket d’entrée” plus accessible. C’est plus confortable et moins chronophage. Différentes solutions : investir en sociétés civiles de placement immobilier (SCPI avec un rendement moyen de 4,5 %), en actions de SIIC (sociétés foncières cotées en bourse), prêter à des projets immobiliers (crowdfunding immobilier avec un rendement de 8 à 10 %).

Comment déléguer la gestion de ses placements immobiliers ?

Les investisseurs peuvent déléguer la gestion de leurs investissements immobiliers à un conseiller en gestion de patrimoine (pour le conseil et l’optimisation fiscale) et à une agence immobilière (pour la gestion locative). Sinon, les investisseurs peuvent souscrire à des parts de SCPI pour s’appuyer sur des sociétés de gestion qui feront tout de A à Z : achat d’immeubles, gestion locative, entretien, paiement des factures, etc. Ainsi il n’y a absolument rien à gérer et la diversification est importante et permet de réduire le risque.

Quels sont les conseils à suivre avant d’investir dans l’immobilier ?

D’abord, ne pas se précipiter vers les investissements immobiliers les plus populaires (Pinel par exemple). Car ce ne sont pas forcément les plus intéressants dans votre situation et il faut comparer et calculer en simulant : location meublée en LMNP, location nue, défiscalisation dans l’ancien (Denormandie) ou dans le neuf (Pinel), location courte durée (Abritel) ou longue durée, en nom propre ou en SCI, etc. Ensuite, il faut bien connaître le marché local (offre et demande) lorsqu’on investit en direct dans un bien. Savoir anticiper les coûts d’entretien et de rénovation tout au long de la durée de l’investissement (être bricoleur ou connaître de bons artisans). Savoir optimiser le montage fiscal pour limiter les impôts.
Sans bonne connaissances de l’immobilier et des règles fiscales, n’hésitez pas à faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine et/ou à souscrire des parts de SCPI afin de déléguer la gestion et l’achat du foncier à des professionnels de l’immobilier.

Comment défiscaliser ses investissements immobiliers ?

– Si investissement en direct, il existe principalement deux dispositifs de défiscalisation immobilière : le Pinel pour l’immobilier neuf et le Denormandie pour l’immobilier ancien. La défiscalisation prend la forme d’une réduction d’impôt pouvant atteindre jusqu’à 21 % du montant du logement acquis sur 12 ans. Ceci dit, il ne faut pas être aveuglé par la défiscalisation et ne pas surpayer le bien en Pinel. Par ailleurs, le LMNP est un dispositif fiscal très intéressant pour effacer son impôt sur ses revenus locatifs.
– Si investissement en immobilier pierre papier, type SCPI, il est possible d’optimiser fiscalement en logeant les parts des SCPI au sein d’un contrat d’assurance vie. Par ailleurs, il est possible de démembrer les SCPI, ou de choisir des SCPI qui achètent des biens à l’étranger avec une fiscalité plus clémente.


Finalement, comment investir en immobilier ? Vous avez découvert le champ des possibles et désormais vous savez sans doute mieux comment investir en immobilier selon votre goût pour le sujet et le temps que vous pouvez y consacrer. Nous vous invitons maintenant à voir plus en détail les différents moyens d’investir dans l’immobilier : investissement locatif classique, SCPI, crowdfunding immobilier et SIIC. Et pour aller plus loin, lisez donc notre sélection des meilleures livres d’investissement immobilier.

On a coutume de dire que les français ont une pierre dans le ventre. D’ailleurs, on fait souvent le raccourci « investir = investir en immobilier ». Alors qu’il y a bien d’autres moyens d’investir, n’oublions pas qu’il est recommandé de diversifier son patrimoine par prudence (« ne pas mettre tous les œufs dans le même panier ») sur les 3 grands actifs : actions, fonds euro en assurance vie, immobilier.

Page suivante