Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Avis Banque Privée : Nicolas raconte son expérience

Banque privée avis de Nicolas

De nombreuses banques s’attribuent le titre de « banque privée ». Cela donne une belle image, on s’attend à un service de bon niveau et à des placements qualitatifs. Mais est-ce le cas ? Je vais vous donner mon avis sur la banque privée en tant que client. Ou plutôt, ex client. Car toute l’année 2022, cette banque m’a causé beaucoup de soucis et de temps perdu. Ma 1ère résolution 2023 a été de la quitter.

Je ne dirai pas quelle banque privée a été aussi désastreuse. Mais beaucoup de lecteurs nous ont fait des retours similaires sur différentes banques.

Cet avis banque privée n’est pas fondé que sur ma seule expérience personnelle. Il a été nourri par les nombreux retours des lecteurs (150 000 lecteurs par mois depuis plusieurs années, je pense que nous avons un bon échantillon et un bon recul !) Mes déboires ont été le déclic pour me lancer dans cet avis sur les banques privées et pour raconter mon expérience par la même occasion.

SOMMAIRE

Avis banque privée : synthèse

Notre avis Banque Privée (BP) porte sur les BP « de réseau bancaire ». Des filiales banques privées ont été créées par chacun des grands groupes bancaires. Vous voyez de qui il s’agit : ce sont des banques connues, qui ont des agences dans chaque ville.

Si vous avez le minimum d’encours (épargne) ou de patrimoine (immobilier, mais surtout financier), vous êtes étiqueté « client patrimonial ». Dans ce cas, votre conseiller (ou le directeur d’agence) peut vous proposer de basculer dans la branche BP de votre banque, et un conseiller patrimonial vous est attribué.

C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à mon père il y a quelques années (mais il a fini lui aussi par les quitter quand je lui ai donné mon avis sur la banque privée… il ne réalisait pas à quel point ils étaient médiocres, je lui ai expliqué quand il m’a montré ses placements).

Il existe également des banques privées indépendantes et plus typées gestion de fortune. Nous n’en parlons pas dans cet article, car le niveau est moins homogène (et globalement bien supérieur, mais avec un ticket d’entrée plus élevé supérieur à 1 million d’euros, voire 10 millions d’euros).

En synthèse, notre comparatif banque privée versus banque grand public :

Avis Banque privée Banque grand public
Ticket d'entrée 100 000 € 1 €
Nombre de clients par conseiller 300 clients 1500 clients
Niveau du conseiller Master 2 gestion de patrimoine BTS Force de vente ou licence banque
Turn-over Mutation tous les 5 ans Mutation tous les 3 ans
Services Crédits, placements, ingénierie patrimoniale Crédits, placements, forfaits téléphoniques, etc.
Niveau des produits et services Le conseiller est plus qualifié et peut être compétent... mais il est limité aux placements de la maison (médiocres) Le personnel est relativement peu qualifié et il est limité aux placements de la maison (médiocres)
Café servi ? Oui (et bureaux plus spacieux et agréables) Non

Que ce soit dans la banque grand public ou dans la marque banque privée de la banque, il s’agit des mêmes placements. Parfois avec un petit effort sur les frais. Mais ils restent très élevés et peu attractifs par rapport à ce qu’il se fait de mieux chez les spécialistes : les meilleurs placements du marché ne sont pas chez les banques privées, mais chez les spécialistes des placements. Lisez donc nos comparatifs : les meilleures assurances vie, les meilleurs PEA, les meilleurs comptes-titres, les meilleurs PER.

Et en matière d’investissement immobilier, les banques privées vont aussi vous vendre uniquement les programmes maison. Que ce soit du Pinel, des résidences LMNP, des programmes immobilier pour défiscaliser, etc. Ce seront les programmes maison, sans comparer à ce que le marché propose de mieux.

Il est peu probable que votre « conseiller » vous dise : « nos programmes immobiliers ne sont pas intéressants, je vous conseille d’acheter un appartement dans l’ancien puis de le louer sous le statut LMNP pour avoir un bon rendement et optimiser fiscalement. Et notre assurance vie n’est pas compétitive (trop de frais et mauvais choix de fonds), allez plutôt chez X ou Y pour mieux placer « .

De plus, les appels à défiscaliser peuvent être insistants. Mais ce n’est pas forcément dans votre intérêt, et puis il faut défiscaliser intelligemment. Lisez notre article : comment défiscaliser ?

Avis de Ludovic : la banque privée est tentante pour flatter l’égo, mais on constate surtout que ces banques privées ne font pas du conseil, mais plutôt du commercial. En effet, elles ne peuvent pas offrir de véritable conseil indépendant, elles ne peuvent que vendre leurs propres placements maison. Quand bien même ces placements ne sont pas compétitifs ni rentables par rapport à la concurrence. C’est donc complètement biaisé et nous ne trouvons pas adéquats les termes de « conseillers patrimoniaux ou conseillers clientèle », il s’agit plutôt de commerciaux. Selon nous, l’essentiel est de bien investir pour bien faire travailler notre patrimoine, les beaux locaux et le café sont des détails qui ne doivent pas faire perdre de vue l’essentiel. Si vous souhaitez un vrai conseil indépendant, choisissez un vrai conseiller (comment choisir un conseiller en gestion de patrimoine).

Choisir un conseiller en gestion de patrimoine

Pourquoi j’ai choisi une banque privée ?

Les fidèles lecteurs d’ADI seront surpris. Pourquoi j’ai choisi une banque privée, alors que j’explique depuis des années (5 ans sur ADI, mais plus de 10 ans par ailleurs) que les banques traditionnelles (y compris les banques privées de grand réseau bancaire) sont décevantes ? Et alors que je n’ai pas besoin de conseil, puisque je suis mon propre conseiller (Master 2 en ingénierie patrimoniale).

Pour une bonne partie de mon patrimoine, j’investis via les établissements cités sur ADI (les meilleures assurances vie, les meilleurs PEA, les meilleurs comptes-titres, les meilleurs PER). Mais cette fois, pour une part de patrimoine professionnel, j’avais un besoin très particulier pour ma holding à l’impôt sur les sociétés (investir en holding).

Je souhaitais accéder à un crédit in fine, pour financer des SCPI (en usufruit) via ma société à l’IS (impôt sur les sociétés). Il s’agit d’un montage intéressant en personne morale à l’IS, car on pratique l’amortissement comptable linéaire sur l’usufruit, ce qui permet d’optimiser fiscalement. Et le crédit in fine optimise le cash flow.

J’y reviendrai un jour, c’est un peu complexe et ce n’est pas le sujet ici (MAJ suite à article publié : acheter des SCPI en usufruit).

Et pour le crédit immobilier, les banques sont compétentes, cela reste leur métier et elles sont plutôt bonnes sur ce point (pour les placements non, mais pour les crédits oui). A fortiori, pour ce montage particulier (crédit in fine pour financer des SCPI en usufruit pour une personne morale), il me fallait une banque privée très compétente et expérimentée, pas l’agence grand public.

Et pourquoi la banque privée X en particulier ?

J’ai donc fait le tour de la place, et consulté 4 banques privées différentes. J’ai rencontré les plus connues. Les conseillers m’ont fait de gros yeux, un peu perdus… il a fallu parfois que j’explique ce que sont les SCPI, ou le crédit in fine, ou l’usufruit, ou encore la particularité de la fiscalité à l’IS sur des des SCPI en usufruit, etc. Mon a priori négatif sur le niveau des banques privées se confirmait et je commençais à désespérer.

Finalement, mon choix s’est porté sur la banque privée X (je préfère ne pas citer le nom), qui m’a garanti de pouvoir répondre à mon besoin. J’ai fait confiance au conseiller qui connaissait visiblement ce montage, et il me semblait digne de confiance.

En contrepartie, je devais placer 150 k€ sur un contrat de capitalisation de qualité médiocre. J’ai accepté car la banque a accepté ma négociation à 0 frais sur versement (mais les frais de gestion sur unités de compte à 1 %…le double de mes placements habituels chez les bons acteurs !)

De plus, lui et le directeur de l’agence m’ont promis du conseil d’optimisation de transmission de patrimoine et d’ingénierie patrimoniale. J’étais curieux de les challenger sur ces points que je maîtrise bien. (Mais vous le verrez, je n’ai rien eu de tout cela…)

Et puis je devais bénéficier de la gratuité de gestion de mon compte courant professionnel et avec la carte bancaire professionnelle gratuite. (Mais vous le verrez, cela n’a duré que quelques mois…)

Note de Nicolas : finalement je suis parti après 1 an de calvaire, car j’ai été mené en bateau. J’ai abandonné mon projet d’achat de SCPI en usufruit via ma holding. Progressivement, j’ai quitté complètement la banque privée X, je relate maintenant mon expérience.

Mon expérience client en banque privée

Il s’agit de ma propre expérience, qui n’a duré qu’une année avant que je fuis. J’ai été retenu pendant des mois avec de fausses promesses, j’aurais dû arrêter les dégâts plus tôt.

Toutes les péripéties qui suivent illustrent malheureusement bien les défauts que l’on trouve fréquemment en banque. Mon expérience a été partagée par de nombreux lecteurs ces dernières années.

Aperçu de mes comptes fin 2022

Capture d’écran de mon espace client Banque Privée X, en fin de relation :

Banque privée avis

J’ai vidé tout ce que je pouvais, et transféré dans mes autres établissements (les meilleurs, qui m’ont toujours satisfait) :

  • mon compte courant : il ne me reste que 100 € (s’ils souhaitent me prélever des frais encore alors que j’ai envoyé mon recommandé pour résilier le compte et la carte bancaire…je suis généreux), j’ai viré tout le reste sur mon compte professionnel Qonto ;
  • mon compte-titres (compte-titres ordinaire pour personne morale) : j’avais investi 100 000 € (en acceptant de payer beaucoup de frais). J’ai tout revendu sur 1 semaine et tout réinvesti la même semaine sur mon compte-titres Fortuneo (2 ordres gratuits par mois, car j’ai investi plus de 50 000 €, merci la formule 0 courtage).
  • portefeuille SCPI : il est resté désespérément vide pendant 1 an, vu que la banque privée X n’a rien fait 😅 Pourtant c’était simple, une souscription aux SCPI maison. Tant pis (ou tant mieux…), je vais passer par Prosper Conseil (société de conseil en gestion de patrimoine que j’ai créé en 2022 avec Ludovic)
  • contrat de capitalisation : contrat Espace Invest 5. J’ai demandé le rachat total de mon contrat. J’avais investi 150 000 € (le montant n’a jamais été à jour sur mon espace client…), car c’était la somme que je devais nantir afin d’acheter les 100 000 € de SCPI en usufruit. Bel effort, alors que ce contrat est bien moins intéressant que le contrat de capitalisation Linxea Spirit 2. J’ai respecté ma part du marché dès le début de ma relation avec la banque privée X, alors que de son côté la banque n’a rien fait ensuite.

Le courrier recommandé envoyé au directeur de l’agence banque privée

Je vous copie-colle directement le courrier de fin de relation adressé à mon agence le 21/11/2022, par recommandé avec accusé de réception. Cela reprend tous les évènements, vous comprendrez mieux mon avis sur la banque privée et pourquoi je les quitte.

Objet : fin de notre relation bancaire, fermeture de comptes bancaires et réclamation.

PJ 1 : capture d’écran de mon espace client X au 21/11/2022.

PJ 2 : mails du directeur d’agence (M. X)  des 18 et 23 août 2022.

PJ 3 : carte bancaire détruite.

PJ 4 : RIB Qonto.

J’ai décidé de faire confiance à Banque Privée X fin 2021 pour mon compte professionnel et mes investissements en société.

J’avais bien expliqué que je cherchais une banque dans le but notamment d’y investir en SCPI en usufruit avec un bon financement (crédit in fine). Vous m’aviez promis que Banque Privée X répondrait à mes besoins. C’est pourquoi j’ai signé avec vous et pas ailleurs.

Mais fin 2022, tous les dossiers montés avec votre agence ont été des échecs. J’ai été berné. Vous n’avez pas tenu vos engagements. En août pourtant, le directeur M. Y m’affirmait par mail que c’était une question de jours (cf PJ 2).

Et le 05/08/2022, en entretien téléphonique avec le service qualité client (Mme Z, conversation enregistrée, je l’avais informée de l’enregistrement), Banque Privée X s’était confondu en excuses et me promettait de tout régler. Mais non, échec, on me mène en bateau depuis le début.

Notre relation avec Banque Privée X avait dès le départ commencé par un mensonge / une tromperie. Car il y a 1 an, M. X m’avait dit au cours de notre 1er entretien qu’il resterait mon conseiller très longtemps car peu de mutation chez Banque Privée X. C’était un point essentiel pour que je signe chez vous, sinon je lui avais dit que je préférais rejoindre une autre banque. Or 1 mois plus tard, il m’apprenait (au cours du cocktail avec les autres clients) qu’il était muté à Grenoble et qu’il le savait déjà depuis notre première rencontre ! Malgré tout, j’ai continué de vous accorder ma confiance. Mal m’en a pris.

Notre relation n’a été ensuite qu’un enchaînement d’erreurs qui ferait frémir les autorités compétentes. J’ai été bien trop patient.

Je souhaite donc mettre un terme à notre relation. Voici un rappel des faits et mes demandes dossier par dossier :

1/ La tenue du compte-courant

Vous trouverez ci-joint ma carte bancaire détruite. Je vous demande de résilier immédiatement mon compte courant, la carte bancaire associée et le « forfait banque privée ». Compte Courant  – XXXX.

Je vous informe que tous mes prélèvements et virements sont déjà effectués ailleurs (Qonto), j’ai prévenu mes créanciers.

Vous m’aviez promis la gratuité, or je suis régulièrement prélevé. De plus, je n’ai pas eu de « service banque privée », vous avez échoué sur tous les points (je continue la liste ensuite) et mon conseiller M. X a été absent pendant 4 mois sans remplaçant pour travailler sur nos dossiers en cours (son remplaçant M. XX par téléphone m’avait répondu qu’il n’avait pas le temps de traiter mes mails).

Par conséquent, je vous demande de me rembourser les 115 € de forfait (je n’ai pas eu le « service banque privée ») + 28 € prélevés le 12/10/2022 et les 28 € prélevés le 09/11/2022 (carte bancaire que je n’utilise pas, vous m’avez attribué la plus haut de gamme en me promettant que ce serait gratuit et ensuite vous me facturez 28 € tous les mois…).

Je vous prie de bien vouloir mettre en œuvre, à compter de ce jour, les diverses démarches conduisant à la fermeture définitive de mon compte. Le solde actuel (100 €) est suffisant pour permettre le paiement des règlements qui seraient éventuellement encore en cours de circulation (0 chèque en circulation et 0 paiement CB).

À la date de la fermeture, je vous remercie de bien vouloir m’adresser un relevé de compte détaillé, et un virement vers mon RIB Qonto ci-joint (PJ 4) représentant le montant du solde définitif.

2/ Le virement international

En avril, j’avais demandé à Banque Privée X de virer 2500 $ aux US pour un investissement sur la levée de fonds de la société XXX. Mes consignes étaient précises et j’avais donné un libellé clair pour que mon correspondant retrouve mon virement. En précisant que c’était très important et urgent.

Mais Banque Privée X a viré 2480 $ et mon correspondant n’a donc pas trouvé mon virement (puisqu’il cherchait 2500 $)…il l’a trouvé 2 mois après quand j’ai relancé une Nième fois Banque Privée X qui m’a alors dit que le virement avait été de 2480 $. Depuis 2 mois l’agence me disait que le virement de 2500 $ avait bien été réalisé et que c’était à mon correspondant aux US de chercher.

Et donc au lieu d’acheter 250 titres à 10 $ (2500 $), j’ai acheté seulement 167,70 titres à 14,79 $ (2480 $) car le titre avait évidemment flambé au cours de la levée de fonds. Donc je perds 33 % d’actions ! Et donc potentiellement des dizaines de milliers de dollars perdus si la société performe bien !

Par conséquent, Je vous demande un dédommagement pour le préjudice subi, et en échange je ne me retournerai pas contre vous dans quelques années quand je débouclerai ma position en ayant perdu 33 % d’actions.

D’ailleurs, le 05/08/2022, en entretien téléphonique, le service réclamation m’avait répondu « vous auriez dû être informé immédiatement par un rapport d’exécution du virement, pour que vous réalisiez que la somme virée n’était pas la bonne ». J’ai l’enregistrement audio. Il y a eu défaut d’information.

3/ La tenue du compte-titres

J’avais investi 100 k€. Mais encore une fois, échec. J’ai subi des bugs à répétition avec impossibilité de passer des ordres et j’ai perdu beaucoup de temps à relancer mon conseiller pour rétablir le service.

De plus, l’espace client ne se mettait pas à jour, ou avec un gros décalage.

Enfin, les frais dont nous avions convenu n’ont pas été appliqués, vous deviez vous aligner à 0,12 % l’ordre sans droits de garde.

Ce n’est pas fiable, j’ai donc vidé mon CTO pour investir ailleurs, dans mon établissement habituel.

Par conséquent, je vous demande de clôturer le CTO numéro XXX.

4/ Le contrat de capitalisation

J’ai investi 150 k€ sur 2 unités de compte. Vous n’avez pas respecté ce que je vous ai demandé, à savoir l’investissement de 105 k€ sur l’ETF Amundi World (LU1681043599). Vous avez investi sur une autre UC sans m’en informer et sans me demander l’autorisation, c’est un grave manquement à la réglementation.

De plus, ce contrat de capitalisation était la contrepartie à mon investissement en SCPI en usufruit avec crédit in fine (ma seule raison de devenir client de votre banque) qui fut aussi un échec. Pas de crédit SCPI, pas d’investissement SCPI. Pas d’investissement SCPI, pas de contrat de capitalisation.

Par conséquent, je vous demande de me restituer les 150 k€ investis, car mon allocation n’a pas été respectée et contrat non honoré. À cet effet, je vous demande de réaliser un rachat total immédiatement et de virer la somme sur mon RIB Qonto ci-joint (PJ 4).

Nom de contrat : ESPACE INVEST 5 CAPITALISATION. Numéro du contrat : XXXX

Notez que je l’avais déjà demandé et le 05/08/2022 en entretien téléphonique avec le service qualité client (Mme Z), qui m’avait alors dit : « Je m’engage à prendre toutes les infos pour faire un rachat total, je vous apporte une réponse d’ici vendredi 12/08 et ensuite je suis en congés 2 semaines ». Promesse non tenue.

5/ Les SCPI : souscription et financement

J’ai signé en avril des documents pour un crédit in fine que l’on me promettait à un taux de 1,30 % pour souscription de 100 k€ de SCPI.  Contrepartie : 150 k€ investis sur contrat de capitalisation. Cela faisait partie de notre accord et j’ai honoré ma part du marché.

Finalement, 7 mois plus tard vous ne m’avez toujours pas présenté d’offre de crédit. Alors que nous avons fait toutes les démarches et signé tous les papiers, ainsi que les bulletins de souscription des SCPI.

L’absence prolongée du conseiller (M. X) n’est pas une excuse valable, c’était à la banque de s’organiser. J’aurais pu investir en SCPI ailleurs, mais je vous ai cru chaque mois quand je relançais et que vous me disiez que ce serait bientôt réglé. J’ai même à 2 reprises réalisé des devis d’assurance emprunteur, encore une perte de temps.

Par conséquent, je vous demande de tout annuler (le crédit SCPI et l’acquisition des SCPI) car je n’ai plus aucune confiance en vous, je veux mettre un terme à notre relation. Quel dédommagement me proposez-vous pour réparer ce coût d’opportunité ?

Le directeur M. Y le 23/08 par mail (cf PJ 2) : « Je vous informe que nous avons obtenu ce jour l’accord pour appliquer un taux de 1,30 % hors assurance sur votre dossier de financement SCPI. » 

Synthèse de mes demandes

Tout ce que j’avance est étayé par les dizaines de mails que j’ai conservés et l’enregistrement audio.

En PJ 1, vous avez la vision globale de mes comptes à ce jour (21/11/2022). Le contrat de capitalisation affiche 141 388 € mais l’espace client n’est pas à jour (la somme est figée depuis des mois).

Dans l’immédiat, veuillez procéder à :

la fermeture du compte courant (+ CB + forfait banque privée)

+ fermeture du compte-titres

+ rachat total du contrat de capitalisation.

Ce sont les points 1, 3 et 4 énoncés ci-dessus. Vous trouverez ci-joint mon RIB Qonto, pour le virement de mon solde restant dû (notamment les 150 k€ investis sur le contrat de capitalisation, ou plus si le contrat est davantage valorisé le jour du rachat total. Et j’ai laissé 100 € sur mon compte courant.).

Dans un second temps, pour les points 2 et 5 (échecs du virement international et des SCPI), je suis disponible pour négocier le montant des indemnités pour réparer tous les préjudices subis.

Je souhaite que tout soit réglé d’ici le 21/12/2022 (ce qui représente 1 mois de délai), pour que l’on se sépare à l’amiable et que je n’entende plus parler de Banque Privée X en 2023. Vous n’entendrez plus parler de moi non plus. C’est dans votre intérêt.

Sinon, je saisirai le médiateur bancaire / ACPR / AMF pour défaut de conseil, défaut d’information et pratiques commerciales trompeuses.

Dans l’attente, bien cordialement,

Nicolas

Mon avis banque privée X : mes sentiments à froid

Voilà pour ma lettre recommandée. Jamais j’aurais cru devoir subir tous ces échecs sur tous ces dossiers (100 % d’échec, même sur des demandes simples !), et devoir rédiger un courrier sur ce ton.

C’est à croire qu’ils n’ont jamais eu l’intention de répondre à mon besoin et que leur seul objectif était de collecter un maximum d’encours. Et c’est une stratégie commerciale globale, du « conseiller » initial qui m’a séduit, jusqu’au directeur d’agence, en passant par le siège à Paris qui travaillait soi-disant sur ma demande de crédit.

J’ai fait face à un amateurisme et à un « m’enfoutisme » incroyables, je n’ai jamais eu une telle expérience client. J’ai perdu un temps fou en 2022 avec cette banque privée, en rendez-vous stériles et en mails qui n’étaient pas suivis d’effet.

Dans ma boîte mail, j’avais créé un dossier « banque privée X ». Il y a eu 408 mails en 1 an ! Et j’ai eu 4 RDV d’1h30. J’ai perdu des dizaines d’heures pour ce résultat. J’ai un gros sentiment de gâchis, mon temps est précieux. Et une grande déception sur les « conseillers » (en réalité des commerciaux) qui m’ont trompé en faisant croire qu’ils pourraient honorer mon besoin (financement SCPI en usufruit par un crédit in fine).

Alors qu’avec mes établissements habituels en ligne, tout est fluide. Je ne rédige pas de mails (je n’ai pas besoin de faire 50 relances pour réaliser telle ou telle opération et pour faire des réclamations de remboursement de frais), les opérations sont réalisées en ligne en quelques clics, à des frais plus bas, et les placements sont bien meilleurs.

Bref, avant cette mésaventure j’avais un avis négatif sur les banques privées et cela s’est renforcé. Même pour leur spécialité (le financement) ce fut catastrophique. Et j’apprécie d’autant plus la qualité des établissements recommandés ici sur ADI.

Note de Nicolas : ceci dit, il existe sans doute de bons conseillers en banque privée (que les bons conseillers ne se sentent pas visés par mon article !) Mais je n’en n’ai pas trouvé. Et de toute façon, même s’ils sont compétents, ils ne peuvent vendre que les produits de la maison (des placements médiocres, mon compte-titres et mon contrat de capitalisation étaient bien trop chargés en frais même si j’avais négocié 0 frais sur versement), donc ce n’est pas du vrai conseil indépendant et objectif.

D’ailleurs, des amis qui travaillent dans ces pseudo banques privées m’ont fait part de leurs sentiments. D’un côté, la banque est un bon employeur (bon salaire, 9 semaines de congés payés annuels, etc.) et ils s’en accommodent bien. D’un autre côté, ils sont gênés par ces faux-semblants, frustrés d’être des commerciaux plutôt que des conseillers, et certains ont le sentiment de « trahir » leurs clients. Pour reprendre leurs termes, au travail ce sont des vendeurs, et en dehors avec leur entourage ce sont des conseillers (et ils ne recommandent pas leurs propres placements, ils investissent ailleurs !)

Chute de l’histoire : en novembre 2022, sur LinkedIn, j’ai découvert que mon « conseiller » avait été promu directeur adjoint de l’agence 😅 Dans un sens c’est mérité, c’est un excellent vendeur ! Il m’a bien vendu du rêve et m’a soutiré un maximum de frais en faisant tout pour me retenir pour faire durer la relation au maximum, en promettant à chaque fois que tout serait réglé le mois prochain.

La suite : le traitement de ma réclamation par la banque privée X

MAJ 12/12/2022 : j’ai envoyé mon recommandé (et j’ai reçu l’accusé de réception) il y a 3 semaines. Mon « conseiller » m’a informé par mail qu’il a bien reçu mon courrier et il m’a fait remplir un papier (en agence !) pour demander le rachat total de mon contrat de capitalisation à Generali. Il n’a pas abordé le sujet des indemnités pour préjudices subis (pour les SCPI je n’y crois pas trop, mais pour le reste j’attends que ça se règle). J’avoue ne pas être très rassuré, vu le niveau d’incompétence et de m’enfoutisme…vivement que cette sale histoire qui a été une grosse charge mentale en 2022 soit derrière moi pour repartir sur de bonnes bases en 2023 !

MAJ 15/12/2022 : je vois qu’ils s’amusent encore à me prélever des frais de carte bancaire. L’histoire n’est pas terminée… C’est la goûte d’eau qui a fait déborder le vase. J’ai posté sur LinkedIn en citant la banque et le directeur général. 2 heures après, je recevais un SMS du DG France et un appel du directeur commercial France qui disent se saisir du dossier. C’est quand même malheureux de devoir se plaindre en public pour faire avancer les choses.

MAJ 16/12/2022 : la banque m’a remboursé les frais, je vois 200,50 € sur mes comptes. C’est une 1ère étape ! Mais c’est désolant de voir qu’un post LinkedIn fait plus d’effet qu’un recommandé. Hier soir, le DG France m’a appelé, nous avons discuté 10 minutes et il a présenté ses excuses. Il n’est pas intimidé par la menace ACPR car il dit avoir de bonnes relations, mais il est ennuyé par l’étalage public sur LinkedIn et l’image de la banque (« ça nous fait du mal »), donc tout sera réglé rapidement. Il m’informe également que je recevrai mon rachat du contrat de capitalisation (150 000 €, voire plus selon la valorisation à l’instant T) d’ici 10 jours…donc pour noël ! Wait and see.

MAJ 22/12/2022 : le DG France de la banque vient de m’appeler. Mon contrat de capitalisation est investi à hauteur de 105 k€ sur un ETF World et 45 k€ sur la SCI GF Pierre qui est valorisée bi-mensuellement, donc ils vendront à la valeur liquidative du 30/12/2022. Dommage qu’ils ne l’aient pas fait plus tôt… Donc mon rachat total ne sera pas pour noël, mais pour le 05/01/2023 ou 10/01/2023 au plus tard (ils appellent l’assureur Generali régulièrement).

MAJ 23/12/2022 : un livreur m’apporte un colis provenant de la banque. J’éloigne ma famille en craignant qu’il n’y ait une bombe dedans 😅 C’est une bonne bouteille de champagne accompagnée d’un mot signé par le DG ! (J’ai caché le nom). Je suis surpris et j’apprécie le geste. (Mais j’apprécierai encore plus que tout soit réglé au plus vite…)

MAJ 28/12/2022 au matin : j’ai reçu un virement surprise de Generali de 146 200 € hier ! Je constate finalement une date de valeur au 12/12/2022, c’est-à-dire que mon ETF World et ma SCI GF Pierre ont été vendus le 12/12. Pourtant le DG m’avait appelé le 22/12 en me disant que la vente se ferait le 30/12. Il ignorait donc que c’était déjà réglé, visiblement Generali n’avait pas remonté l’info ! Il m’avait affirmé que le virement serait de 150 000 €, à hauteur du montant investi, conformément au point 4 de mon courrier. Donc je suis soulagé de revoir mon capital, mais déçu du trou de 3 800 €. Je renvoie un mail à la direction en demandant virement du delta (j’ai arrondi à 4 000 €) comme promis par le DG. Je considérerai alors que tout est réglé.

MAJ 28/12/2022 après-midi : je reçois un mail du directeur commercial France : « Le virement de 4 000€ vient d’être effectué au crédit de votre compte. En vous souhaitant une bonne fin de journée. » Effectivement, la somme est bien sur mes comptes, je considère l’affaire enfin réglée, je serai tranquille en 2023 !

Donc à qui s’adresse la banque privée ?

La banque privée (je rappelle que je parle de la catégorie banque privée « de réseau », pas la « vraie » banque privée que l’on peut qualifier de gestion de fortune) est faite pour vous si :

  • Vous aimez papoter avec votre « conseiller » (le mien était très sympathique, on s’entendait bien !) ;
  • Vous aimez être flatté et que l’on vous serve le café ;
  • Vous n’êtes pas regardant sur la performance de vos investissements, vous êtes peu exigeant et ne savez pas comparer ;
  • Vous aimez être invité à des soirées (je garde un bon souvenir d’un cocktail avec un bon traiteur et des clients sympas ! Je me dis que mes frais sont passés là et je n’ai pas tout perdu 😅 ) ;
  • Vous aimez le papier (car impossible de signer numériquement, il faut aller signer des papiers en agence pour tout et n’importe quoi…en tout cas dans la banque privée X c’était ainsi).
  • Vous aimez l’illusion de la gratuité du conseil (en réalité, vous payez des frais de gestion très élevés) et une piètre performance, plutôt que de payer des honoraires de conseil pour un vrai conseil indépendant.

Sinon, la banque privée est valable (en principe) pour le strict besoin de crédit (sans céder à la pression de souscrire aux placements).

Note de Nicolas : petite anecdote. Sur la fin de notre relation, je suis entré dans l’agence pour voir mon « conseiller ». Il discutait avec un client. Et mon conseiller m’a dit en présence du client « ah vous voyez Nicolas, mon client est satisfait de sa performance en bourse en 2021 en gestion pilotée dynamique : +12 % ! Vous voyez qu’on sait gérer chez nous ! » Ce à quoi je n’ai pu m’empêcher de répondre : « c’est décevant, alors que les marchés actions ont progressé de +30 % en 2021, voyez la performance de l’ETF World… ». Ensuite, il a rapidement dit au revoir à son client pour m’emmener dans son bureau, il ne faudrait surtout pas que mes réflexions ouvrent les yeux des autres clients 😅

Finalement, je pense que beaucoup de clients restent en banque privée car ils n’ont pas de référentiel et ne savent pas comparer… D’ailleurs, ce qui est dingue, c’est que mon agence est notée 4,6/5 dans les Avis Google ! Le grand public (non avisé) ne semble pas apte à juger, il ne faut pas se fier aux avis Google.

Conclusion

À mon avis, la banque privée ne s’adresse ni aux clients modestes (qui de toute façon n’ont pas accès à la banque, mon ex banque privée X a viré tous les clients qui avaient moins de 100 k€ d’encours). Ni aux clients aisés (qui trouveront bien meilleur conseil et bien meilleurs placements ailleurs).

Elle séduit les clients aisés par de belles promesses (ce fut mon cas), qui ensuite restent là soit par habitude, soit par méconnaissance du système (il faut être assez avisé pour comprendre que le niveau des placements et des conseils est très faible). De mon côté j’ai un bon référentiel, je sais ce que sont des bons placements et ce qu’est le bon conseil… donc la banque privée ne m’a pas berné longtemps.

Exception : à notre avis la banque privée est valable (en principe) pour le strict besoin de crédit des entrepreneurs et investisseurs immobiliers.

Mon avis sur les banques privées peut paraitre biaisé par ma très mauvaise expérience. Mais ce n’est pas un cas isolé. Nous avons eu beaucoup de retours similaires au mien (même si mon expérience est particulièrement mauvaise). Le conseil est les placements proposés se heurtent dans tous les cas au business modèle des banques privées : il s’agit de vendre leurs propres produits. Et ceux-ci sont loin d’être attractifs, tant les frais sont élevés et les performances médiocres.

Alors à qui faire confiance pour avoir un conseil de bon niveau et de bons placements ? Voyez ici le paysage complet du conseil, faites la part des choses entre conseil indépendant et non indépendant, vous méritez un vrai conseil indépendant : comment choisir son conseiller en gestion de patrimoine (banque, CGP, banque privée, gestion de fortune, etc.)

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 commentaires sur “Avis Banque Privée : Nicolas raconte son expérience”