Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Fonctionnement et choix du meilleur compte-titres ordinaire

Compte-titres ordinaire bourse
47 commentaires

Le compte-titres ordinaire (CTO) est l’enveloppe la plus souple pour investir en bourse : actions, obligations, matières premières, etc. Ici vous saurez tout pour bien vous lancer : choisissez le meilleur courtier et maitrisez la fiscalité.

Sachez que l’argent déposé sur le CTO n’est pas bloqué. En effet, vous pouvez effectuer librement et à tout moment des virements entrants et sortants vers votre compte courant. De plus, il n’y a pas de limite d’encours, de versement et de CTO détenus.

SOMMAIRE


LE CHOIX DES LECTEURS
De nombreux internautes s’interrogent sur le choix du courtier pour investir en bourse. Depuis 2 ans, nous avons d’excellents retours sur ces courtiers en bourse aussi bien pour leur niveau de services que pour leurs tarifs :
Fortuneo : services et tarifs très bien positionnés, idéal pour le grand public (voir ici pour l’ouverture d’un compte-titres CTO Fortuneo)
Degiro : des tarifs imbattables sur les places étrangères (cliquez ici pour découvrir l’offre Degiro)

Vous ne voulez pas vous contenter d’investir en France et en Europe avec le PEA ? L’autre compte bourse, le CTO, vous permet d’investir dans le monde entier !

Amazon : + 1 700 % en 10 ans. Profitez des performances exceptionnelles des entreprises technologiques outre-Atlantique

Oui, vous avez bien lu, la valeur de l’action Amazon a été multipliée par 18 en 10 ans. L’économie est en perpétuel mouvement, ce que Joseph Schumpeter appelle la destruction créatrice. Les grandes entreprises de demain ne seront pas forcément celles d’aujourd’hui.

Facebook a été créé en 2004. Aujourd’hui, la capitalisation de Facebook représente désormais plus de 3 fois celle d’IBM, une grand-mère plus que centenaire. Si vous êtes convaincu que la micro-électronique, l’informatique, les algorithmes, et les services internet vont continuer à capter une part croissante des richesses créées dans le monde, alors il est opportun d’investir dans les nouvelles entreprises de ces secteurs. Ce n’est pas une surprise pour personne, beaucoup de ces entreprises sont localisées outre-Atlantique. Qui ne connaît pas la Silicon Valley ?

Investir dans le reste du monde

Si le PEA est une excellente solution pour loger des actions européennes (ou des trackers de toutes les régions du monde), vous devrez obligatoirement ouvrir un CTO pour accéder à toutes les places boursières mondiales. Par exemple, vous êtes peut-être convaincu que l’Asie va continuer de croître à un rythme soutenu dans les années qui viennent ? Et naturellement, vous souhaitez profiter de cette forte croissance en investissant directement sur ces marchés. Le CTO est aussi la solution.

Par ailleurs, le CTO vous permet également d’investir sur l’or (certificat ou tracker or), le pétrole (certificat Brent) et les cryptomonnaies (trackers Bitcoin et Ethereum).

Si on place à long terme et sur des valeurs éligibles (France, Europe, trackers mondiaux), il faut privilégier le PEA pour ses avantages fiscaux. Le CTO est moins limité, on peut acheter des titres non éligibles PEA mais la fiscalité est un peu moins favorable. Le CTO est adapté entre autres pour les actions US en direct et les positions spéculatives sur matières premières (certificat Brent 2124s par exemple) et devises. Bref, tout ce qui ne peut pas être logé en PEA ou PEA-PME.

Attention à bien choisir son broker : bonne interface, pas de droits de garde, frais sur transaction raisonnables (DEGIRO est notre courtier préféré).

Banque ou courtier spécialisé pour le CTO ? On vous explique comment choisir parmi les meilleurs courtiers en bourse pour investir. Car un bon investisseur doit avoir un bon outil.

Les critères pour bien choisir votre CTO

Pour sélectionner le meilleur broker adapté à vos besoins, comparez bien :

  • Une interface simple, fonctionnelle et agréable.
  • L’accès aux marchés souhaités (US, monde, etc).
  • Pas de droits de garde ni frais d’inactivité.
  • Des frais de transaction raisonnables.

Aussi appelés frais de courtage, les frais de transaction sont les frais prélevés par votre courtier à chaque ordre exécuté (un ordre placé non exécuté n’est pas facturé). Ils s’appliquent à l’achat et à la vente. Sachez qu’ils dépendent du montant de l’ordre et il y a des effets de seuil, alors essayez de déterminer quel sera le montant moyen de vos ordres. Plutôt 500 € ? 1 000 € ? 5 000 € ? Plus de 10 000 € ? Certains brokers sont mieux placés pour les ordres importants et d’autres pour les petits ordres.

Notre comparatif des meilleurs CTO

Vous trouverez dans ce comparatif nos courtiers préférés pour le compte-titres ordinaire. Il y a des banques en ligne (Boursorama et Fortuneo) et des courtiers spécialisés (Binck, Bourse Direct et Degiro). Sachez que les banques traditionnelles « en dur » ont été éliminées : leurs tarifs sont rédhibitoires, ne partez pas avec un handicap !

DEGIRO FORTUNEO BOURSE DIRECT BOURSORAMA BINCK
Dépôt minimum à l'ouverture 0,01 € NC 1 € NC 1 €
Frais d'inactivité Gratuit Gratuit Gratuit Gratuit Gratuit
Droits de garde Gratuit Gratuit Gratuit Gratuit Gratuit
Bourses de Paris, Bruxelles et Amsterdam (Euronext) 0,04 % Idem PEA Idem PEA Idem PEA Idem PEA
Autres Bourses d'Europe (Londres, Francfort...) : frais par ordre 4 € + 0,04 % 0,20 % (minimum 20 €)
+ 30 €
0,15 %
(minimum 15 €)
0,45 %
(minimum 32,90 €)
15 € + 0,15 %
Bourses Américaines : frais par ordre 0,50 € + 0,004 $ par action 9,50 € jusque 10 000 € (0,12% au delà) 8,50 € jusque 10 000 € (0,09% au delà) 0,12 %
(minimum 23,90 €)
0,08 % (minimum 8 €)
Classement -
Découvrez l'offre DEGIRO Découvrez le CTO Fortuneo et profitez des 100 ordres offerts Découvrez le CTO Bourse Direct Découvrez le CTO Boursorama

Le CTO proposé par Degiro remporte la première place de notre classement. Principalement en raison des frais d’exécution des ordres très attractifs, notamment sur les places boursières européennes et américaines. Avec une interface web très conviviale, et une excellente disponibilité du service pendant la crise du COVID-19.

Vous souhaitez ouvrir un compte chez un de ces courtiers ? Nous avons testé et approuvé ces courtiers, ils sont selon nous compétitifs et accessibles au grand public.

Note de Nicolas : d’autres courtiers ont fait leur apparition ces dernières années (XTB et Saxo Banque notamment) mais ils nous semblent moins adaptés au grand public : les interfaces sont trop complexes ou l’IFU n’est pas fourni (Imprimé Fiscal Unique envoyé par le courtier au client pour aider à la déclaration fiscale).

2 écoles pour choisir votre courtier en bourse

  • École confort : vous voulez tout centraliser chez Boursorama ou Fortuneo. Ce sont vos banques, vous y avez votre compte-courant, la CB, d’autres produits d’épargne. C’est plus pratique pour vous, quitte à payer vos ordres un peu plus chers. Fortuneo a notre préférence, en raison du service client efficace et des tarifs plus compétitifs.
  • École optimisation : par souci d’économie, vous préférez opter pour un courtier spécialisé en bourse (Degiro, Bourse Direct ou Binck). Ainsi vous bénéficiez donc de frais d’ordres encore plus compétitifs. Jongler entre plusieurs interfaces (banques différentes) ne vous gêne pas, tant que vous optimisez les frais. Lisez donc notre comparatif Binck VS Bourse Direct. Sachez que le top au niveau tarification est DEGIRO (notre avis complet), l’absence d’IFU ne dérange pas étant donné que DEGIRO fournit un rapport fiscal pour aider le client lors de la déclaration d’impôt.

Avis de Nicolas : en résumé, pour ce qui est d’investir en bourse via le compte-titres ordinaire, DEGIRO est selon nous le meilleur choix, suivi de Fortuneo. Rappelons que l’on peut détenir plusieurs CTO.

Comment passer un ordre ?

Vous avez choisi votre broker et vous avez ouvert votre CTO avec quelques euros. Maintenant que vous êtes client, vous êtes prêt à passer votre premier ordre pour investir en bourse ? Nous vous expliquons ici comment passer un ordre en bourse, avec un exemple pas-à-pas sur l’interface Fortuneo (une interface agréable et pratique selon nous). Notez que le passage d’ordre sur un CTO se déroule de la même manière que pour un PEA.

Le compte-titres ordinaire en gestion pilotée

Finalement, vous appréhendez de passer vous-même des ordres et de choisir les titres et fonds sur lesquels investir ? Pour commencer, vous ne voulez pas « mettre les mains dans le cambouis » et préférez déléguer à un gestionnaire ? Alors le CTO en gestion pilotée peut être une solution confortable et pédagogique. Mais sachez que le confort a un coût : 1,60 % de frais de gestion par an tout compris (frais de mandat + frais des fonds) chez Yomoni qui offre la meilleure gestion pilotée selon nous.

Yomoni gestion pilotée

Structurellement, Yomoni est moins cher que ses concurrents qui préfèrent investir en fonds actifs très chargés en frais plutôt qu’en trackers. Et cette gestion pilotée est souple, car vous pouvez choisir un profil du plus défensif (profil 3) au plus offensif (profil 10) et changer de profil quand vous voulez. Notez que l’on peut détenir plusieurs CTO, donc on peut aussi avoir un CTO « bac à sable » que l’on gère de façon autonome, et un autre CTO en gestion pilotée.

Le CTO n’est pas une niche fiscale comme le PEA ou l’assurance vie. Ici, c’est le régime général qui s’applique aux cessions d’actions, de parts sociales et de fonds communs de placement (FCP), ainsi qu’aux OPCVM composés à au moins 75 % de ces titres.

Flat tax par défaut à compter de 2018 : prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %, aussi bien sur les dividendes que sur les plus-values. Sachez qu’il est possible d’opter pour le barème progressif à l’impôt sur le revenu (IR) pour une éventuelle régularisation, au moment de la déclaration annuelle des revenus.

Imposition des dividendes

Depuis 2018, les dividendes sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %, aussi appelé flat tax. Le PFU inclut les 12,80 % d’acompte sur l’impôt et les prélèvements sociaux de 17,20 %. En pratique, le PFU est prélevé à la source au moment du versement des dividendes (acompte). Par exemple une société vous verse 1 000 € de dividendes en année N :

  • Votre courtier va prélever 300 € à la source et vous verser 700 € de dividendes nets.
  • En N+1 vous allez déclarer 1 000 € en 2DC et 2CG (pour éviter la double imposition des 17,20 % de prélèvements sociaux) et 128 € en crédit d’impôt en 2CK (pour remboursement de l’acompte de 12,80 %).
  • En N+1 il y aura éventuellement régularisation si vous optez finalement pour l’imposition au barème progressif de l’IR en cochant la case 2OP (possible de simuler pour voir directement si cette option est favorable).

L’abattement de 40 % des dividendes (qui existait avant 2018) est supprimé, sauf si vous optez pour l’imposition au barème de l’impôt sur le revenu (IR). En pratique, l’option barème progressif de l’IR reste intéressante si votre tranche marginale d’imposition (TMI) est faible (0 % ou 11 %). Notez que les dividendes des foncières (SIIC) ne bénéficient pas de cet abattement de 40 %, sauf éventuellement pour leur part d’activité relevant de la promotion immobilière. De plus, en optant pour l’imposition au barème de l’IR, une partie de la CSG réglée (6,8 %) est déductible du revenu imposable.

Exemple de calcul du taux global d’imposition des dividendes avec l’option au barème et une TMI de 11 %.

  • 17,2 % de prélèvement sociaux,
  • plus 6,6 % (abattement de 40% sur la TMI à 11 %),
  • moins 0,75 % (déduction de la CSG à 6,8 % du revenu imposable, soit 6,8 % x 11 %).
  • Total : 23,05 %.

Pour l’imposition des dividendes, l’option au barème est donc bien préférable au PFU (30 %) si votre TMI est de 11 % : vous paierez alors 23,05 % d’impôts plutôt que 30 % en flat tax. Donc vous bénéficierez d’une régularisation au moment de la déclaration de l’impôt sur le revenu en optant pour l’option barème progressif.

Taux marginal d'imposition (TMI) PFU par défaut (flat tax) Option barème IR
0 % 30 % 17,20 %
11 % 30 % 23,05 %
30 % 30 % 33,16 %
41 % 30 % 39,01 %
45 % 30 % 41,14 %

Imposition des plus-values

Les plus-values (PV) sont imposées après imputation des pertes de l’année ET des éventuels reports des pertes des 10 années précédentes. En pratique, l’imposition se calcule au moment de la déclaration de revenus en N+1 quand on fait le bilan de l’année N (donc il n’y a pas de prélèvement à la source en N contrairement aux dividendes). S’il y a PV globale il faut déclarer en case 3VG et si MV globale il faut déclarer en 3VH. De même que pour les dividendes, s’il y a plus-value globale alors elle sera imposée au PFU à 30 % (ou option barème + 17,2 % de prélèvements sociaux à choisir si vous êtes non imposable).

Vous pouvez encore opter pour l’imposition au barème à la tranche marginale d’imposition. Dans ce cas seulement, pour des titres acquis avant le 1er janvier 2018, vous bénéficiez des abattements pour durée de détention : 50% d’abattement pour une durée de détention comprise entre 2 et 8 ans et 65% au delà. Si vous bénéficiez de tels abattements, l’imposition au barème est plus avantageuse si votre TMI est de 0 % ou 11 %. Sans les abattements, l’imposition au PFU est préférable dès que vous êtes en TMI supérieure à 11 %.

La déclaration avec l’IFU (imprimé fiscal unique)

Rassurez-vous au sujet de la fiscalité du CTO qui parait complexe de prime abord : votre courtier en bourse vous fournira chaque année l’IFU (imprimé fiscal unique) pour aider à la déclaration des dividendes et plus ou moins-values. En pratique, l’IFU indique quelles sommes inscrire dans quelles cases de la déclaration d’impôt sur le revenu et l’IFU fait foi. Et quand on déclare, on peut simuler l’option barème (cocher la case 2OP) pour voir si le résultat est favorable par rapport au régime par défaut (flat tax). Donc au moment de la déclaration, il est toujours temps de choisir l’option fiscale la plus favorable dans sa situation.


Vous connaissez à présent les meilleurs outils pour investir en bourse : assurance-vie, PEA et CTO. Maintenant, découvrez les produits financiers les plus pratiques et efficaces pour investir : les trackers.

Page suivante

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

47 commentaires sur “Fonctionnement et choix du meilleur compte-titres ordinaire”

  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
      • Avatar
        • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
  • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
  • Avatar
    • Nicolas
      • Avatar
  • Avatar
    • Nicolas