Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Assurance vie pour enfant mineur : tout savoir

Assurance vie pour enfant mineur

Est-ce que l’assurance vie pour enfant mineur est une bonne idée ? Et comment choisir la meilleure assurance vie pour un enfant mineur ? Comment se déroule l’ouverture ? Je vous explique tout et avec les captures d’écran de ma souscription !

Plutôt que des livrets faiblement rémunérés, à la naissance de mes enfants je leur ai ouvert une assurance vie. Je l’ai fait avec mon premier enfant en 2019, et je viens de le faire avec le deuxième fin 2023.

Pourquoi ? Car avec des investissements dynamiques au sein de l’assurance vie, je vise 7 % de rendement annuel. Donc dans 20 ans, chacun de mes enfants aura environ 45 000 € de capital, en versant 1 000 € par an chacun. Alors que sur livret, le capital atteindrait péniblement 26 000 € (pour la même somme versée sur 20 ans). Soit 19 000 € de plus… pour chacun de mes enfants, de quoi mieux démarrer dans la vie !

En pratique, je leur verse de l’argent à chaque noël et chaque anniversaire. Ainsi, au niveau du droit civil et de la fiscalité, mes versements sont considérés comme des « présents d’usage » et non des « donations », donc ils échappent aux droits de donation.

Pour mon premier enfant en 2019 j’avais choisi Linxea Spirit 2. Très bien et gérable en ligne, mais l’ouverture avait été un calvaire (beaucoup de documents papiers). J’ai choisi cette fois, pour mon deuxième enfant en 2023, l’assurance vie Lucya Cardif car :

  • excellente assurance vie : pas de frais sur versement, faibles frais de gestion annuels (0,50 % par an), et accès aux meilleurs fonds (des trackers, dont l’ETF World). Parmi les meilleures assurances vie, et c’est un contrat que j’ai déjà ouvert pour moi-même. Notre avis Lucya Cardif.
  • Et ouvrable facilement en ligne. Pour les mineurs, c’est rare de pouvoir ouvrir un contrat d’assurance vie en ligne, il faut généralement passer par des tonnes de papier !

SOMMAIRE

Pourquoi ouvrir une assurance vie pour enfant ?

Je vois 3 bonnes raisons d’ouvrir une assurance vie pour enfant.

1️⃣ Pour épargner à notre rythme, quand on veut. Je fais des versements uniquement à l’occasion de noël, de leur anniversaire, de futurs examens réussis…pour qu’ils soient considérés comme des « présents d’usage » (exonérés d’impôt) et non pas comme des donations (à déclarer et imposées). Je verse autour de 1000 € par an à chacun de mes 2 enfants sur leur assurance vie.

2️⃣ Pour faire travailler l’argent sur du long terme, dans des investissements diversifiés. Personnellement, sur les assurances vie de mes enfants j’investis en 100 % actions car ils placent à long terme. Ce sera bien plus rentable que des livrets (et sans plafond !). Certains parents moins expérimentés préféreront peut-être diversifier entre le fonds euro (sécurisé), des fonds immobiliers, des fonds actions, etc. Ils peuvent aussi opter pour la gestion pilotée.

3️⃣ Pour optimiser fiscalement et avec une vertu éducative. En effet, après ses 18 ans, mes enfants pourront sortir leur argent quand ils veulent. Je les encouragerai à utiliser leur épargne pour de bons objectifs : le permis de conduire, un apport immobilier, etc. Et vu qu’ils sortiront l’argent après les 8 ans de leur assurance vie, ils profiteront de la niche fiscale : exonération d’impôt sur le revenu sur les gains sortis (à hauteur de 4 600 € de plus-value sortie par an).

Une assurance vie pour enfant à quel âge ?

Il n’y a pas d’âge minimum : on peut ouvrir une assurance vie pour enfant dès la naissance (ce que j’ai fait) !

Pour un enfant de moins de 12 ans, la durée maximum du contrat est de 85 ans moins son âge.

Pour un enfant de plus de 12 ans, la durée peut être viagère comme pour un adulte.

Avant ses 18 ans, toutes les opérations (versements, arbitrages, retraits, etc.) sont réalisées par les parents.

Quand l’enfant a 18 ans, il peut prendre la main sur son assurance vie.

Note de Nicolas : vous souhaitez cadrer votre enfant jusqu’à ses 25 ans ? Dans ce cas, vous pouvez ajouter un « pacte adjoint » pour définir vos propres règles : argent bloqué jusqu’aux 25 ans de l’enfant (maximum, mais possible de définir 21 ans par exemple), capital utilisable seulement pour tel ou tel motif (achat immobilier par exemple). Rassurant si vous pensez que votre enfant ne sera pas assez mature à 18 ans. L’autre solution étant simplement de lui révéler l’existence de cette assurance vie quand vous jugerez qu’il est temps. De mon côté, je gère au mieux pour mes enfants et je verrai quand ils auront la tête sur les épaules !

Assurance vie au nom de l’enfant ou au nom des parents ?

Personnellement, je fais les 2 ! Je vous explique mon raisonnement, ce sont des pistes de réflexion et vous verrez ce qui vous convient le mieux.

1️⃣ Quand on ouvre une assurance vie au nom de l’enfant, c’est l’enfant qui est le souscripteur, et le capital est à son nom. Donc pour les 2 assurances vie au nom de mes enfants, c’est leur argent (et ils en feront ce qu’ils veulent quand ils seront grands), je ne peux pas le retirer pour moi. L’avantage est qu’ils auront déjà un contrat mature fiscalement (plus de 8 ans) à leur nom sur lequel épargner quand ils auront 18 ans.

Le risque est que les enfants dilapident l’argent quand ils auront la main dessus (après 18 ans, ou 25 ans en cas de pacte adjoint). Mais je vais les sensibiliser progressivement à la bonne gestion avec leur argent de poche, donc j’ai bon espoir qu’ils soient raisonnables quand ils seront maîtres du « pactole ».

2️⃣ En parallèle, sur mes propres assurances vie (à mon nom), j’épargne pour mes enfants aussi indirectement car cet argent servira à financer leurs études. J’ai désigné mes enfants comme bénéficiaires en cas de décès (sinon, par défaut le conjoint est bénéficiaire).

⚠️ Sinon, si vous avez une assurance vie à votre nom (parent) et que vous souhaitez donner l’argent à votre enfant, vous devez d’abord sortir l’argent (retrait avec les gains imposés au moins aux 17,2 % de prélèvements sociaux), puis lui donner en déclarant la donation (qui sera éventuellement taxée aux droits de donation, ou qui viendra consommer l’abattement fiscal des 100 000 € exonérés par enfant tous les 15 ans). Voilà aussi pourquoi je préfère épargner sur une assurance vie directement au nom de l’enfant, pour transmettre au fil de l’eau (présents d’usage) hors donation.

Les étapes de la souscription de l’assurance vie pour enfant

Comme je l’expliquais, pour mon 2ème enfant j’ai choisi l’assurance vie Lucya Cardif que j’avais déjà ouvert pour moi-même quelques mois plus tôt.

J’ai pris des notes au fur et à mesure de l’ouverture en ligne, donc je vous déroule les étapes car il y a quelques subtilités à connaître dans le cadre de la souscription d’assurance vie pour enfant.

📌 Je précise que comme toujours, j’ouvre mes produits d’épargne sur ordinateur (plus à l’aise avec une souris et un grand écran plutôt que sur smartphone).

1ère étape : les informations personnelles

J’indique directement le nom et le prénom de mon fils, car comme précisé sur l’interface : « Ainsi, nous vous remercions de renseigner l’identité du futur détenteur du contrat, y compris s’il est mineur.« 

ouverture assurance vie mineur

👉 J’indique sa date de naissance. Et c’est à ce moment que le courtier comprend qu’il s’agit d’une assurance vie pour enfant et ajoute une question :

assurance vie mineur

Dans ma situation, il s’agit d’un mineur sous administration légale (autorité parentale exercée par les parents) et non d’un mineur sous tutelle d’un juge.

Identité du représentant légal

Ici j’apprends cette spécificité dans le cadre d’une assurance vie pour enfant :

Représentant assurance vie enfant

💡 En pratique, plutôt que d’imprimer et d’envoyer par courrier, j’ai signé numériquement directement sur le PDF et j’ai envoyé par mail à contact@assurancevie.com. Je sais par expérience que cela fonctionne ainsi, je ne vais pas m’ennuyer avec un papier et un courrier, je fais tout en ligne !

👉 J’indique donc mon identité en tant que « représentant légal N°1 », et celle de épouse en tant que « représentant légal N°2 ».

2ème étape : renseignements complémentaires

Cette étape est très rapide.

« Si le souscripteur / adhérent est une personne mineure, merci d’indiquer le pays de résidence fiscale des représentants légaux. »

👉 Il faut indiquer notre résidence fiscale et si l’on est citoyen américain.

3ème étape : profil investisseur

Ici nous devons répondre à quelques questions sur notre famille, notre patrimoine, nos revenus, nos connaissances financières et notre sensibilité aux risques.

Ainsi, le courtier déterminera notre profil d’investisseur : modéré, équilibré ou dynamique. Pour mon fils, je veux un profil dynamique car il a au moins 20 ans devant lui avant d’avoir besoin du capital, de quoi bien faire travailler son argent sur une allocation dynamique avec une bonne part d’actions.

🔎 Précision importante ici dans le cadre d’une assurance vie pour enfant :

Souscription enfant

👉 Pour la situation, j’indique que mon enfant est célibataire, qu’il n’a pas d’enfants et pour sa profession : bébé !

Pour les montants naturellement j’indique ceux de mon foyer, puisque mon bébé de 3 mois n’a pas encore de profession ni de revenus 😅

Et pour les connaissances financières, je n’ai pas demandé à mon bébé qui dit à peine areuh-areuh, j’ai répondu moi-même 🙂

Finance enfant

🎯 Le résultat : quel est profil investisseur de mon enfant ?

Ici le courtier recommande à mon enfant un profil dynamique :

Profil assurance vie enfant

👉 Mais en pratique, je ferai ce que je veux ! En gestion libre, je choisirai moi-même mes fonds d’investissement et ils pourront être très prudents (je peux placer en 100 % fonds euro) ou dynamiques (avec des unités de compte), peu importe. Donc je clique sur « je ne souhaite pas suivre le profil investisseur et les allocations qui en résultent« .

💡 Bien sûr, chaque parent peut faire comme il l’entend. Certains préféreront suivre le profil conseillée par le courtier, voire choisir la gestion pilotée pour complètement déléguer la gestion… à vous de voir !

Pour finir, le courtier me propose 3 contrats d’assurance vie. Je choisis mon préféré : Lucya Cardif (moins de frais et l’accès aux meilleurs fonds : notre avis Lucya Cardif).

4ème étape : le contrat

Il faut parcourir la notice du contrat, que je connais déjà par coeur (notre avis Lucya Cardif, contrat que j’ai déjà souscrit pour moi-même).

Ensuite, le courtier nous propose différentes offres de bienvenue. On peut prétendre à l’une ou l’autre sous conditions de verser au moins X 000 €, et au pire il y a l’offre de parrainage 50 € (j’ai parrainé mon enfant, j’ai mon code parrain puisque je suis déjà client !).

👉 Puis, il faut préciser combien on verse initialement. Minimum 500 €. Et quelques questions supplémentaires :

assurance vie enfant

💡 C’est une assurance vie pour enfant, donc en principe les versements proviennent du compte courant des parents.

Note de Nicolas : pour rappel, pour les assurances vie pour enfant, je ne fais surtout pas de versements programmés, car ils seraient assimilés à des donations (à déclarer et imposées). Donc je fais des versements libres et uniquement pour certaines occasions : noël, anniversaire, etc. Ainsi ce sont des versements qualifiés de « présents d’usage », donc non déclarés et non imposés.

5ème étape : la stratégie d’investissement

C’est l’étape principale. Comment allez-vous investir sur cette assurance vie pour enfant ? C’est en rapport avec l’étape 3 et le profil d’investisseur de l’enfant.

De mon côté, c’est simple, pour du long terme j’investis en 100 % actions ! Car je souhaite que mes enfants aient la meilleure performance à long terme et ils supporteront très bien la volatilité du marché actions puisqu’ils ne seront pas informés de l’existence de leur assurance vie avant que je le décide (ils pourront la gérer et sortir l’argent quand je les jugerai assez matures).

De votre côté, à vous de voir votre allocation patrimoniale : vous pouvez répartir votre versement initial sur plusieurs fonds plus ou moins défensifs ou dynamiques (SRI 1 = le plus défensif, et SRI 7 = le plus offensif). Il est possible de placer en 100 % fonds euro pour la sécurité maximale (mais ce serait étonnant pour un investissement long terme…).

🔎 Pour voir en pratique comment sélectionner les fonds de votre choix, je vous invite à consulter cet article avec des captures d’écran : stratégie d’investissement et choix des supports.

La clause bénéficiaire

Pour chaque contrat d’assurance vie, on doit désigner les bénéficiaires en cas de décès du souscripteur. Dans le cadre d’une assurance vie pour adulte, c’est libre, on peut désigner comme bénéficiaire qui ont veut : le conjoint, les enfants, un ami, un voisin, une association, etc.

Ici, dans le cadre d’une assurance vie pour enfant, nous n’avons pas le choix : le titulaire du contrat étant mineur, la clause bénéficiaire par défaut est « Mes Héritiers ».

6ème étape : téléverser les documents justificatifs

C’est simple, on doit juste joindre une carte d’identité ou passeport. Dans le cadre d’une assurance vie pour enfant, on a le choix : soit la carte d’identité de l’enfant, soit celle d’un des deux parents.

👉 Enfin, on reçoit un SMS et un mail pour finaliser la souscription de l’assurance vie pour enfant :

assurance vie enfant

💡 Personnellement, j’ai tout finalisé en ligne (signatures numériques sur le PDF et envoi à contact@assurancevie.com avec en pièces jointes quelques justificatifs dont le livret de famille mentionnant l’enfant) et avec prélèvement.

Note de Nicolas : c’est un contrat d’assurance vie pour enfant mineur, donc le dossier PDF reçu par mail doit être signé par les 2 parents. Et les signatures doient être précédées de la mention « Bon pour accord du représentant légal » avec la précision « le père » et « la mère ». De plus, si l’enfant a plus de 12 ans il doit aussi signer.

Les suites

1️⃣ Le lendemain, j’ai reçu un mail du courtier qui me demandait de compléter ma demande d’ouverture d’assurance vie pour enfant avec 2 documents supplémentaires (complétés en 5 minutes directement sur PDF puis retournés par mail) :

  • attestation de versement en unités de compte (car j’ai choisi d’investir en unités de compte, pas sur fonds euro) ;
  • attestation de présent d’usage.

2️⃣ Environ 2 semaines plus tard (le temps que le dossier soit contrôlé par le courtier puis par l’assureur), j’ai reçu un mail m’informant du prélèvement imminent.

3️⃣ Et 1 semaine après, j’ai reçu par courrier le certificat d’adhésion et j’avais l’accès en ligne grâce à un identifiant et un mot de passe.

Note de Nicolas : finalement, après 2 mois de recul, l’ouverture en ligne de Lucya Cardif pour mineur est facile… mais pour l’instant la gestion n’est pas complètement en ligne (il faut envoyer un document PDF par mail à contact@assurancevie.com pour arbitrer et pour faire des versements complémentaires). Alors que pour Linxea Spirit 2 c’est l’inverse : l’ouverture est laborieuse pour les mineurs, mais la gestion est ensuite en ligne (versements, arbitrages,…j’en fais régulièrement en ligne pour mon 1er enfant). Selon assurancevie.com, la gestion en ligne sur Lucya Cardif pour les mineurs sera opérationnelle mi-2024 (l’assureur BNP Paribas Cardif est un « dinosaure » et implémente les fonctionnalités en ligne progressivement).

Conclusion

L’assurance vie est une enveloppe optimisée fiscalement pour l’enfant. Il en sortira quand il sera majeur, quand il veut, avec une fiscalité réduite car le contrat aura plus de 8 ans.

Et au niveau civil, les sommes versées par les parents à l’occasion des évènements (noël, anniversaire…) ne sont pas considérées comme des donations, mais comme des présents d’usage (optimisés sur le plan civil et fiscal). Pas besoin de déclarer les présents d’usage et ils sont non taxés (pas de droits de donation). Attention il faut que les présents d’usage soient raisonnables, de l’ordre de 1 % de votre patrimoine, sinon ce ne sont plus des présents d’usage mais des donations.

Au sein de l’assurance vie, vous pourrez choisir des fonds dynamiques pour bien faire travailler l’argent, ce sera plus rentable à long terme que des livrets.

Mais attention à bien choisir l’assurance vie pour enfant. N’épargnez pas sur une assurance vie avec frais sur versement, plus de 0,60 % de frais de gestion sur UC et sans choix de trackers (ETF). Votre argent travaillerait très mal, encore moins bien qu’un livret.

🔎 De mon côté j’ai choisi Lucya Cardif pour mon deuxième enfant car ce contrat coche toutes les cases (moins de frais, meilleurs fonds, et ouverture en ligne…sauf la gestion en ligne qui doit arriver courant 2024). Pour mon 1er enfant j’avais choisi Linxea Spirit 2 qui coche toutes les cases aussi (mais ouverture plus laborieuse). Pour ces 2 assurances vie j’ai choisi le mode de gestion libre, mais il est aussi possible d’opter pour la gestion pilotée pour les épargnants moins aguerris qui préfèrent déléguer complètement la gestion.

💡 Vous souhaitez comparer d’autres solutions ? Notre guide : quel compte épargne pour enfant ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Les commentaires sont publiés après modération (sous 48 heures).

42 commentaires sur “Assurance vie pour enfant mineur : tout savoir”