Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Obligations High Yield : comment investir ?

Obligations High yield

Pour la vision d’ensemble, nous avons abordé dans un précédent article le cas des obligations en général et des obligations Investment Grade (notamment accessibles via le fonds euro). Afin d’aller plus loin, ce nouvel article sera consacré aux obligations High Yield (HY). Pour rappel, investir en obligations revient à devenir un créancier prêteur, soit à un État (obligations souveraines) soit à une entreprise (obligations corporates). Pourquoi et comment investir en obligations ?

Les obligations High Yield (HY) sont des obligations avec un profil de risque plus élevé que celui des obligations Investment Grade (les obligations de première qualité). Les HY sont des obligations émises par des entreprises dont la solidité financière laisse entrevoir un doute sur le remboursement à échéance. En contrepartie du risque, les investisseurs obtiennent une meilleure rémunération du capital, les obligations HY distribuent des coupons (intérêts) plus élevés.

Le niveau de risque varie d’une obligation High Yield à une autre. D’où des rendements qui peuvent aller du simple au triple. Typiquement, de 3 à 9 %…et même davantage pour les obligations d’émetteurs rencontrant de graves difficultés financières (le Vénézuéla ou une entreprise au bord de la faillite par exemple).

Les obligations High Yield constituent une classe d’actifs intéressante à plusieurs titres. Elles permettent de diversifier son patrimoine sur un marché obligataire qui se comporte différemment des marchés actions et immobiliers. Et elles présentent un profil de risque intermédiaire entre des fonds euro peu rémunérateurs et des marchés actions performants à long terme mais très volatils. Comme nous le verrons, il est possible d’investir en HY en passant par des fonds, de cette façon, on diversifie le risque sur un grand nombre d’obligations.

Risque et performance des différentes classes d'actifs

SOMMAIRE

Les obligations High Yield en direct

Nous avons vu les caractéristiques des obligations précédemment. C’est très technique, presque une affaire de professionnel.

L’achat d’obligations High Yield en direct (obligations d’une société X ou Y) se fait via un courtier en ligne sur compte-titres ordinaire ou via les banques traditionnelles. Depuis 2012, L’agence Euronext donne la possibilité à des PME et ETI d’émettre des obligations pour des montants de 5 à 10 millions d’euros. Ce dispositif élargit les possibilités d’investissement en obligations High Yield. Cependant, l’achat en direct de ce type d’obligation est fortement déconseillé à des particuliers. C’est un domaine qui requiert une grande expertise et un ticket d’entrée élevé.

Souvent, mieux l’obligation est notée (par les agences de notation pour différencier Investment Grade et High Yield), et plus la “tranche” est abordable. Ainsi, une obligation Investment Grade est généralement accessible autour de 10 000 €, alors qu’en High Yield c’est souvent plus de 100 000 € la tranche. Donc pour diversifier son portefeuille sur au moins 30 obligations différentes, il faudrait pouvoir investir plusieurs millions d’euros !

L’avantage principal de l’achat en direct est que l’on évite les frais de gestion annuels d’un fonds d’investissement. Néanmoins, une entreprise sur le point de faire faillite peut décider de rembourser uniquement une partie du montant qu’elle a emprunté. C’est ce qu’on appelle un haircut dans le jargon financier. Ce type d’évènement n’est pas rare avec les obligations High Yield. Par conséquent, l’achat en direct est très risqué. Il est préférable d’investir dans des obligations High Yield via des fonds, pour diversifier le risque sur de nombreuses obligations.

Fonds obligataires actifs ou indiciels (trackers) ?

L’achat d’obligations High Yield peut également se faire via des fonds d’investissement, ce qui semble être la meilleure option pour un particulier. En effet, un fonds obligataire permet de bénéficier d’une bonne diversification (le fonds contient plusieurs obligations de différents pays et avec différentes maturités) et même avec petit capital.

C’est un débat récurrent : faut-il investir en fonds d’investissement actifs (gestion traditionnelle) ou passifs (gestion indicielle en trackers ou ETF) ?

La majorité des fonds obligataires High Yield sont sous une gestion active. Cela signifie que le gérant peut acheter ou vendre librement les obligations qui vont composer le fonds. Ces fonds définissent un benchmark uniquement à titre de comparaison. Ainsi, la performance du fonds dépend des décisions du gérant et non pas du benchmark. 

À l’inverse, il existe quelques trackers (ETF) sur le marché obligataire qui ont simplement pour objectif de répliquer l’indice qu’ils suivent. Notamment, l’ETF Lyxor iBoxx EUR Liquid High Yield BB UCITS (Isin LU1215415214) qui reflète la performance des 50 obligations d’entreprises les plus importantes et les plus liquides dont la notation se situe entre BB- et BB+ (c’est à dire le haut du panier du High Yield). Ce fonds n’est pas éligible au PEA, mais il est disponible notamment sur l’assurance vie Darjeeling (0,35 % de frais de gestion annuels sur ce tracker).

Note de Nicolas : les trackers obligataires sont plutôt décevants et réalisent souvent une moins bonne performance que les fonds actifs. Tout l’inverse des trackers actions !

Les fonds d’obligations High Yield en assurance vie

Tout d’abord, un rappel sur le niveau de risque des obligations HY. La plupart des fonds High Yield ont un niveau de risque SRRI entre 3 et 4 sur une échelle de 7. Pour information, les fonds composés d’actions sont considérés comme plus risqués avec des niveaux de risque SRRI situés entre 5 et 7.

En gestion libre ou en gestion pilotée ?

En pratique, l’assurance vie est une enveloppe qui permet d’investir en fonds d’obligations High Yield. Il est possible d’adopter deux stratégies distinctes pour investir son capital en fonds d’obligations High Yield : soit à travers une gestion pilotée, soit à travers une gestion libre. 

La gestion pilotée permet à l’épargnant de déléguer la gestion de son assurance vie à un expert tout en respectant son profil risque. Voici les meilleures assurances-vie en gestion pilotée. Selon le profil de l’épargnant, le gestionnaire investira sur une part plus ou moins grande d’obligations High Yield.

La gestion libre, quant à elle, offre à l’épargnant la possibilité de choisir ses unités de compte. En effet, l’épargnant devra sélectionner lui-même les fonds sur lesquels il souhaite investir. Voici ici les meilleures assurances-vie avec un bon choix de fonds obligataires : faibles frais de gestion sur unités de compte (0,50 % ou 0,60 % par an) et bon choix de fonds. Sachez qu’il faut bien choisir ses contrats d’assurance vie, car beaucoup ne proposent pas de fonds obligataires. Ainsi, on présente ensuite quelques fonds obligataires sur nos 3 assurances vie préférées.

Les fonds obligations High Yield sur Linxea Avenir

Voici une sélection de fonds d’obligations High Yield disponibles sur Linxea Avenir parmi les unités de compte. Cette liste n’est pas exhaustive. Nous précisons qu’il ne s’agit pas d’une recommandation d’achat.

  • Lyxor iBoxx EUR ETF (LU1215415214) : obligations corporate World (0,35 % de frais de gestion annuels)
  • Lyxor BofAML $ HY (LU1435356149) : obligations corporate USA (0,30 %)
  • Amundi Euro HY (LU0119110723) : obligations Europe (1,45 %)
  • FF European High Yield Fund (LU0251130802) : obligations corporate Europe (1,40 %)
  • HSBC GIF Euro HY (LU0165128348) : obligations corporate World (1,35 %)
  • Allianz Euro HY (FR0010032326) : obligations World (0,96 %)
  • DPAM L Bonds Higher Yield (LU0138645519) : obligations World (1,06 %)

On trouve une sélection diversifiée de fonds d’obligations High yield sur Linxea Avenir. Il y a matière à diversifier entre USA et Europe. Les trackers proposés par Lyxor restent imbattables en termes de frais, mais pas forcément plus intéressants que les fonds actifs. Et le fonds Allianz a des frais de gestion très contenus pour un fonds actif (0,96 %).

Les fonds obligations High Yield sur Linxea Spirit

Voici une sélections de fonds d’obligations High Yield sur Linxea Spirit. Encore une fois, cette liste n’est pas exhaustive (il faut filtrer les fonds obligataires parmi les unités de compte) et il ne s’agit pas d’une recommandation d’achat.

  • FF European High Yield Fund (LU0251130802) : obligations corporate Europe (1,40 % de frais de gestion annuels)
  • HSBC GIF Euro HY (LU0165128348) : obligations corporate World (1,35 %)
  • Allianz Euro HY (FR0010032326) : obligations World (0,96 %)
  • Aberdeen Std Sel € HY (LU0119176310) : obligations Europe (1,44 %)
  • MSIF European HY (LU0073255761) : obligations World (1,09 %)
  • AXA Global High Yield Bonds (LU0125750504) : obligations World, avec hedge (1,25 %)

Le contrat Linxea Spirit propose un panel de fonds similaire à son homologue Linxea Avenir mais avec moins de trackers disponibles. On retrouve le fonds Allianz avec de faibles frais pour cibler l’Europe. Et on note la présence d’un fonds Axa hedgé (couverture contre le risque d’évolution des devises).

Les fonds obligations High Yield sur Darjeeling

Le contrat Darjeeling de Placement-direct.fr propose 950 unités de compte et une grande gamme de fonds d’obligations High Yield, notamment :

  • Amundi Euro HY (LU0119110723) : obligations Europe (1,45 % de frais de gestion annuels)
  • Lyxor BofAML $ HY (LU1812090543) : obligations corporate USA (0,45 %)
  • Fidelity Fds European HY (LU0110060430) : obligations corporate Europe (1,40 %)
  • Ecofi HY (FR0010986919) : obligations World (1 %)
  • EdRF Signatures Euro HY (LU1160363633) : obligations World (1,26 %)
  • MAM HY (FR0000981946) : obligations World (1,99 %)
  • Lazard Corpo Euro HY (FR0010505313) : obligations World (0,78 %)
  • Schelcher Prince Haut Rendement (FR0010560037) : obligations World (1,45 %)
  • AXA Global High Yield Bonds (LU0125750504) : obligations World, avec hedge (1,25 %)

Darjeeling affiche le plus grand nombre d’unités de comptes high yield. Cette grande panoplie requiert un sélection pointue afin de repérer les fonds les mieux gérés. Le fonds Axa Global HY est pratique pour diversifier tout en se couvrant contre l’évolution des devises.

Les fonds d’obligations High Yield sur compte-titres ordinaire

Le compte-titres ordinaire offre une plus grande flexibilité que l’assurance vie dans le choix d’investissement. Ainsi, les fonds cités précédemment (et d’autres encore) sont disponibles via un CTO.

Par exemple, le fonds américain BlackRock High Yield Bond Institutional (US0919296386-BHYIX) est une référence pour s’exposer aux obligations High Yield en USD. Pour des frais de gestion annuels de 0,62 % seulement.

Cependant, les frais d’entrée sur les fonds, généralement négociés à la baisse (voire nuls) par les contrats d’assurance vie, seront payés plein pot lorsqu’on investit via un CTO. Aussi, il est important de bien choisir son CTO afin d’accéder à une bonne gamme de fonds référencés et avec de faibles frais de transaction. Et rappelons que la fiscalité du compte-titres ordinaire est moins clémente que celle de l’assurance vie.

Le comportement des obligations High Yield

Historiquement, les obligations High Yield ont environ 65 % de la volatilité des actions et la corrélation entre ces deux marchés est faible (0,4). En cas de bonne conjoncture, on peut s’attendre à 2/3 de la performance des actions pour 2/3 du risque des marchés actions. Et à quel comportement s’attendre en cas de mauvaise conjoncture économique ?

En cas de récession légère

Lors d’une baisse de régime de l’économie, les fonds High Yield subissent une baisse légèrement avant celle des actions. Les contraintes économiques impactent directement la capacité d’un émetteur à rembourser les détenteurs des obligations. Le marché obligataire reste tout de même moins volatil que celui des actions. Par conséquent, la baisse des fonds High Yield sera inférieure à celles des actions, de l’ordre de 50 % de la baisse des actions.

Après récession, les fonds High Yield bénéficient généralement d’un rebond fort de leur performance, au même moment que le marché des actions et avec le même ordre de grandeur.

En cas de récession sévère

En cas d’une récession sévère et prolongée, avec de nombreuses faillites d’entreprises, le même phénomène se réalise. La baisse des fonds High Yield se fait en escalier, c’est à dire avec des successions de baisses violentes et de période de stabilité. C’est là que tout l’intérêt d’investir via des fonds d’investissements se fait ressentir, en mutualisant les risques.

En sortie de récession, la remontée est également brutale ou en escalier, en fonction du nombre de défauts et des nouvelles conditions de remboursement favorables ou non aux créanciers.

En cas de krach

Un scénario de grave crise économique ou financière est celui qui inclue le plus grand nombre de faillites d’entreprises et donc de défauts d’obligations High Yield. En cas de retournement systémique, certaines obligations High Yield feront défaut et ne rembourseront que 30 ou 40 % du pair. Tandis que les obligations qui ne font pas défaut paieront des coupons très élevés et contribueront à une remontée rapide.

Mais l’origine de la crise joue beaucoup sur la rapidité de la reprise de ce segment, tout comme pour les actions. Par exemple, le marché des actions a beaucoup souffert lors du krach boursier des années 2000, mais les obligations sont restées solides. De même, la crise financière de 2008 était vue comme un signe de l’arrivée d’une vague de défauts obligataires. Au final, il y a eu peu de défauts effectifs au regard de la nature de la crise, et une remontée impressionnante s’en est suivie.


Vous connaissez maintenant les moyens d’investir en obligations High Yield. Bien sûr, nous ne pouvons pas être exhaustifs et lister tous les fonds et ceci ne constitue pas un conseil en investissement, chacun doit investir selon son allocation patrimoniale. Pour rappel, vous pouvez aussi lire notre article Pourquoi, combien et comment investir en obligations ? Encore une fois, nos fidèles lecteurs Cédric et Travis (leurs profils LinkedIn) ont contribué à cet article et nous les en remercions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *