Choisir ses unités de compte

Unités de compte
2 commentaires

Une bonne assurance-vie (AV), ce n’est pas qu’un fonds euros, c’est aussi un bon choix d’unités de compte (UC). Les unités de compte, ce sont des fonds actions, obligations ou immobiliers qui vous permettront de dynamiser votre épargne. Les unités de compte présentent un risque de perte en capital : elles sont donc plus risquées que le fonds euros, mais offrent une meilleure espérance de gain à long terme.

Si vous êtes sur cette page, c’est que vous comptez faire votre propre « tambouille » : vous ne voulez pas placer sur une assurance-vie en gestion pilotée ni être investi 100% fonds euros. Vous voulez vous-même sélectionner vos unités de compte.

Dans ce cas, en gestion libre, privilégiez une assurance-vie avec bonne offre d’unités de compte de qualité avec des frais de gestion contenus et sans frais d’arbitrage. Vous pourrez arbitrer pour désinvestir un support (fonds euros ou unité de compte) au profit d’un autre. Attention à l’inertie de l’assurance-vie : un arbitrage est exécuté à J+1 voire J+2. Alors si vous souhaitez être très actif, il vaut mieux investir en PEA.

Choisir la bonne assurance-vie pour investir en unités de compte.

D’abord, avant même d’investir en unités de compte, choisissez le bon outil. Il vous faut une bonne assurance-vie avec peu de frais et un bon choix d’unités de compte. On peut diviser le marché en trois catégories : les banques traditionnelles, les banques en ligne et les courtiers en ligne spécialisés en assurance-vie :

  • Moyenne des banques traditionnelles = 1% de frais de gestion en unités de compte par an, 15€ de frais par arbitrage et 20-30 unités de compte maison. Sans compter 3% de frais sur versement sur l’assurance-vie.
  • Moyenne des banques en ligne = 0,60% de frais de gestion par an, sans frais d’arbitrage et plus de 100 unités de compte en architecture ouverte (de plusieurs maisons de gestion).
  • La meilleure offre : Linxea Spirit = 0,50% de frais de gestion par an, sans frais d’arbitrage et plus de 400 unités de compte (dont une 20aine de trackers et une 20aine de SCPI).

Linxea Spirit Banques en ligne Banques traditionnelles
Frais sur versement 0% 0% 3%
Frais de gestion en UC / an 0,50% 0,60% 1%
Frais d'arbitrage Gratuit Gratuit 15 € / arbitrage
Nombre d'unités de compte 500 UC
Dont 22 trackers
et 24 SCPI
> 100 UC
Différentes maisons de gestion
20-30 UC maison

Les questions à se poser pour choisir ses unités de compte.

1/ J’investis sur quel actif ? Actions ? Obligations ? Immobilier ?

Au sein de votre assurance-vie, vous pouvez investir sur :

  • Des unités de compte obligataires, investies en dettes d’État et/ou entreprises.
  • Des unités de compte actions, dont les trackers.
  • Des unités de compte diversifiées, investies en actions et obligations dans des proportions ajustées par les gérants de ces fonds en fonction du marché.
  • Des unités de compte immobilières, comme les SCPI investies en immeubles d’habitation, de bureaux ou murs de commerce.

Toutes ces unités de compte sont des fonds actifs, gérés activement par des gérants de fonds, avec des frais de gestion de 2% par an en moyenne. Seule exception à la règle : les trackers, qui sont des fonds dits passifs car ils ne font que répliquer le marché sans tenter de le battre. Sachez que cette passivité offre un grand avantage : les frais de gestion sont seulement de 0,25 % par an en moyenne, raison pour laquelle les trackers battent la majorité des fonds actifs à long terme. Notez que les trackers et les unités de compte immobilières (par exemple la « pierre-papier » SCPI) ne sont disponibles que dans les meilleures assurances-vie.

2/ J’investis sur quelle région du monde ?

Certains fonds sont investis internationalement. D’autres visent en particulier une zone (Asie, Europe, émergents, etc.). D’autres encore ciblent spécifiquement un pays : France, Japon, États-Unis. Pensez à bien diversifier, ne souffrez pas du biais domestique : gardez en tête que la France pèse moins de 10% du marché actions mondial. Ainsi, une allocation représentative du marché actions mondial sera plutôt 60 % États-Unis / 40% Europe. Alors vous pouvez dévier de cette allocation, mais c’est un pari tactique de gestion.

3/ J’accepte quel niveau de risque ?

Obligation légale : chaque unité de compte est notée sur une échelle de risque qui va de 1 (sans risque de perte en capital, comme le fonds euros) à 7 (fonds très volatil, donc risqué). Par définition, un fonds actions est risqué. Un fonds patrimonial avec moins de 40% d’actions sera moins risqué.

C’est une étape essentielle : vous devez avoir réfléchi à votre allocation patrimoniale et à la part de risque que vous souhaitez prendre. Nous vous invitons à lire notre guide « comment investir en bourse », en particulier les règles à respecter. Ainsi, vous pourrez déterminer la part que vous aller investir en fonds euros à capital garanti, et la part que vous allez investir en unités de compte plus ou moins volatiles.

Exemple de fonds.

Moneta Multi Caps. Identifié par l’ISIN : FR0010298596. Chaque fonds a son ISIN, c’est un peu son numéro de carte d’identité. Ce code vous permet de retrouver les fonds facilement dans les interfaces de vos assurances-vie, PEA ou CTO.

La fiche Boursorama est riche d’enseignements, catégorie par catégorie :

  • L’objectif du gérant : « L’objectif du fonds consiste à surperformer le marché des actions sur le long terme (durée de placement recommandée : 5 ans) …La performance du marché actions sera mesurée par l’indice CAC All-tradable dividendes réinvestis nets (ex-SBF 250)« . On comprend que le gérant va essayer de battre l’indice CAC40, c’est son benchmark.
  • Frais de gestion = 1,80%. Ce sont les frais propres au fonds, la rémunération du gérant. Transparents dans la mesure où la performance du fonds est annoncée nette de frais de gestion. Ceci dit, plus le fonds est chargé en frais, et plus on part avec un handicap que le gérant de fonds devra compenser. A comparer avec un tracker à 0,20% de frais de gestion par an.
  • Caractéristiques : éligible PEA, créé en 2006, grandes capitalisations françaises. Il faut se méfier des fonds trop récents (ou nouveaux gérants) qui n’ont pas fait leurs preuves.
  • Éléments d’analyse : risque 5/7. Notation 5 étoiles / 5 par Morningstar, qui fait office de référence dans le classement des fonds.
  • Performances : +3% depuis le 1er janvier de l’année / +20% en 1 an / + 100% en 5 ans / +175% en 10 ans.
  • Allocation par actifs : 90% en actions +5% liquidités + 2% obligations + 3% autres.
  • Onglet composition : allocation géographique précise (75% France, 3,5% Allemagne, 3% Pays Bas…) et les 10 premières sociétés du fonds (on y voit BNP, Total et Vivendi).

Cet exemple ne constitue pas une recommandation d’achat. Avant tout investissement sur une UC (et sur un fonds en général), lisez bien sa fiche DICI (document d’information clé pour l’investisseur).

Diversifiez !

Si vous choisissez des unités de compte suffisamment diversifiées, une allocation avec 3-4 unités de compte peut suffire. Voire un seul tracker World, si vous voulez faire au plus simple. En effet, il est recommandé de ne pas se concentrer que sur son pays, ce serait trop réducteur, d’autant plus que la France représente moins de 10 % du marché mondial. Une allocation type vous est présentée dans la page dédiée aux trackers.

Par ailleurs, des portefeuilles de fonds sont également partagés par des membres sur la page Outils. Le simulateur de portefeuille de fonds vous permettra également de tester et optimiser votre allocation d’unités de compte.


Pour terminer, un rappel de la philosophie d’Avenue des investisseurs : nous sommes partisans de l’investissement en trackers, car 90% des gérants de fonds ne battent pas leur indice de référence à long terme (les frais de gestion des fonds actifs n’aident pas). Par conséquent, privilégiez les trackers si vous êtes pragmatique. Sachez que les trackers sont généralement éligibles PEA et également disponibles sur les meilleures assurances-vie en tant qu’unités de compte.

Page précédente

Page suivante

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Choisir ses unités de compte”

    • Nicolas