Assurances-vie Luxembourgeoises : 5 atouts à connaître

Assurance-vie luxembourgeoise

Les assurances-vie Luxembourgeoises font l’objet de bien des fantasmes. Qu’en est-il en réalité ? Quels sont leurs avantages pour nous Français ? Et présentent-elles des inconvénients ? Dans quelles conditions ces contrats peuvent-ils se révéler intéressants ? Sont-ils accessibles facilement ? En France, nous avons déjà le choix entre des dizaines de contrats d’assurance-vie différents, nous pouvons en détenir plusieurs et nous avons expliqué l’importance de bien choisir son assurance-vie. Alors pourquoi investir en assurance-vie Luxembourgeoise ?

L’assurance-vie Luxembourgeoise, tout comme nos assurances-vie, est un contrat qui rémunère l’épargnant (aussi appelé l’assuré) ; et par lequel l’assureur s’engage à verser, au décès de l’assuré, un capital ou une rente à ses bénéficiaires. On y retrouve les mêmes avantages que pour un contrat d’assurance-vie français, tant au niveau de la fiscalité du vivant sur les gains de l’assuré, que s’agissant du sort de sa succession.

Toutefois, le contrat d’assurance-vie Luxembourgeois diffère en bien des manières de celui de son homologue français. Étudions ses singularités ensemble et voyons dans quelles conditions ces contrats présentent un intérêt pour l’investisseur français.

SOMMAIRE

Les avantages des assurances-vie Luxembourgeoises.

Les assurances-vie Luxembourgeoises présentent 5 principaux avantages par rapport aux assurances-vie Françaises.

Le super privilège des assurances-vie Luxembourgeoises.

Le super privilège Luxembourgeois constitue une très bonne protection en cas de faillite de l’assureur, puisque l’épargnant est créancier de premier rang. Concrètement, dans un scénario de faillite d’un assureur au Luxembourg non racheté par un de ses concurrents, les épargnants seraient alors remboursés avant l’administration fiscale, les employés et les fournisseurs. Alors qu’en France, les épargnants ne seraient éventuellement remboursés qu’après le fisc et les employés et avant les fournisseurs (ceci dit on bénéficie de la garantie de l’État à hauteur de 70 000 € par assureur).

En plus du super privilège, l’épargnant est aussi protégé du fait que ses actifs sont bien distingués des autres actifs de l’assureur (contrôle par le Commissariat aux assurances) et qu’ils sont déposés dans une banque dépositaire (et non conservés chez l’assureur). Ainsi, on parle de triangle de sécurité Luxembourgeois.

Un choix d’unités de compte sans limite.

La palette d’unités de compte est absolument sans limite, car la règlementation pour les assureurs est plus souple. Pour rappel, en assurance-vie vous avez le choix d’investir en fonds euro (rendement modeste mais le capital est sécurisé) ou en unités de compte (fonds d’investissement qui présentent un risque de perte en capital mais une meilleure espérance de gain).

Sur les meilleurs contrats d’assurance-vie français, nous avons le choix au mieux entre 600 unités de compte référencées et on ne peut pas personnaliser. Du côté de l’assurance-vie Luxembourgeoise, aucune contrainte de référencement, donc on peut faire référencer ce que l’on veut sous 2 semaines !

Ainsi, on peut investir sur presque 100 % du marché des actions (titres vifs cotés ou non cotés), trackers, fonds d’investissement actifs (OPCVM), produits structurés, hedge funds, etc. Par exemple, vous souhaitez investir sur un fonds qui vient d’être créé et disponible sur aucun contrat d’assurance-vie français ? Vous pouvez demander à votre assureur Luxembourgeois de le référencer sur votre contrat d’assurance-vie Luxembourgeois et vous pourrez alors investir dessus d’ici 2 semaines.

Vous êtes chef d’entreprise et souhaitez y loger vos parts de société ? C’est possible aussi d’investir en titres non côtés ! Ainsi vos dividendes bénéficieront de la fiscalité de l’assurance-vie, de même que la plus-value si vous vendez vos titres.

Par ailleurs, les clients ont accès à des fonds d’investissement particuliers : les FID (fonds internes dédiés), FIC (fonds internes collectifs) et FAS (fonds d’assurance spécialisés).

Note de Nicolas : Ceci dit cette flexibilité à un coût, avec des frais d’ordre qui peuvent être de 1 % et des frais de gestion sur unité de compte généralement à plus de 0,80 % par an. Alors que parmi les meilleures assurances-vie françaises, on trouve Linxea Spirit avec 0,50 % de frais de gestion sur unités de compte par an.

Créer un OPCVM familial et le loger dans son assurance-vie Luxembourgeoise.

C’est un avantage lié au précédent : on peut personnaliser son contrat et faire référencer n’importe quelle unité de compte. Pour les plus fortunés, il est possible de créer un fonds d’investissement (OPCVM)  familial et de le loger dans le contrat d’assurance vie. Quel intérêt ? Cela peut être très intéressant en matière de gestion de fortune et ce à double titre : profiter de la fiscalité réduite de l’assurance-vie, tout en conservant le caractère privé du fonds.

Ainsi, beaucoup de grandes familles fortunées créent leur propre OPCVM familial pour y loger toute la fortune familiale et gérer un seul gigantesque pot commun, avec chaque membre de la famille qui détient des parts de cet OPCVM privé. En France cela ne serait pas possible, car le fonds serait disponible à la souscription par tous ceux disposant du même contrat d’assurance-vie.

La neutralité fiscale du Luxembourg.

C’est la fiscalité du pays de résidence de l’épargnant qui prévaut et il n’y a pas de taxe au niveau du Luxembourg. C’est ce qu’on appelle la neutralité fiscale.

Par conséquent, il n’y a pas de contrainte liée à la territorialité de la domiciliation. Par exemple, un Français qui doit quitter la France va peut-être être amené à clôturer ses contrats d’assurance-vie français à son départ en raison de la fiscalité (ou il n’y touchera plus pour ne pas déclencher d’évènement fiscal). Alors que si cet épargnant dispose de contrats d’assurance-vie Luxembourgeois, les actifs sont déjà hors de France donc le problème ne se pose pas et la fiscalité du contrat s’adapte à son pays de résidence. Il s’agit d’un avantage particulièrement agréable quand on s’expatrie dans un paradis fiscal.

Note de Nicolas : si on quitte la France pour un pays hors zone Euro, l’intérêt est moindre car il est rare que la fiscalité hors zone euro (USA par exemple) soit plus avantageuse que notre fiscalité de l’assurance-vie très clémente après les 8 ans du contrat.

Plusieurs devises au sein d’une même assurance-vie Luxembourgeoise.

Il est possible d’avoir son contrat d’assurance-vie libellé en plusieurs devises. Par exemple, dans son contrat d’assurance-vie on peut avoir un sous-compartiment libellé en euros, un autre en dollars, en livres, en francs suisses…ou autres devises majeures. Cela peut s’avérer pratique pour investir sur des fonds uniquement disponibles hors zone euro, ou par exemple sur des actions en dollar (Amazon, Facebook, Apple, etc.). Ceci dit, pour investir en actions en devises étrangères, le compte-titres ordinaire a retrouvé de sa superbe en France grâce à la flat tax (imposition des gains à 30 % tout compris).

Par ailleurs, diversifier son épargne dans des placements à devises différentes peut également permettre de se prémunir contre le risque de change. Ainsi, les expatriés sont particulièrement friands de cette spécificité de l’assurance-vie luxembourgeoise. Par exemple, un expatrié aux États-Unis peut placer en USD sur son assurance-vie.

Les inconvénients des assurances-vie Luxembourgeoises.

Malheureusement, pour être complet, il n’y a pas que des avantages. Sachez que les assurances-vie Luxembourgeoises présentent aussi quelques petits défauts par rapport à leurs homologues Françaises.

Des frais de gestion plus élevés.

Les contrats sont créés « sur-mesure » pour chaque épargnant. Il n’y a pas de palette d’unités de compte harmonisée pour tous les clients du contrat, donc c’est complexe à gérer pour l’assureur et plus cher pour les clients. Généralement les frais de gestion sur unités de compte commencent à 1 % par an et il faut placer plus d’1 million d’euros pour espérer passer sous la barre de 0,80 %, et plus de 10 millions d’euros pour tomber sous 0,50 % de frais de gestion par an.

Note de Nicolas : c’est le niveau de frais de gestion d’une assurance-vie française moyenne. Alors qu’une excellente assurance-vie française que nous connaissons bien (Linxea Spirit) est à 0,50 % par an dès 500 € placés. Ceci dit, dans le cadre de l’assurance-vie Luxembourgeoise on dispose d’une assurance-vie taillée « sur-mesure », c’est de la haute couture qui se paie.

Une gestion plus laborieuse.

Comme avec les assurances-vie françaises, on peut investir en gestion libre ou déléguer en gestion pilotée. Mais deux points sont à signaler.

Pas d’aide à la déclaration fiscale.

La fiscalité des assurances-vie Luxembourgeoises est la même que celle des contrats Français (détails ici). Mais quand l’épargnant fait un retrait d’argent (rachat partiel ou total) à déclarer au titre de l’impôt sur le revenu, il faut être très vigilant car il n’y a pas d’aide aux déclarations fiscales dans le cadre de ces contrats Luxembourgeois. Ainsi, il existe un risque de redressement fiscal important en cas d’erreur.

Sachez que depuis 2017, le Luxembourg s’est engagé en faveur de la mise en application de l’échange automatique d’informations (AEOI) avec les différentes administrations fiscales des autres pays signataires (dont la France fait partie). Désormais, les informations sur les comptes bancaires détenus par des personnes physiques ou morales résidant dans un des États signataires sont échangées automatiquement et non plus sur demande.

Des arbitrages d’un autre temps.

Pour rappel, arbitrer consiste à désinvestir un ou plusieurs fonds pour les réinvestir au sein du même contrat d’assurance-vie. Sachez que la méthode d’arbitrage des assurances-vie Luxembourgeoises demeure archaïque. Concrètement, beaucoup d’assureurs Luxembourgeois sont en retard sur la dématérialisation et les arbitrages doivent se faire par fax ou courrier. Bref, on est loin de nos arbitrages en quelques clics sur nos assurances-vie préférées. Toutefois, il est possible d’investir en gestion pilotée et dans ce cas les arbitrages ne sont pas faits par l’épargnant mais par le gestionnaire.

Note de Nicolas : ceci dit, si vous passez par les services d’un bon conseiller en gestion de patrimoine, vous pourrez vous épargner ces désagrément. Alors, vous pourrez déléguer sereinement la gestion de votre assurance-vie Luxembourgeoise.

Le fonds euro est délaissé.

Les Français adorent le fonds euro pour la sécurité qu’il procure. En effet, il n’y a pas de risque de perte en capital, contrairement aux unités de compte. Ainsi, 80 % des encours d’assurances-vie françaises sont investis en fonds euro et seulement 20 % en unités de compte.

Sur les contrats d’assurance-vie Luxembourgeois, l’épargnant typique Français sera bien malheureux. En effet, les fonds euros sont inexistants ou sous-performants : les fonds euros n’ont souvent pas leur place dans ces contrats, ou s’ils existent la rémunération est mauvaise (loin derrière nos meilleurs fonds euros français). En clair, l’esprit du contrat d’assurance-vie luxembourgeois est 100% unités de compte, on vise donc l’épargnant qui souhaite dynamiser ses investissements.

Note de Nicolas : un défaut qui n’en n’est pas vraiment un, car pour sécuriser votre capital vous avez aussi à disposition des unités de compte de type monétaire ou obligataire à très faible risque (évaluées risque 1 ou 2 sur 7).

Investir en assurance-vie Luxembourgeoise ?

Nous avons pesé le pour et le contre pour que chacun puisse juger s’il souhaite investir en assurance-vie Luxembourgeoise. Au bilan, leurs qualités indéniables peuvent contrebalancer largement les quelques défauts mentionnés dès qu’on a le bon profil d’épargnant qui permet d’en profiter.

Finalement, les contrats d’assurance-vie Luxembourgeois pourront attirer les épargnants qui souhaitent une protection du capital maximale (au-delà des 70 000 € par assureur en France) et qui veulent investir surtout en unités de compte (donc hors fonds euro). Et elles visent plus particulièrement les épargnants de profil « patrimonial » et/ou mobiles géographiquement, qui pourront avoir une « assurance-vie sur-mesure » et également profiter facilement du crédit Lombard (avance sur titres).

Pour tous les autres (la majorité des Français), nos bonnes vieilles assurances-vie sont là (bien choisir son contrat d’assurance-vie) et ne déméritent pas : fonds euro pour sécuriser, moindres frais et gestion plus réactive en ligne.

En pratique, l’assurance-vie luxembourgeoise n’est pas aussi accessible que l’assurance-vie Française ouvrable avec seulement 100 €. D’une part il faut plus de moyens pour y accéder : comptez plusieurs dizaines de milliers d’euros. D’autre part, il faut savoir vers qui se tourner car c’est un placement beaucoup plus confidentiel, que vous ne trouverez pas en agence de banque de détail.

Vous souhaitez évaluer l’intérêt d’une assurance-vie luxembourgeoise dans votre situation ? Nous pouvons vous mettre en relation avec des experts sur ce sujet.

Assurance-vie luxembourgeoise

Assurances-vie Luxembourgeoises : 5 atouts à connaître
5 (100%) 2 votes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Assurances-vie Luxembourgeoises : 5 atouts à connaître”

  • Avatar
    • Nicolas