Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Outils pour les épargnants avisés

Fiscalité épargne
33 commentaires

Tous nos outils pour bien gérer, investir et suivre nos investissements et notre patrimoine.

SOMMAIRE

  1. Guide de l’épargnant
  2. Suivi de patrimoine
  3. Le simulateur de rendement
  4. Le comparateur de trackers
  5. Le simulateur de trackers : AV, PEA ou CTO ?
  6. Le simulateur immobilier : acheter ou louer ?
  7. Calculette pour arbitrer un portefeuille

Guide de l’épargnant

Vous trouverez ici notre guide de l’épargnant au format PDF. Tout ADI condensé en 74 diapositives, au sommaire :

  • Pourquoi et comment épargner ?
  • Comment évaluer ses placements ?
  • Les classes d’actifs : diversification
  • Les produits d’épargne (enveloppes fiscales)
  • Comment investir en bourse ?
  • Comment investir en immobilier ?
  • L’impôt sur le revenu et la défiscalisation
  • Passer à l’action : plan d’investissement
Guide épargnant

N’hésitez pas à partager ce PDF avec votre entourage, tout le monde mérite d’être bien informé !

Le tableau de suivi sur Excel

Suivi de mes comptes. (À télécharger sur ordinateur).

J’ai créé ce fichier Excel il y a quelques années pour assurer mon suivi, vous pouvez vous l’approprier, les chiffres sont fictifs pour l’exemple.

La première chose à faire est de suivre l’évolution de votre patrimoine (« bilan » = photo à l’instant T du patrimoine de votre ménage) d’une part, et de vos revenus et dépenses d’autre part (« compte de résultat » sur une période N de votre ménage) :

  • L’onglet « bilan mensuel » représente le suivi patrimonial. Il doit être renseigné tous les mois (1 colonne par mois) : il s’agit simplement de faire le relevé des compteurs de tous vos placements et investissements (x lignes) pour mesurer l’évolution de votre patrimoine et avoir un suivi par classe d’actif (x % en monétaire, y % en actions, z % en immobilier). Indispensable. Notamment pour contrôler son budget risque (je ne veux pas dépasser 20 % de mon patrimoine en actions par exemple).
  • L’onglet « année N » représente le suivi budgétaire. C’est votre « compte de résultat » qui laisse apparaitre votre capacité d’épargne (revenus – dépenses). Il doit être renseigné quotidiennement ou presque : il s’agit de comptabiliser tous vos revenus et toutes vos dépenses (opérations CB, chèques, cash) pour les ventiler dans vos postes budgétaires. Facultatif, pour les plus motivés qui veulent suivre leur budget analytiquement pour mieux détecter les leviers d’épargne.

Indicateurs intéressants pour construire votre bilan annuel, tirés du fichier ci-dessus :

  • Le CA (chiffre d’affaires) = le total de vos revenus.
  • Le bénéfice (ou déficit) annuel = CA annuel – dépenses annuelles (votre patrimoine a donc évolué d’autant cette année, à traduire également en +/- x %). Exemple : vous avez gagné 100, vous avez dépensé 80, vous avez donc épargné 20 que vous cherchez à bien placer.
  • Le poids des revenus passifs dans les revenus totaux = revenus passifs (revenus mobiliers, fonciers…) / CA. Le futur rentier, ou simplement l’épargnant qui aspire à gagner en liberté financière, cherchera à augmenter ce %. Si les revenus passifs sont supérieurs aux dépenses annuelles, on peut arrêter de travailler et devenir rentier.
  • La répartition par classe d’actifs = répartition de votre patrimoine en % monétaire, obligations, actions, immobilier.
  • Le rendement global de l’épargne = x k€ de revenus financiers / patrimoine moyen annuel. Un patrimoine équilibré peut tendre vers 4 % de rendement annuel.

Vous verrez, c’est non seulement un outil important pour bien suivre et piloter son patrimoine, mais c’est également une source de motivation.

Les 3 façons de compter votre patrimoine

Votre patrimoine forme votre allocation patrimoniale et se lit sous 3 clés de lecture :

  • Patrimoine net liquide (Liquid Net Worth = LNW) : patrimoine financier liquide uniquement (actifs financiers en monétaire / obligations / actions : livrets, assurances vie, PEA, CTO, etc.)
  • Patrimoine net investissable (Investable Net Worth = INW) : patrimoine financier liquide + patrimoine immobilier locatif.
  • Patrimoine net total (Total Net Worth = TNW) : il faut tout inclure. C’est à dire patrimoine financier liquide + patrimoine immobilier locatif + patrimoine financier illiquide (plan épargne retraite, épargne salariale, etc.) + patrimoine immobilier de jouissance (résidence principale et résidence secondaire) + patrimoine tangible de valeur (œuvres d’art expertisées, meubles antiques authentifiés, or, forêts, cryptomonnaies, montres cotées, voitures de collection, etc.).

Ainsi, pour suivre son patrimoine, on peut l’illustrer sous 3 camemberts différents. Chacun a son utilité, selon ce que l’on cherche à mesurer : seulement le patrimoine financier liquide, ou le patrimoine net investissable, ou tout le patrimoine. En pratique, c’est facile via le fichier Excel qui va récupérer chaque ligne pour construire les camemberts.

Et d’une manière générale, patrimoine net = patrimoine brut – dettes (capital restant dû dans les tableaux d’amortissement des crédits).

Outil mis à disposition par l’Autorité des Marchés Financiers.

Saisissez quelques paramètres (somme placée, durée, frais, rendement brut,…) et vous connaitrez votre rendement net de frais, le montant global des frais prélevés et la somme réellement acquise.

Profitez-en pour simuler différentes hypothèses et comprendre l’influence du rendement brut et des frais.

Calcul de rendement annualisé

Un peu de mathématiques financières. Exemple : vous avez investi 100 000 € en 2010 et vous avez obtenu 250 000 € en 2020, soit + 150 % en 10 ans (x 2,5). Quel a été le rendement annualisé ?

Rendement annualisé = 2,5^(1/10) = 1,09595823. Soit environ +9,59 % par an pendant 10 ans, donnent +150 % en 10 ans (et non +95,9 %) : illustration de la force des intérêts composés.

Vérification : 100 000 € x (1,09595823)^10 = 250 000 €.

Tableau créé par Matthieu.

Retour à la page dédiée aux trackers.

Idéal pour comparer les trackers des principaux émetteurs français (Lyxor, Amundi et BNP) : univers, taille, frais de gestion, réplication, distribuant ou non, éligible PEA ou non, hedgé ou non, etc.

Le simulateur d’investissement en trackers : PEA, assurance vie ou CTO ?

Notre camarade Julien, lecteur d’ADI et blogueur Etre Investi, nous a proposé de mettre à disposition de nos lecteurs son outil fait maison (Téléchargeable ici). Nous le remercions pour son apport à la communauté des épargnants, car c’est un fichier Excel très bien conçu et qui sera utile à beaucoup de monde ! En effet, on peut investir en trackers via plusieurs enveloppes (PEA, assurance vie ou CTO…et même via PER), donc on se demande souvent quelle enveloppe privilégier.

Objectif : simuler le résultat d’un investissement en tracker sur plusieurs années. Il suffit de saisir quelques informations (investissements mensuels, situation familiale, horizon d’investissement, hypothèse de performance annuelle du tracker, courtiers choisis). Puis on obtient un graphique qui montre l’évolution du capital obtenu après frais et impôts. Avec 3 scénarios représentés par 3 courbes : investissement sur PEA, assurance vie ou compte-titres ordinaire (CTO).

Simulateur PEA Assurance vie CTO

Plusieurs constats chiffrés

Les chiffres confirment nos intuitions :

  • Le PEA est imbattable en termes de frais et de fiscalité, jusqu’à 150 000 € de versement (plafond du PEA).
  • Le choix des bons courtiers est primordial. Exemple pour un investissement de 1 000 € par mois sur 14 ans avec hypothèse de performance de 7 % par an : une assurance vie Linxea Spirit 2 affichera 246 556 € de capital, contre 231 943 € pour une assurance vie lambda, soit plus de 15 000 € de différence ! Et l’écart s’accroit si on investit plus longtemps et plus de capital. Donc il faut bien choisir son contrat d’assurance vie. Idem pour les autres enveloppes, d’où nos comparatifs : les meilleurs PEA et les meilleurs CTO.
  • Le seuil de rentabilité du CTO par rapport à l’assurance vie se situe à 14 ans d’investissement. Donc plus on investit longtemps (au moins 14 ans) et plus le CTO peut devenir intéressant face à l’assurance vie. Logique. Car le CTO n’a pas de frais de gestion annuels (au mieux 0,50 % sur les unités de compte en assurance vie), mais une fiscalité plus forte (30 % de flat tax). Mais gare aux évolutions de fiscalité plus fréquentes sur le CTO ! Il suffit d’un changement de gouvernement pour perdre la flat tax, auquel cas l’assurance vie redevient plus intéressante même en investissant plus de 14 ans. En sachant que la fiscalité de l’assurance vie est bien plus stable donc moins menaçante…

Ceci dit, il n’y a pas que des considérations fiscales. En effet, on peut préférer investir en tracker sur assurance vie plutôt que sur PEA pour d’autres raisons. Notamment pour accéder à des ETF particuliers (l’ETF World hedgé par exemple), ou pour accéder aux fonds euros boostés (les assureurs exigent souvent une part d’investissement en unités de compte). Et puis l’assurance vie offre un grand avantage à la succession (exonération de droits de succession à hauteur de 152 500 € par bénéficiaire). Donc bien souvent, PEA et assurance vie sont 2 enveloppes complémentaires pour investir en trackers. (Notre article : investir en trackers en PEA ou assurance vie ?)

Le simulateur immobilier : achat ou location ?

Simulateur acheter ou louer par asi77.

Retour sur notre article acheter ou louer ?

Acheter n’est pas toujours plus intéressant que louer sa résidence principale. Alors avant un achat qui vous engage sur plus de 10 ans, prenez donc le temps de simuler !

Calculette pour rééquilibrer et arbitrer un portefeuille

Quand on veut verser, retirer ou simplement arbitrer un portefeuille (PEA, PEE, assurance vie, PER, CTO…) on peut vite s’arracher les cheveux quand on a plusieurs lignes (différents supports d’investissement dans le portefeuille). Car on veut soit maintenir son allocation (conserver sa pondération entre les lignes) ou changer d’allocation, et il faut faire quelques calculs d’arbitrage. Pour rappel, on explique qu’il faut rééquilibrer régulièrement son portefeuille notamment ici en 4ème règle de l’investissement en bourse.

En pratique, avec un bon fichier Excel pour faire les calculs, c’est tout de suite plus facile. Le calcul est aussi valable en cas de simple rééquilibrage ou de changement de répartition (avec ou sans retrait / investissement dans le portefeuille).

Calcul arbitrages rééquilibrages supports d’un portefeuille. Merci à notre fidèle lecteur Claudy pour sa contribution !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

33 commentaires sur “Outils pour les épargnants avisés”

  • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
    • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
      • Avatar
        • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
      • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
      • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
      • Avatar
        • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas