Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

L’avance sur titres MyLombard: exemple ? Quel intérêt ?

Avance sur titres

Client Boursorama, j’ai reçu il y a peu un mail de leur part me proposant de profiter du dispositif de l’avance sur titres (offre MyLombard) à un taux de 0,75 % sur 3 ans. Super, c’est un taux très bas ! Mais qu’est-ce que c’est au juste ? Jusque là réservé aux clients fortunés, le crédit Lombard est maintenant accessible au grand public.

Note de Nicolas le 20/10/2021 : Boursorama est même passé à un taux de 0,50 % sur 5 ans ! L’offre évolue régulièrement donc les taux annoncés dans notre exemple ne sont pas forcément à jour, mais le mécanisme reste le même.

De quoi s’agit-il ?

L’avance sur titres est une forme d’emprunt. Ici l’offre est excellente : 0,75 % sur 3 ans. Comparativement aux crédits à la consommation flirtant parfois avec les 5 % voire 10 %, c’est imbattable.

Mais cet emprunt est limité : c’est une somme qui dépend de ce que vous avez placé dans votre banque, en l’occurrence Boursorama.

Une avance

Votre banque vous fait une avance. Vous devrez rembourser le capital prêté à l’issue du crédit. C’est un crédit in fine : durant les 3 ans (ou 5 ans) vous ne remboursez que les intérêts tous les trimestres (donc très petites échéances), et en dernière échéance vous devrez rembourser le capital emprunté.

Il faut donc penser à avoir un capital disponible à la fin du crédit pour tout rembourser d’un coup. A la différence d’un classique crédit amortissable, qui comprend tous les mois une part d’intérêt et une part de capital remboursé.

Sur titres

La somme empruntable dépend des titres que vous possédez dans votre banque, c’est-à-dire de la valorisation de vos actifs. Seules les sommes placées en assurance-vie (AV), en PEA et en compte-titres (CTO) sont prises en compte.

En pratique, la banque vous avance généralement 50 % de vos actifs. Ainsi, si vous avez 20 000 € sur votre assurance-vie, vous pourrez emprunter 10 000 €. Et pour les plus fortunés, ce montant empruntable peut monter à 2 millions d’euros !

Note de Nicolas : Boursorama prend en compte tous les actifs investis dans leur assurance vie (fonds euro et unités de compte). Mais pour leur PEA et leur CTO, ils ne tiennent pas compte de certains actifs comme les trackers.

L’avance sur titres, concrètement

Dans notre exemple, vous avez 20 000 € sur votre assurance-vie Boursorama Vie. Vous acceptez l’offre d’avance sur titres. Ainsi, votre assurance-vie est nantie et vous pouvez emprunter 10 000 €. Concrètement, les 0,75 % d’intérêts par an seront prélevés tous les trimestres sur votre compte-courant.

Ces 10 000 € pourront être placés, ou dépensés à votre guise (crédit non affecté à une dépense particulière). Quant à vos 20 000 € sur assurance-vie, ils continuent de produire des intérêts et vous pourrez même continuer de faire vivre votre assurance-vie (arbitrages, rachats, etc.)

Exemple avec un financement de 10 000 € TAEG fixe de 0,75 % : 11 échéances trimestrielles de 18,68 € et 1 échéance finale de 10 018,68 €. Montant total dû = 10 224 €.

Note de Nicolas : et si vous aviez 25 000 € sur votre assurance-vie ? Seulement 20 000 € sont bloqués (« nantis »), donc il reste possible de faire un rachat partiel des 5 000 € restants. Mais en pratique, la demande de rachat partiel ne pourra pas se faire en ligne (rachat 72 heures) et il faudra la faire par papier. Sachez que si c’est un PEA ou un CTO qui est nanti, alors le retrait en ligne reste possible.

L’avance sur titres est utile dans quelles situations ?

Vous avez besoin d’argent et vous souhaitez préserver vos placements

Par exemple, vous avez besoin de cash pour une dépense à venir. Vous avez un PEL bien garni mais vous ne voulez pas le casser. Vous avez aussi un PEA et une assurance-vie qui ne sont pas encore à maturité fiscale, donc vous ne voulez pas retirer votre épargne dessus prématurément et être imposé.

Vous ne voulez pas non plus emprunter chez Cofidis ou autre organisme à 5 % voire 10 %.

Vous allez donc opter pour l’avance sur titres à 0,75 %.

Vous n’avez pas vraiment besoin d’emprunter, vous voulez juste profiter de l’effet levier

Vous n’avez pas besoin de cash, pas de dépense prévue. C’est une opération purement opportuniste : vous cherchez juste à optimiser vos placements par effet levier (règle 6 de l’épargnant). C’est à dire que vous empruntez via l’avance sur titres les 10 000 € à 0,75 % pour placer à un meilleur taux, par exemple à 2 %. Vous empochez donc tous les ans la différence : 1,25 %.

Reprenons notre exemple : les 20 000 € restent placés sur l’assurance-vie et continuent de produire des intérêts. En parallèle, vous placez vos 10 000 € d’avance sur titres sur un produit à 2 % qui vous rapportera 612 € en 3 ans, soit plus que le coût de l’avance sur titres (224 €).

C’est « petit joueur » avec cette exemple, mais avec plus de capital vous pourrez obtenir une plus grande avance sur titres et vous pouvez aussi placer à un meilleur rendement pour maximiser l’effet levier.


L’avance sur titres est un dispositif méconnu (mais bien connu des plus riches, sous le nom de crédit lombard, d’où le nom de l’offre Boursorama My Lombard). Et pourtant, généralement attractif pour préserver son épargne tout en empruntant à taux bas. Il faut juste être rigoureux, pour être en mesure de rembourser tout le capital à la fin du crédit.

Toutes les banques ne le proposent pas et il faut avoir une bonne assurance-vie pour que cela soit intéressant. Choisissez donc la meilleure banque et comparez les meilleures assurances-vie.

Page suivante

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

13 commentaires sur “L’avance sur titres MyLombard: exemple ? Quel intérêt ?”