Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Entrepreneur : quels placements pour sa trésorerie d’entreprise ?

Comment investir excédent trésorerie entreprise

En tant qu’entrepreneur, quand les affaires vont bien, la trésorerie s’accumule. Il est alors dommage de laisser l’argent végéter sur son compte courant professionnel, plutôt que de le faire travailler. Ainsi, arrive tôt ou tard la question : comment placer sa trésorerie d’entreprise ? Quelles stratégie et quels placements ? Car au-delà du besoin en fonds de roulement nécessaire à l’activité (que l’on peut assimiler à de l’épargne de précaution), on va chercher à placer ou à investir la trésorerie excédentaire.

Dans notre article, nous verrons que la méthode pour placer sa trésorerie d’entreprise n’est pas si éloignée de la méthode des épargnants et investisseurs privés. En effet, il s’agit de placer selon les projets et les horizons de placement de sa société. Ainsi, il existe des placements courts termes et sécurisés (comptes à terme rémunérés moins de 1 %), et des investissements plus long terme avec une meilleure espérance de rendement (contrats de capitalisation en fonds euro et unités de compte, pierre-papier SCPI ou OPCI, investissement en bourse via comptes-titres ou produits structurés…pour plus de 4 % de rendement attendu par an).

Notez que l’on parle d’entreprise, mais cela concerne les personnes morales en général. Donc également les sociétés civiles immobilières (SCI), les holdings patrimoniales et les associations.

SOMMAIRE

Stratégie : placer sa trésorerie selon son horizon de placement

Comme pour son patrimoine privé, l’entrepreneur doit d’abord penser à son horizon de placement. Quelle part de la trésorerie peut-on investir à :

  • court terme (moins de 2 ans) ?
  • moyen terme (2-8 ans) ?
  • long terme (plus de 8 ans) ?

Et ensuite, quel niveau de risque et quel niveau de liquidité (capital bloqué ou non) est-on prêt à accepter ? En pratique, les produits d’épargne et investissements seront adaptés selon ces 3 critères : rendement, risque, liquidité.

Horizon Rendement attendu Risque Liquidité
Compte à terme De 1 mois à 10 ans < 0,70 % Aucun Bonne : retrait en 32 jours
Contrat de capitalisation > 4 ans - Fonds euro : autour de 1 %
- UC : de négatif à très élevé
- Fonds euro : capital garanti
- UC : risque de perte en capital selon l'évolution des marchés
Bonne : rachat en 30 jours
Pierre-papier OPCI > 4 ans 3-4 % (revalorisation des parts) Risque de perte en capital selon l'évolution du marché immobilier et des marchés financiers - Hors contrat de capitalisation : 15 jours pour vendre
- En contrat de capitalisation : quelques jours
Pierre-papier SCPI > 8 ans 4-6 % (loyers reçus + revalorisation des parts) - Évolution des loyers non garantie
- Risque de perte en capital selon l'évolution du marché immobilier
- Hors contrat de capitalisation : plusieurs mois pour vendre
- En contrat de capitalisation : quelques jours
Compte-titres > 8 ans 7 % (moyenne annuelle lissée) Risque de perte en capital selon l'évolution des marchés financiers Excellente : vente en 1 clic des actions cotées en bourse
Produits structurés > 8 ans 7 % (moyenne annuelle lissée) Risque de perte en capital selon l'évolution des marchés financiers Bonne : vente en quelques jours

Il ne faut pas rêver : on ne peut pas à la fois obtenir un bon rendement, sans risque et avec une bonne liquidité…sinon on est face à une arnaque. Rendement ? Sécurité ? Disponibilité ? Il faut choisir ! C’est aussi ce qu’on appelle le couple rendement / risque. Par exemple le compte courant est sans risque et disponible, mais non rémunéré. Alors que la « pierre-papier » SCPI présente un risque de perte en capital (car le marché immobilier peut baisser) et c’est un investissement à la liquidité moyenne (car il faut un certain temps pour vendre), mais offre un bon rendement.

Note de Nicolas : un même entrepreneur va généralement diversifier ses placements. Car il peut vouloir sécuriser une partie de la trésorerie pour des projets à court terme, et investir une autre partie pour capitaliser et dégager des revenus sur du long terme.

guide_Pandat Finance

Le compte à terme : pour le court terme

Les principales caractéristiques du compte à terme (CAT) :

  • Durée : de 1 mois à 10 ans ;
  • Rendement attendu : de 0,10 % à 0,45 % (selon durée) ;
  • Risque : aucun risque de perte en capital hors défaut de la banque (garantie de l’État à hauteur de 100 000 € par banque par client) ;
  • Liquidité : retrait possible en 30 jours.

Le compte à terme est le placement à privilégier pour le court terme, ou si on pense avoir besoin de sa trésorerie à tout moment.

À l’ouverture du CAT, on fixe une durée de placement qui détermine le rendement. Plus la durée est longue et plus le taux augmente. Par exemple, 0,25 % d’intérêts pour 1 an, 0,35 % d’intérêts annuels pour 2 ans, 0,45 % pour 5 ans. Ceci dit, on peut retirer l’argent à tout moment.

Quelle stratégie avec le compte à terme ?

En pratique, on peut détenir plusieurs CAT et sans plafond de versement. Et il faut savoir que chaque nouveau versement se fait sur un nouveau CAT pour une nouvelle date d’effet. En principe, le remboursement du capital (avec intérêts) se fait à la fin de la durée convenue, mais il est possible de retirer à tout moment (32 jours de préavis). Dans ce cas, si on retire après 1 an par exemple, on obtient le taux pour 1 an (0,25 % annuel) et non le taux prévu pour 5 ans (0,45 % annuel).

Il vaut mieux ouvrir plusieurs CAT et sur les durées les plus longues possibles (5 ou 10 ans). De façon à profiter des meilleurs taux. Par exemple, pour placer 100 000 € en compte à terme, on peut ouvrir 5 CAT de 20 000 € sur des durées de 5 ans. Et si besoin de 20 000 € dans 1 an, on pourra toujours fermer 1 CAT (qui sera alors rémunéré à 0,25 % annuel) et conserver les 4 autres qui continueront de produire des intérêts (0,45 % annuel).

Avis de Nicolas : le compte à terme est un placement monétaire qui souffre de la conjoncture des taux bas. En effet, vu la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE), les placements monétaires (livrets et CAT) ont un rendement très faible. Donc l’entrepreneur va généralement placer en CAT seulement pour du court terme. Et pour faire fructifier sa trésorerie, il faudra se tourner vers des investissements qui présentent certes des risques (car les marchés financiers et immobiliers ne montent pas en ligne droite), mais lissés dans le temps en investissant à long terme, pour viser une performance de plus de 4 % en moyenne annuelle lissée. En pratique, l’entrepreneur pourra investir sur les marchés immobiliers et/ou financiers avec le contrat de capitalisation, la pierre-papier (SCPI et OPCI), le compte-titres, les produits structurés. Explications.

Le contrat de capitalisation : pour la trésorerie excédentaire

Les principales caractéristiques du contrat de capitalisation :

  • Durée : idéalement, viser plus de 4 ans ;
  • Rendement attendu : autour de 1 % pour le fonds euro, selon l’évolution des marchés immobiliers et financiers pour les unités de compte ;
  • Risque : capital garanti sur le fonds euro et risque de perte en capital sur les unités de compte (risque évalué pour chaque fonds de 1 à 7 sur 7) ;
  • Liquidité : rachat partiel ou total possible en 30 jours.

Le contrat de capitalisation est une « enveloppe » d’épargne disponible pour les personnes morales :

  • les associations, mutuelles, fondations ;
  • les sociétés patrimoniales : sociétés civiles immobilières (SCI), holdings patrimoniales ;
  • les sociétés commerciales : au cas par cas, il y a des limitations (fonds euros inaccessibles notamment).

En pratique, il est possible de faire des rachats partiels ou totaux à tout moment pour récupérer le capital investi. Mais avant 4 ans, il risque d’y avoir des pénalités de sortie sur fonds euro (selon les conditions du contrat).

Un véritable « couteau-suisse » pour diversifier ses investissements

Le contrat de capitalisation est très proche de l’assurance vie réservée quant à elle aux personnes physiques. En effet, c’est un véritable « couteau-suisse », pour diversifier ses placements sur du moyen ou long terme. Donc on y trouve aussi le fonds euro (capital garanti) et les unités de compte (différents fonds d’investissement, hors fonds euro).

contrat de capitalisation

Il s’agit d’une enveloppe dans le sens où l’on peut investir sur plusieurs produits dans un contrat de capitalisation :

  • fonds euro : rendement faible (autour de 1 %) mais sans risque de perte en capital ;
  • SCPI, SCI ou OPCI : immobilier au format « pierre-papier » (explications plus loin) ;
  • fonds d’investissement patrimoniaux, actions, obligations, etc. (Des trackers également sur les bons contrats) ;
  • produits structurés (explications plus loin).

Quelle stratégie avec le contrat de capitalisation ?

Sur le contrat de capitalisation, il est possible de diversifier à sa guise, selon son appétence aux marchés financiers et immobiliers. Il y en a pour tous les goûts, avec des contrats de capitalisation proposant plus de 500 fonds différents ! Devant cette offre pléthorique, certains entrepreneurs préféreront opter pour la gestion pilotée (on a le choix entre gestion libre ou gestion pilotée).

En cours de vie, on peut arbitrer entre les fonds et on peut passer de la gestion libre à la gestion pilotée. Ainsi, on peut passer d’un contrat de capitalisation investi de façon offensive à une gestion plus défensive, ou inversement. Donc les entrepreneurs peuvent adapter leur contrat de capitalisation à leur situation. Par exemple, les entrepreneurs « prudents » auront une allocation fonds euro et/ou unités de compte de faible risque, les entrepreneurs au profil « équilibré » se tourneront plus volontiers vers les fonds immobiliers et les entrepreneurs au profil « dynamique » plutôt vers des fonds actions.

Bien choisir son contrat de capitalisation

Il est possible de détenir plusieurs contrats de capitalisation. En pratique, le marché est vaste et il faut bien choisir, selon plusieurs critères :

  • un assureur solide : le capital sera chez l’assureur. Ainsi, le courtier qui distribue le contrat n’est qu’un intermédiaire avec le rôle de conseiller ;
  • peu de frais : il peut y avoir des frais sur versement. Et il y a dans tous les cas des frais de gestion annuels. Ainsi, les contrats de capitalisation les moins chargés en frais proposent 0 frais sur versement et 0,60 % de frais de gestion annuels.
  • bon fonds euro : c’est le support d’investissement à capital garanti ;
  • bon choix d’unités de compte (UC) : les bons contrats de capitalisation proposent des centaines d’UC. Ce sont les fonds d’investissement qui permettent d’aller chercher de la performance. Notamment, on apprécie la pierre-papier (SCPI, SCI, OPCI) pour investir en immobilier et les trackers pour investir en actions.

Avis de Nicolas : le contrat de capitalisation est le must have des entrepreneurs, tout comme l’assurance vie est le must have des épargnants. En effet, cette enveloppe permet de diversifier facilement (fonds euro, immobilier, actions, etc.) et sa souplesse permet de s’adapter dans le temps. Tout en gardant l’opportunité de retirer le capital à tout moment si besoin. Fiscalement, il y a une belle opportunité en ce moment : pas de taxation des plus-values latentes car le TME (taux moyen d’emprunt d’État utilisé pour le calcul) est négatif, donc intérêt de prendre date tant que le TME est négatif ! En pratique, le contrat de capitalisation Linxea Spirit 2 est notre préféré (sans surprise, son frère jumeau sous format assurance vie fait aussi partie de nos assurances vie préférées) : assuré par le Crédit Agricole Spirica, distribué par Linxea (excellent service client), sans frais sur versement, seulement 0,50 % de frais de gestion annuel sur unités de compte, un bon fonds euro nouvelle génération, un grand choix d’unités de compte (pierre-papier, trackers, titres vifs, etc.).

Contrat de capitalisation Linxea Spirit 2

La pierre-papier SCPI ou OPCI

Nous l’avons vu précédemment, le contrat de capitalisation est une enveloppe qui permet entre autres d’investir en immobilier « pierre-papier » (SCPI, SCI ou OPCI). Mais il est également possible d’investir en direct, hors contrat de capitalisation : en SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) avec l’avantage de pouvoir investir à crédit ou non, ou en OPCI (Organismes de Placement Collectif en Immobilier).

En pratique, les investissements « pierre-papier » permettent d’investir en immobilier sans gérer soi-même (car gestion assurée par une société de gestion). Ainsi, on devient associé d’un parc immobilier (bureaux, commerces, résidentiel, etc.) et on perçoit les loyers et une revalorisation du prix des parts selon l’évolution du marché immobilier.

Les principales caractéristiques de la pierre-papier :

  • Durée : idéalement, viser plus de 4 ans pour les OPCI et plus de 8 ans pour les SCPI ;
  • Rendement attendu : autour de 5 %, selon l’évolution du marché immobilier pour les SCPI, mais aussi l’évolution des marchés financiers pour les OPCI ;
  • Risque : risque de perte en capital selon l’évolution des marchés immobiliers et financiers ;
  • Liquidité : au sein d’un contrat de capitalisation, quelques jours pour vendre (liquidité garantie par l’assureur). Mais en direct, il faut compter plusieurs mois pour les SCPI et 15 jours pour les OPCI.

Les différences entre SCPI et OPCI

On peut décider d’investir à la fois sur des SCPI et OPCI, mais il faut bien comprendre les différences. Les SCPI existent depuis les années 1970, donc plus de 50 ans ! Alors que les premières OPCI ont vu le jour en 2005.

La principale différence vient de la composition du patrimoine. En effet, la SCPI est plus « pure » dans le sens où elle est investie 100 % en immobilier. Alors que l’OPCI est exposée aussi aux marchés financiers (actions et obligations à hauteur de 30 % maximum). De plus, il y a une différence en matière de frais et de liquidité. Notre comparatif SCPI et OPCI :

SCPI OPCI
Immobilier en direct (immeubles, commerces, bureaux, entrepôts, etc.) Oui Oui
Immobilier indirect (parts de SCPI et d'OPCI) Non Oui mais en petite proportion
SIIC (sociétés foncières cotées en bourse) Non Oui
Actions et obligations Non Oui (30 % maximum)
Liquidités (disponibilités pour achat-revente) Oui Oui (10 % maximum)
Frais d'entrée - En contrat de capitalisation : entre 4 et 6 % selon la SCPI
- En direct : autour de 10 %
Généralement entre 2 et 3 %
Liquidité - En contrat de capitalisation : quelques jours pour vendre
- En direct : plusieurs mois
- En contrat de capitalisation : quelques jours pour vendre
- En direct : 15 jours

Avis de Nicolas : l’immobilier « pierre-papier » est particulièrement apprécié par les entrepreneurs qui investissent à long terme et qui ne veulent pas de soucis de gestion. Car les achats, locations, ventes, paiement des factures…toutes les opérations sont gérées par la société de gestion. En pratique, il faut savoir que la SCPI distribue des loyers, alors que l’OPCI capitalise. Par ailleurs, l’OPCI diversifie également sur les marchés financiers (actions et obligations) donc sera plus volatile, mais avec une meilleure liquidité et moins de frais à l’achat. Pour aller plus loin, notre dossier complet sur les SCPI.

guide_Pandat Finance

Le compte-titres ordinaire

Les entreprises ne peuvent pas ouvrir de plan d’épargne actions (PEA), mais elles peuvent ouvrir un compte-titres ordinaire (CTO) pour personne morale. Et même plusieurs CTO, sans plafond de versement.

Le CTO est une enveloppe qui permet d’investir en bourse, sur différents marchés à l’international : actions, obligations et matières premières. Ainsi, l’univers d’investissement est large, également au niveau géographique. En effet, on peut par exemple investir sur des actions américaines (Apple, Facebook, Tesla, etc.), des actions chinoises, etc.

Les principales caractéristiques du compte-titres ordinaire :

  • Durée : idéalement, viser plus de 8 ans (nos 4 bonnes pratiques de l’investissement en bourse) ;
  • Rendement attendu : 7 % (moyenne annuelle lissée), selon les titres choisis et l’évolution des marchés financiers ;
  • Risque : risque de perte en capital selon l’évolution des marchés financiers ;
  • Liquidité : vente des titres cotés en 1 clic.

Bien choisir son courtier en bourse

Comme pour le contrat de capitalisation, le compte-titres ordinaire (CTO) peut être en gestion libre ou en gestion pilotée. Dans les 2 cas, il faut veiller au niveau de frais et à la qualité de l’interface.

Le CTO comporte 2 poches : une poche espèces (sans risque et rémunérée 0 %), pour vos espèces en attente d’investissement et pour recevoir les dividendes. Et le portefeuille actions qui regroupe tous vos titres quand un ordre est exécuté. En pratique, on peut acheter et vendre en quelques clics et les titres restent au sein du CTO. Ensuite, il est possible de faire des virements sortants à tout moment.

Dans notre comparatif des meilleurs CTO, vous trouverez des CTO sans droit de garde ni frais d’inactivité, et avec des frais de transaction raisonnables.

Avis de Nicolas : la gestion pilotée est la solution si on ne souhaite pas choisir soi-même ses titres ni passer les ordres. Sans doute le cas de beaucoup d’entrepreneurs plus concentrés sur le développement de leur entreprise que sur la bourse. Ainsi, c’est le gestionnaire qui investit l’argent versé sur CTO. Selon nous, Yomoni (voir leur site) propose une excellente gestion pilotée pour des frais réduits (1,60 % tout compris, y compris les frais des fonds) : voir notre article présentant Yomoni et ses performances.

Les produits structurés

Pour investir en bourse, l’entrepreneur dispose de plusieurs moyens. Nous avons vu précédemment qu’il existe des fonds d’investissement disponibles en contrat de capitalisation. Il y a aussi le compte-titres ordinaire pour investir sur des fonds ou des titres vifs. Et en 3ème solution, on trouve également des produits structurés (en direct, mais parfois disponibles au sein des contrats de capitalisation).

Les principales caractéristiques des produits structurés :

  • Durée : variable selon le produit structuré, mais généralement l’investissement peut durer plus de 8 ans ;
  • Rendement attendu : 7 % (moyenne annuelle lissée), selon l’évolution des marchés financiers ;
  • Risque : risque de perte en capital selon l’évolution des marchés financiers (mais seuil de protection) ;
  • Liquidité : vente en quelques jours.

Qu’est-ce qu’un produit structuré ? Exemple

En pratique, qu’est-ce qu’un produit structuré ? Derrière ce terme technique, se cache en réalité un mécanisme assez simple qui permet d’investir en bourse en bénéficiant d’un seuil de protection.

Prenons un exemple avec un produit structuré 10 ans indexé sur le CAC 40, avec une barrière de rappel anticipé à 100 %, un coupon (payé lors du rappel du produit) de 8 % par an et une barrière de protection du capital à maturité à 50 %. Chaque année, à la date anniversaire, si le CAC 40 dépasse son niveau initial, l’investisseur récupérera son capital + un gain de 8 % multiplié par le nombre d’années écoulées. Donc quand on souscrit au produit structuré, on connait le sous-jacent (ici le CAC 40) et le gain annuel en cas de réalisation de l’évènement (ici 8 %), mais on ne connait pas la date de remboursement (seulement la durée maximale d’investissement, ici 10 ans). Ceci dit, il est possible de vendre à tout moment au prix du marché.

Dans cet exemple, si le CAC 40 dépasse son niveau initial au 3ème anniversaire du produit structuré, alors on gagne 3 x 8 % = 24 % (même si sur la période la hausse n’a été que de 5 %). Et si en l’espace de 10 ans le CAC 40 n’a jamais été au-dessus de son niveau initial (à aucune date anniversaire), alors on récupère son capital sans perte si le niveau final (maturité 10 ans) est au-dessus de 50 % (barrière de protection). Si le CAC finit sous 50 % de son niveau initial (gros krach boursier), alors on récupère le capital diminué de la perte constatée.

Avis de Nicolas : l’investissement en produit structuré peut être une solution pour l’entrepreneur qui souhaite investir en bourse sans en subir la volatilité et en bénéficiant d’un seuil de protection. Ceci dit, en contrepartie, il faut accepter de ne pas profiter pleinement des hausses des marchés (dans l’exemple plus haut, si le CAC s’est envolé de 15 % la 1ère année, le produit structuré est remboursé et l’entrepreneur ne gagne « que » 8 %).

Conclusion : quels placements pour sa trésorerie d’entreprise ?

Finalement, chaque entrepreneur se dirigera vers différents placements pour sa trésorerie. Car chacun a ses projets, horizons de placement, sensibilités aux risques. Généralement, l’entrepreneur placera sa trésorerie à sécuriser à court terme sur un compte à terme (CAT). Et pour sa trésorerie excédentaire à faire fructifier sur du long terme (pour développer son capital et distribuer des revenus), il investira en immobilier (pierre-papier SCPI ou OPCI) et en bourse (compte-titres en gestion libre ou pilotée et produits structurés). Avec aussi des contrats de capitalisation pour les sociétés éligibles, enveloppe idéale pour diversifier ses investissements.

En pratique, qui pourra conseiller l’entrepreneur et quels placements ouvrir ? Deux solutions : le conseiller professionnel de sa banque, ou un conseiller en gestion de patrimoine (CGP). Mais la banque sera limitée à ses propres produits, donc peu de choix. Aussi, nous préférons un conseiller en gestion de patrimoine qui assure une veille sur le marché pour sélectionner les meilleurs produits.

Contacter un conseiller en placement de trésorerie d’entreprise

C’est ainsi que nous avons connu Pandat Finance, société créée en 2009, habilitée CIF (conseiller en investissement financier) et spécialisée en placement de trésorerie pour les entrepreneurs. Nous en avons eu de très bons retours et nous avons nous-même investi par leur intermédiaire.

En pratique, Pandat a trouvé pour nous la meilleure offre de placement et nous a conseillé et facilité l’administratif. La société Pandat Finance travaille avec plus de 80 partenaires (banques, assurances, sociétés de gestion, etc.) qui la rémunèrent directement (donc sans frais pour le client).

Si vous souhaitez une étude personnalisée, il est possible de prendre rendez-vous avec un conseiller Pandat Finance :

contact_Pandat Finance

Le Guide PDF des placements de trésorerie

Et si vous préférez télécharger le guide des placements, c’est ici :


En validant ce formulaire ou en continuant à utiliser nos services, vous reconnaissez avoir pris connaissance les informations légales concernant Pandat Finance. Nous nous engageons à ne jamais communiquer vos données à l’extérieur.


Page suivante

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *