Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

MSCI World : composition, ETF, alternatives, comment investir en actions monde ?

MSCI World composition ETF investir

L’ETF MSCI World est devenu le support de référence pour les investisseurs actions qui souhaitent investir sur le marché actions international pour tirer partie de la croissance mondiale. Un succès qui ne doit rien au hasard comme nous allons le voir dans cet article. Il réplique la performance de l’indice boursier MSCI World. Mais de quoi s’agit-il ? Quelle est la composition du MSCI World ? Quelles alternatives ?

Sur Avenuedesinvestisseurs.fr, nous mettons d’ailleurs régulièrement les trackers à l’honneur. Et particulièrement l’ETF MSCI World, tant il représente un support simple et efficace pour investir sur les marchés actions. Pourtant moins populaire que les ETF Nasdaq ou S&P 500.

En réalité, il n’existe pas un ETF MSCI World mais plusieurs ETF MSCI World. En effet, différentes sociétés de gestion commercialisent des ETF répliquant la performance de l’indice MSCI World. On trouve même plusieurs ETF MSCI World gérés par une même société, cela afin de répondre aux attentes spécifiques des investisseurs, selon qu’ils souhaitent un fonds hedgé (couvert en termes de parité €/$) ou non, capitalisant ou distribuant, etc. Nous reviendrons sur ces points plus bas.

Les ETF MSCI World sont des fonds cotés dont l’objectif est de répliquer la performance de l’indice MSCI World, un indice développé par la société MSCI. Quelle est la composition géographique et sectorielle du MSCI World ? Quelles sont ses spécificités ?

C’est justement l’objet de cet article. On fait le point sur les caractéristiques de l’ETF MSCI World : sa composition, ses avantages, et ses limites. Ou tout du moins, certaines spécificités que tous les investisseurs ne soupçonnent pas et qu’il convient de mettre en lumière. Quelles sont les performances historiques ? Comment investir sur le MSCI World en PEA, CTO et assurance vie ?

Nous vous présenterons également quelques variantes du MSCI World. Avant de voir plus en détail les caractéristiques de l’indice MSCI World, nous profitons ici de l’occasion pour revenir sur les avantages des ETF.

SOMMAIRE

Les atouts des ETF

Un mot pour ceux qui auraient entendu parler des ETF MSCI World sans savoir de quoi il s’agit. Les ETF (Exchange-Traded Funds) sont des fonds cotés en bourse. On en dénombre des centaines, sinon des milliers dans le monde.

Parmi les ETF, un grand nombre sont des trackers (que l’on peut traduire par « pisteur » en bon français même si le terme n’est pas usité). L’objectif des trackers est de répliquer la performance d’un indice boursier de référence.

On peut citer quelques indices populaires : CAC 40, S&P 500, NASDAQ, Dow Jones, etc. Le MSCI World est également un indice boursier et c’est l’un des plus utilisés pour suivre la performance du marché des actions internationales.

Liquidité et rapidité de l’exécution d’ordre

Les caractéristiques qui distinguent avantageusement les ETF des autres fonds sont les suivantes.

  • les ETF peuvent être achetés et revendus en quelques secondes, via le passage d’un ordre de bourse,
  • ils offrent une bonne liquidité (facilité de revente des parts du fonds),
  • et sont cotés en continu, cela donne une facilité pour l’investisseur de choisir son point d’entrée et son cours d’achat.

Note de Ludovic : si les marchés sont ouverts, l’ exécution de l’ordre est immédiate si vous achetez des ETF via un compte-titres ordinaire (CTO) ou PEA. En revanche, si vous logez vos ETF dans une assurance vie, la transaction ne sera pas immédiate puisque l’intention d’achat sera d’abord transmise à l’assureur avant que l’ordre soit transmis sur le marché et exécuté. Donc en assurance vie, l’ordre est exécuté à J+1 voire J+2. Mais ce délai n’est pas réellement un problème car il est bien difficile d’anticiper l’évolution des indices à court terme et on investit à long terme.

Fonds indiciels au format ETF : des frais de gestion réduits

Dans les fonds d’investissement traditionnels (fonds de gestion active), il y a des équipes d’analystes financiers à rémunérer. Ils ont pour mission d’étudier les tendances macroéconomiques, et de mettre en place des stratégies d’investissement et de sélection des actions les plus prometteuses.

En pratique, tous ces efforts sont vains, car la majorité des fonds de gestion active ne battent pas leur indice de référence (benchmark auquel ils se comparent). Par exemple, dans l’univers des fonds actions internationales, moins de 2 % des gérants actifs battent sur le long terme l’indice MSCI World et l’ETF World (cf graph ci-dessous). Et en plus, les gérants actifs qui surperforment (par chance ?) une année, ne sont pas les mêmes que ceux qui surperforment ensuite.

Fonds battus par benchmark
Part de fonds battus par leur indice de référence (source : https://www.spglobal.com/spdji/en/)

Pourquoi les fonds en gestion active peinent à battre les indices ? Pour une raison qui s’explique assez simplement : la majorité des intervenants sur les marchés actions sont ces fonds de gestion. Dès lors, la performance moyenne de l’ensemble des fonds de gestion correspond à celle du marché.

De fait, en investissant dans un fonds de gestion active, statistiquement, la performance escomptable est celle de l’indice, minorée des frais de gestion. Et c’est là que le bât blesse ! Car les frais de gestion représentent de l’ordre de 2 % par an pour les fonds de gestion active. Un taux à comparer à celui des frais de gestion des ETF indiciels : de l’ordre de 0,20 à 0,50 %.

Cet écart de frais de gestion se répercute directement sur la performance nette de frais pour l’épargnant. Un écart de performance nette de 1,5 % sur un portefeuille de 100 k€ représente un manque à gagner de 1500 euros par an. On comprend aisément l’engouement des épargnants pour les ETF !

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les ETF les plus populaires et leurs caractéristiques, nous vous renvoyons à notre article expliquant comment choisir ses trackers/ETF.

L’indice MSCI World : composition et construction

La société MSCI (Morgan Stanley Capital International) a été créée en 1969. C’est ce qu’on appelle un fournisseur d’indices boursiers.

Certes pas des indices aussi populaires que le Nasdaq ou le CAC 40. Mais des indices très utiles, avec de nombreux ETF qui les répliquent.

Le MSCI World est l’indice phare de cette société. Par ailleurs, le MSCI Emerging Markets est également très connu et des ETF le répliquent pour investir sur les pays émergents.

Comment est construit l’indice MSCI World ?

L’indice World n’est pas si World que cela. En réalité, MSCI a considéré uniquement les pays développés. Et par pays développés, MSCI entend par là développés économiquement ET financièrement.

C’est à dire que le marché boursier du pays doit être liquide (pouvoir acheter et vendre rapidement) et accessible aux investisseurs étrangers.

Finalement, l’indice MSCI World regroupe 23 pays développés, avec 1546 sociétés. Et ces 1546 sociétés pèsent globalement 85 % de la capitalisation boursière totale de ces pays. Donc une très bonne représentation. Ce sont les « large and mid caps », sachant que les small caps (petites capitalisations) ne sont pas représentées et pèsent les 15 % restants.

Pour rappel, la capitalisation boursière d’une entreprise = nombre d’actions au capital de l’entreprise x cours de l’action. C’est en quelque sorte la taille de l’entreprise.

Dans l’indice MSCI World, chacune des 1546 entreprises a un poids proportionnel à sa capitalisation boursière. Ainsi, Apple est la 1ère ligne de l’indice, car Apple pèse autour de 3000 milliards de $ et près de 5 % de l’indice ! C’est plus que tout le CAC 40 réuni ! Notre fleuron national, LVMH, n’est que la 21ème ligne de l’indice avec ses « modestes » 410 milliards de $ de capitalisation boursière.

Note de Nicolas : les cours des actons évoluant tous les jours, les valorisations également, donc les sociétés et leur poids dans l’indice MSCI World également. Ainsi, régulièrement des sociétés sortent de l’indice et d’autres entrent. Le ménage se fait naturellement : les « losers » sortent au profit des « winners ». C’est aussi pourquoi investir sur un ETF World revient à être toujours investi sur les winners du capitalisme.

La composition géographique de l’indice MSCI World

De par sa construction, les valeur américaines occupent une large fraction de l’indice MSCI World. Fin 2021, voici la composition du MSCI World :

  • les valeurs US représentent 69 % de l’indice MSCI World ;
  • le Japon représente un peu plus de 6 % de l’indice ;
  • le Royaume-Uni 4 % ;
  • le Canada et et la France un peu plus de 3% chacun ;
  • les autres pays se partagent les 14 % restants (Australie, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, Allemagne, Hong Kong, Irlande, Israël, Italie, Pays-Bas, Nouvelle Zélande, Norvège, Portugal, Singapour, Espagne, Suède, Suisse).

Ce graphique représentant l’allocation géographique de l’indice MSCI World date de 2020. Depuis, on constate que les États-Unis ont encore pris du poids, vu les capitalisations grandissantes des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) !

Allocation MSCI World index pays

La composition sectorielle de l’indice MSCI World

L’indice MSCI World n’est pas seulement diversifié géographiquement, mais aussi sectoriellement. Tous les secteurs de l’économie sont représentés, selon leur poids (début 2022) :

  • technologies de l’information : 20 % ;
  • finance : 14 % ;
  • santé : 12 % ;
  • biens de consommation cyclique : 12 % ;
  • industrie : 11 % ;
  • Etc.

Les valeurs technologiques américaines occupent une part importante de l’indice. En premier lieu, la valorisation d’Apple avoisine les 3000 milliards de dollars début 2022 (oui vous avez bien lu). À elle seule, Apple pèse près de 5 % de l’indice à fin 2021 (sur les 1546 sociétés de l’indice !)

Apple + Microsoft + Amazon + Tesla + Alphabet (Google) + Meta Platforms (Facebook) représentent près de 15 % de l’indice MSCI World.

Composition MSCI World
Composition du MSCI World (Top 20 début 2022)

Cette pondération importante des valeurs technologiques vous perturbe ? Sachez que vous pouvez vous tourner vers un ETF répliquant le MSCI World equally weighted : chaque société pèse alors le même poids dans l’indice. On en parle plus loin.

13 % des sociétés de l’indice pèsent 60 % du MSCI World

Nous avons ici construit un graphique représentant les poids cumulés des capitalisations dans l’indice MSCI World :

MSCI World pondération actions composition
Pondération cumulative des actions qui composent l’indice MSCI World (fin 2021).

L’excellente performance du MSCI World est notamment due aux valeurs de la Tech US. Nous avons vu plus haut qu’elles représentent un poids important dans l’indice. Dans le détail, la pondération donnée à chaque action qui compose le MSCI World varie énormément. Le graphique présenté ci-dessus représente la pondération cumulative de l’ensemble des valeurs qui composent l’indice.

Comme on l’a dit, les 6 plus grosses sociétés pèsent 16 % de l’indice MSCI World. Et on voit sur ce graphique que les 200 plus grosses lignes de l’indice (sur 1546 sociétés, donc moins de 13 % des titres) pèsent à elles seules 60 % du MSCI World !

Et en investissant sur la 1ère moitié des sociétés de l’indice (environ 800 titres), on investit en fait sur 90 % de la capitalisation totale de l’indice !

Les performances historiques du MSCI World

La performance de l’indice MSCI World a été de +22 % en 2021. Mais pour un Français investissant en euro sur un tracker World, la performance fut de +31 % ! La différence est due à l’évolution de la parité euro / dollar, on en parle plus loin.

Performance 2021 MSCI World
Performance du MSCI World

Sur 10 ans (2011-2021), la performance annualisée a été de +13,32 % ! C’est à dire +13,32 % par an en moyenne.

Depuis sa création au 31 décembre 1987 : +8,71 % de performance annualisée.

Voici l’évolution du tracker Amundi MSCI World (CW8), qui reproduit l’indice MSCI World :

Évolution ETF CW8 Amundi MSCI World

On constate une forte hausse, de 80 € en 2009 à plus de 400 € début 2022. Et ce en dépit de nombreuses baisses passagères. Même le krach du COVID en mars 2020 (environ -30 % en quelques semaines) a été très vite oublié, dès l’automne 2020 nous étions revenus plus haut !

Sur le graphique, nous avons identifié des « plus haut » par des flèches rouges. Tous les ans ou presque nous avons un « plus haut », qui finit par être éclipsé par un nouveau plus haut.

Note de Nicolas : il y a toujours eu des crises, de l’incertitude, des bulles qui éclatent…mais le marché actions monde (représenté par l’indice MSCI World) est toujours revenu au plus haut pour battre de nouveaux records. Attention, ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi ! Il faut diversifier (le tracker World est fait pour ça) et investir sur du long terme, car les marchés peuvent baisser durant des mois avant de remonter. Comment investir en bourse ?

Comparaison de l’indice MSCI World face aux autres indices boursiers

Voici la performance de 4 indices boursiers depuis le 22/09/2008 :

Comparaison performance NASDAQ S&P500 Nikkei 225 CAC 40

Nous n’avons pas intégré la courbe de l’indice MSCI World à notre graphique car elle se confondait avec la courbe du S&P 500 (courbe jaune). Et ce en raison des performances très proches (rappelons que les sociétés américaines représentent environ 69 % du MSCI World).

On constate que les indices MSCI World et S&P 500 ont été beaucoup plus haussiers sur cette période que le Nikkei (Japon) et le CAC 40 (France). Et la hausse la plus spectaculaire est celle du Nasdaq grâce à l’envolée des valeurs technologiques. Dommage que les Français investissent massivement sur le CAC 40 (biais domestique), alors qu’il est si facile d’investir sur le MSCI World.

De faibles dividendes…et c’est tant mieux !

Les actionnaires ont une performance qui correspond à l’évolution des cours + les dividendes reçus (distribués) ou capitalisés dans les cours.

Le rendement sur dividende du MSCI World est de 1,66 % actuellement (début 2022). Mais ce chiffre n’est plus pertinent car les entreprises préfèrent récompenser les actionnaires en rachetant leurs propres actions. C’est ce qu’on appelle l’effet relutif (contraire de dilutif, quand de nouvelles actions sont émises).

Si on prend le cas du S&P 500, les dividendes versés annuellement sont de l’ordre de 300-500 milliards, et les rachats d’actions sont du même ordre ! Quel intérêt pour l’actionnaire ? Une absence de frottement fiscal. Si vous investissez via un PEA ou une assurance vie, les dividendes ne sont pas taxés de par les spécificités de l’enveloppe donc pas de différence. Mais les détenteurs d’actions via un CTO subissent de facto l’imposition des dividendes, donc mieux vaut les éviter et préférer capitaliser.

Les investisseurs dans une démarche d’accumulation du patrimoine n’ont pas intérêt à percevoir trop de dividendes. Le rachat d’actions par les sociétés permet aux actionnaires de renforcer leurs positions dans l’entreprise avec une fiscalité nulle. Dans le même ordre d’idée, les ETF capitalisant sont plus intéressants que les ETF distribuant.

Attention au biais des actions à dividende. C’est une fausse bonne idée.

Les autres indices MSCI World

Nous venons de voir les caractéristiques de l’indice MSCI World « pur » (par défaut). Mais il en existe d’autres pour investir selon différents biais.

MSCI World Equally Weighted

Le principe du MSCI World Equally Weighted est simple. Le fonds est investi de façon équipondérée sur l’ensemble des titres qui composent l’indice MSCI World. Donc chacune des 1546 sociétés pèse autant. Alors que sur l’indice MSCI World par défaut, les 200 plus grosses sociétés pèsent actuellement 60 % de l’indice.

En pratique, la pondération n’est pas parfaitement équipondérée car les valeurs des actions fluctuent constamment. L’indice MSCI World EW ne ré-équilibre qu’une fois par trimestre le poids relatif des actions qui composent l’indice.

Faut-il préférer le MSCI World ou le MSCI World equally weighted ?

Le MSCI World par défaut est satisfaisant. Il est le reflet du poids de chaque société. Le secteur des technologies pèse lourd dans l’indice, mais ce n’est que la conséquence d’une réalité économique : certaines sociétés occupent des positions plus importantes que d’autres, et délivrent des bénéfices importants. De même, le poids des valeurs américaines n’est que le reflet du poids de ce pays dans l’économie mondiale.

Et s’il arrive de grands changements à l’avenir (l’Europe qui rattrape son retard sur les USA, le secteur des technologies qui s’effondre…), alors le MSCI World s’ajustera mécaniquement. Donc nous serons toujours investis majoritairement sur les sociétés et secteurs les plus porteurs.

Ceci dit, pour les investisseurs qui ne sont pas à l’aise avec la pondération accordée aux valeurs technologiques, et plus généralement à l’idée de forte pondération des plus grosses sociétés, le MSCI World EW est une alternative valable pour équipondérer son allocation sur toutes les sociétés de l’indice.

MSCI World sectoriels

Le MSCI World est diversifié sectoriellement, comme nous l’avons vu. Mais il existe une déclinaison par secteur, pour n’investir que sur un secteur en particulier : technologies, finance, santé, industries, etc.

Très spéculatif, on perd l’intérêt de diversifier. Ou alors en complément du MSCI World « pur », pour les investisseurs qui ont des convictions et qui souhaitent renforcer tel ou tel secteur.

MSCI World hedgé et non hedgé : sortir couvert ou non

En 2021, le dollar s’est apprécié face à l’euro. Ainsi, le MSCI World « pur » (non hedgé) a affiché une performance de +31 %, mais la performance du MSCI World hedgé était quant à elle de +22 %.

La parité euro-dollar évolue constamment. Hedger permet de se couvrir contre l’effet devises (évolution des taux de change). Ainsi, on neutralise le risque devises et on ne supporte que le risque marché actions. En 2021, hedger a détruit de la performance, mais cela aurait été l’inverse si l’euro s’était apprécié face au dollar.

Les épargnants résidant en zone euro peuvent légitiment se poser la question de savoir s’il est préférable d’opter pour un ETF MSCI World hedgé ou non.

Le hedge implique un petit surcoût annuel qui pèse lourd à long terme.

Les trackers hedgés sont un peu plus chargés en frais. Ces frais dépendent de l’écart entre les taux d’intérêt européens (BCE) et américains (FED). Ceci dit, si les taux de la FED sont inférieurs aux taux de la BCE, le coût du hedge Euro / Dollar peut devenir négatif.

Attention au poids de ces frais supplémentaires sur le long terme. On considère que sur du long terme (plus de 10 ans), le hedge se justifie moins. Car les mouvements des devises sont cycliques, avec un pivot historique autour de 1 € = 1,20 USD. Donc en investissant sur le temps long on ne subit généralement pas ces mouvements de devises et le coût de la couverture devient disproportionné.

MSCI ACWI (All Country World Index) : plus diversifié

On l’a vu, l’indice MSCI World n’est pas si World que cela, car il ne considère que les pays développés (90 % de la capitalisation mondiale). Et que les grandes et moyennes capitalisations (85 % de la capitalisation des pays développés). Soit 1 546 sociétés de 23 pays.

Pour ratisser encore plus large, il y a l’indice MSCI ACWI ! C’est un indice MSCI World qui comprend les 23 pays développés (90 % de la capitalisation mondiale) et les 27 pays émergents (10 % de la capitalisation mondiale). Grandes et moyennes capitalisations. Soit 3 000 sociétés de 50 pays.

Et pour la diversification ultime, il y a l’indice MSCI ACWI IMI. Comme l’indice MSCI ACWI, mais les petites capitalisations en plus. Soit 9 000 sociétés de 50 pays.

Sur compte-titres ordinaire (CTO), il y a notamment cet ETF (non éligible PEA) pour répliquer l’indice MSCI ACWI IMI : SPDR MSCI ACWI UCITS ETF (Isin IE00B3YLTY66, coté sur Euronext Paris). Frais de gestion de 0,40 % par an.

Note de Nicolas : contrairement à ce que l’on pourrait penser par intuition, inclure les small caps et les émergents ne sera pas forcément plus rentable sur le long terme. Plus de volatilité, mais pas forcément plus de performance. Dans ce document MSCI, on remarque que le MSCI World (courbe bleue) progresse mieux que le MSCI Emergents (courbe jaune) depuis une dizaine d’années. Donc l’indice MSCI ACWI (courbe verte) est sous l’indice MSCI World.

Performance MSCI World et émergents

Comment investir sur le MSCI World en PEA, CTO et assurance vie ?

De nombreux gérants de fonds actifs tentent de battre l’indice MSCI World. Mais on l’a vu, très peu y parviennent, et on ne peut pas deviner lesquels en avance. Donc le plus simple est d’investir sur un ETF World (tracker) qui réplique passivement l’indice MSCI World, à moindres frais.

Les ETF MSCI World figurent parmi les ETF les plus populaires. En pratique, les meilleures assurances vie et meilleurs plans d’épargne retraite (PER) proposent presque tous au moins un ETF répliquant la performance de l’indice MSCI World.

Fiscalement, le PEA et l’assurance vie sont les meilleures enveloppes pour investir en trackers. PEA ou assurance vie pour investir en trackers ?

Sinon, le CTO permet d’accéder à une plus large gamme de trackers.

Quelques références de trackers World

Voici des ETF World disponibles dans nos produits d’épargne préférés :

Enveloppe ETF World (code ISIN) Notre avis
Assurance vie Linxea Avenir 2 Lyxor MSCI World (FR0010315770)

(FR0011660927 en version hedgée)
Meilleure assurance vie au niveau du choix d'ETF (81 ETF, dont plusieurs World sectoriels)

Notre avis sur Linxea Avenir 2

➡️ Souscrivez en ligne. Jusqu'à 200 € de prime !
Assurance vie Linxea Spirit 2 Amundi MSCI World (LU1437016972) Meilleure assurance vie au niveau des frais de gestion sur unités de compte (0,50 % par an)

Notre avis sur Linxea Spirit 2

➡️ Souscrivez en ligne. Jusqu'à 200 € de prime !
PEA Fortuneo Lyxor EWLD (FR0011869353)
ou
Amundi CW8 (LU1681043599)
Notre PEA préféré (frais bas et bons services)

Notre comparatif des meilleurs PEA

➡️Découvrez le PEA Fortuneo et profitez des 100 ordres offerts
CTO Degiro ETF Ishares Core MSCI World (IE00B4L5Y983)

Version indice MSCI ACWI IMI : SPDR MSCI ACWI UCITS ETF (IE00B3YLTY66)
Notre CTO préféré (frais bas et bons services)

Notre comparatif des meilleurs CTO

➡️Découvrez l'offre DEGIRO : jusqu'à 50 € de frais de courtage offerts

Note de Nicolas : vous ne voulez pas être en gestion libre (passer 1 ordre par mois prend 1 minute par mois) et préférez déléguer (quitte à supporter plus de frais) ? Les meilleures gestions pilotées (assurance vie Yomoni et assurance vie Nalo) investissent exclusivement en trackers.


Vous savez maintenant tout sur l’indice MSCI World (composition, performance historique par rapport aux autres indices boursiers, etc.) Et vous connaissez les variantes pour investir dessus : ETF World hedgé ou non, pondéré selon les capitalisations ou equally weighted, en version ACWI IMI pour inclure les émergents et les petites capitalisations. En pratique, nous avons donné quelques références d’ETF World sur nos enveloppes préférées pour investir (PEA, CTO et assurance vie).

Pour aller plus loin : comment investir en bourse ? Et notre guide des trackers et ETF (World, Nasdaq, S&P 500, émergents, Japon, sectoriels, etc.)

Page suivante

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

20 commentaires sur “MSCI World : composition, ETF, alternatives, comment investir en actions monde ?”