L’avance sur titres

Avance sur titres

Client Boursorama, j’ai reçu il y a peu un mail de leur part me proposant de profiter du dispositif de l’avance sur titres à un taux de 0,75% sur 3 ans. Super ! Mais qu’est-ce que c’est ?

De quoi s’agit-il ?

L’avance sur titres est une forme d’emprunt. Ici l’offre est excellente : 0,75 % sur 3 ans. Mais cet emprunt est limité : c’est une somme qui dépend de ce que vous avez placé dans votre banque, en l’occurrence Boursorama.

Une avance.

Votre banque vous fait une avance. Vous devrez rembourser le capital prêté à l’issue du crédit. C’est un crédit in fine : durant les 3 ans vous ne remboursez que les intérêts tous les trimestres (donc très petites échéances), et en dernière échéance vous devrez rembourser le capital emprunté. Il faut donc penser à avoir un capital disponible à la fin du crédit pour tout rembourser d’un coup. A la différence d’un classique crédit amortissable, qui comprend tous les mois une part d’intérêt et une part de capital remboursé.

Sur titres.

La somme empruntable dépend des titres que vous possédez dans votre banque, c’est-à-dire de la valorisation de vos actifs. Seules les sommes placées en assurance-vie (AV), en PEA et en compte-titres sont prises en compte. Si vous avez 20 k€ sur votre AV, vous pourrez emprunter 10 k€ (la banque retient généralement 50% de vos actifs).

L’avance sur titres, concrètement.

Dans notre exemple, vous avez 20 k€ sur votre AV Boursorama. Vous acceptez l’offre d’avance sur titres. Votre  AV est nantie et vous pouvez emprunter 10 k€. Ces 10 k€ pourront être placés, ou dépensés à votre guise (crédit non affecté à une dépense particulière). Quant à vos 20k€ sur AV, ils continuent de produire des intérêts et vous pourrez même continuer de faire vivre votre AV (arbitrages, rachats…). Les 0,75% d’intérêt par an seront prélevés tous les trimestres sur votre compte-courant.

Pour un financement de 10 k€ TAEG fixe de 0,75% : 11 échéances trimestrielles de 18,68 € et 1 échéance finale de 10 018,68 €. Montant total dû = 10 224 €.

Utile dans quelles situations ?

Vous avez besoin d’argent et vous souhaitez préserver vos placements.

Vous avez besoin de cash pour une dépense à venir. Vous avez un PEL bien garni mais vous ne voulez pas le casser. Vous avez aussi un PEA et une AV qui ne sont pas encore à maturité fiscale, vous ne voulez pas retirer votre épargne dessus prématurément et être imposé. Vous ne voulez pas non plus emprunter chez Cofidis ou autre organisme à 4%. Vous allez donc opter pour l’avance sur titres à 0,75%.

Vous n’avez pas vraiment besoin d’emprunter, vous voulez juste profiter de l’effet levier.

Vous n’avez pas besoin de cash, pas de dépense prévue, vous cherchez juste à optimiser vos placements par effet levier (règle 6) : vous empruntez via l’avance sur titres les 10 k€ à 0,75% pour placer à un meilleur taux, par exemple à 2%. Vous empochez tous les ans la différence : 1,25%. Reprenons notre exemple : les 20 k€ restent placés sur l’AV et continuent de produire des intérêts, et vous placez vos 10 k€ d’avance sur titres sur un produit à 2% qui vous rapportera 612 € en 3 ans, soit plus que le coût de l’avance sur titres (224 €). C’est « petit joueur », mais avec plus de capital vous pourrez obtenir une plus grande avance et vous pouvez aussi placer à un meilleur rendement.

L’avance sur titres est un dispositif méconnu (mais bien connu des plus riches, sous le nom de crédit lombard), et pourtant généralement attractif pour préserver son épargne tout en empruntant à taux bas. Il faut juste être rigoureux, pour être en mesure de rembourser tout le capital à la fin du crédit.


Vous avez aimé cette page ?
Partagez-la sur les réseaux sociaux ou par e-mail !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *