Choisir les meilleurs placements pour son épargne et bien investir

Ouvrir une assurance vie après 70 ans : les points à connaître

Ouvrir une assurance vie après 70 ans

Vous vous interrogez sur l’intérêt d’ouvrir une assurance vie après 70 ans ? Il existe plusieurs bonnes raisons de souscrire et d’alimenter une assurance vie après 70 ans. Dans cet article, nous allons répondre à toutes vos questions, pour bien épargner en assurance vie (générer des revenus passifs et/ou développer votre patrimoine) et voir comment optimiser la transmission de votre patrimoine.

Au moment de la succession et du calcul des taxes sur l’héritage, la règle fiscale distingue les versements réalisés sur l’assurance vie avant et après 70 ans. La fiscalité est plus avantageuse pour les versements réalisés avant 70 ans, car les abattements applicables sur le capital transmis résultant des versements avant cet âge sont plus importants. C’est la raison pour laquelle il est conseillé d’alimenter son assurance vie avant 70 ans. Cependant, prendre une assurance vie après 70 ans offre également des avantages que nous allons détailler ici.

Indépendamment de la question de la transmission du patrimoine, l’assurance vie est un dispositif d’épargne très intéressant pour faire fructifier son épargne et se constituer un complément de revenus à la retraite. C’est l’un des meilleurs placements pour senior.

Les raisons de souscrire une assurance vie après 70 ans sont multiples :

  • Faire fructifier son patrimoine financier en investissant sur des fonds performants.
  • Se constituer un complément de revenus pour sa retraite avec une fiscalité avantageuse.
  • Optimiser la transmission de son patrimoine.

On fait le point sur les choses à savoir avant d’ouvrir une assurance vie après 70 ans.

SOMMAIRE

Ouvrir une assurance vie après 70 ans : une solution intéressante

Le taux d’épargne moyen des seniors est plus élevé que celui du reste de la population. Cela s’explique notamment du fait qu’ils sont nombreux à être propriétaires et n’ont souvent plus de crédit à rembourser. Aussi, les enfants ont généralement pris leur indépendance. Les dépenses contraintes sont donc très faibles, ce qui libère une capacité d’épargne significative.

Dès lors que l’on dispose d’une épargne conséquente à placer, l’assurance vie s’impose comme une solution de premier choix pour développer son patrimoine.

Une solution simple et efficace pour organiser son patrimoine

L’assurance vie est une solution simple et efficace pour placer un capital.

1️⃣ Les épargnants peuvent ouvrir plusieurs assurances vie, et il n’y a pas de plafond sur les versements.

2️⃣ Par ailleurs, il est possible de réaliser des retraits à tout moment. Pour cette raison, l’assurance vie est un dispositif intéressant pour les seniors souhaitant faire fructifier un patrimoine tout en réalisant des retraits partiels du contrat pour financer des dépenses occasionnelles ou obtenir un complément de revenus à la retraite.

3️⃣ Il n’y a pas de limite d’âge pour ouvrir ou verser de l’argent sur une assurance vie. Il est possible de verser après 70 ou même après 80 ans.

4️⃣ La gestion d’une assurance vie (en gestion libre ou gestion pilotée) est simple et non contraignante. À ce sujet, nous voyons régulièrement des bailleurs qui, l’âge se faisant, vendent leur bien immobilier locatif et placent le fruit de la vente en assurance vie. Cette stratégie a du sens pour sécuriser et/ou diversifier son patrimoine, tout en optimisant sa succession.

Une stratégie d’épargne sur mesure

L’assurance vie est un dispositif d’épargne qui s’adapte à vos objectifs : faire fructifier votre patrimoine (avec l’objectif de le transmettre ou de financer un projet futur) et/ou vous constituer un complément de revenus immédiat à la retraite.

Les épargnants ont tendance à réduire l’assurance vie au fonds euro. Les fonds euros sont une spécificité française, ils offrent des garanties sur le capital placé et des performances relativement prévisibles d’une année sur l’autre. Mais l’assurance vie permet d’investir sur d’autres types de fonds « en unités de compte« , dont des fonds actions ou immobilier plus rémunérateurs sur le long terme.

💡 La performance d’une assurance vie dépend du choix des fonds sur lesquels l’épargnant investit.

On lit parfois qu’il faut sécuriser ses placements avec l’âge (et donc privilégier les fonds euros en assurance vie). En réalité, que vous ayez 30, 50 ou 70 ans, la stratégie d’allocation dépend de critères plus spécifiques : vos projets, votre aversion aux risques, etc.

En cas de forte aversion au risque, l’épargnant peut faire le choix de sécuriser 100 % de son épargne en fonds euro. Toutefois, un épargnant qui investit à long terme aura intérêt à dynamiser son allocation en investissant une partie de son capital dans des fonds actions ou des fonds immobiliers. Les actions et l’immobilier affichent d’excellentes performances sur le long terme, et permettent de protéger son épargne de l’inflation.

👉 En cas de doute sur la stratégie à suivre, vous pouvez vous solliciter l’aide d’un conseiller en gestion de patrimoine indépendant : notre cabinet Prosper Conseil.

Complément de revenus à la retraite

L’assurance vie est un dispositif fiscalement très avantageux. L’épargnant peut réaliser des retraits (ou un rachat total) en profitant d’un taux d’imposition très réduit. En effet, en cas de retrait sur une assurance vie de plus de 8 ans, l’épargnant bénéficie d’un abattement de 4 600 euros par an sur les plus-values imposables (le double s’il est marié ou pacsé). Auquel cas, seuls les prélèvements sociaux (17,2 %) sont prélevés.

👉 Pour tout savoir sur ce sujet, vous pouvez lire notre article sur la fiscalité des retraits en assurance vie.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet : l’intérêt d’ouvrir et d’alimenter une assurance vie après 70 ans.

L’assurance vie avant et après 70 ans pour optimiser la transmission de son patrimoine

L’assurance vie est un dispositif très intéressant pour optimiser la transmission du patrimoine aux bénéficiaires désignés du contrat, même après 70 ans.

L’assurance vie n’entre pas dans la succession comme n’importe quel actif financier. En effet, d’une part les bénéficiaires sont librement désignés (ce ne sont pas forcément les héritiers, on peut désigner un voisin, un ami, etc.). Et d’autre part, les bénéficiaires désignés du ou des contrats d’assurance vie profitent d’abattements fiscaux significatifs sur les sommes transmises. Ces abattements diffèrent selon l’âge auquel vous avez réalisé les versements sur votre contrat.

Ainsi, avec l’assurance vie, il est possible de transmettre un patrimoine financier important sans payer de droits de succession.

Note de Ludovic : un changement des bénéficiaires du contrat d’assurance vie est possible à tout moment. Il n’est pas nécessaire de passer chez le notaire, vous devez simplement changer la clause bénéficiaire du contrat.

Fiscalité de l’assurance vie à la succession : pourquoi l’âge de 70 ans est important ?

Lors d’une succession, le capital placé en assurance vie correspondant à des montants versés avant 70 ans peut être transmis sans que les bénéficiaires n’aient à s’acquitter de droits de succession.

En effet, chaque bénéficiaire profite d’un abattement de 152 500 euros sur le capital qui lui est transmis. Ce qui signifie que pour un bénéficiaire qui reçoit 152 500 euros d’une assurance vie, l’État considère qu’il s’agit de 0 € donc pas de taxe. Au-dessus de ce montant, l’imposition est de seulement 20 % jusqu’à 700 000 euros, et de 31,25 % au-delà (article 990I du code général des impôts).

Cette règle ne s’applique que sur les versements (les « primes » dans le jargon des assureurs) réalisés avant 70 ans, ainsi que sur les plus-values qui en découlent.

Concernant le capital placé en assurance vie correspondant à des versements réalisés à 70 ans et plus, l’abattement appliqué à la succession est de seulement 30 500 euros et il se calcule de façon globale pour l’ensemble des bénéficiaires. S’il y a deux bénéficiaires, l’abattement individuel est de seulement 15 250 euros. C’est dix fois moins que l’abattement individuel de 152 500 euros pour les versements réalisés avant les 70 ans de l’épargnant !

💡 Vous comprenez désormais pourquoi l’âge de 70 ans est important. C’est la date des versements et non l’âge du contrat qui détermine la fiscalité appliquée à la succession. C’est une des raisons pour lesquelles il est important d’anticiper la transmission de son patrimoine. N’attendez pas le jour de vos 70 ans pour faire un versement sur votre assurance vie ! Alimentez votre contrat avant votre date d’anniversaire.

Versement après 70 ans en assurance vie et succession

Il demeure intéressant d’alimenter une assurance vie à 70 ans révolus pour profiter de l’abattement fiscal de 30 500 euros à la succession. Les autres placements (livret A, PEA, compte-titres, etc.) ne bénéficient pas d’un tel avantage.

Aussi, et c’est une des subtilités des textes de loi : pour les versements après 70 ans, la part des plus-values n’est pas soumise à imposition à la succession.

À 70 ans, l’espérance de vie est de 15 ans pour les hommes et de 19 ans pour les femmes. Sur cet horizon d’investissement, le capital placé peut encore doubler voire tripler de valeur si l’épargnant opte pour une allocation très dynamique !

🔎 Exemple : un épargnant place 30 000 euros sur des fonds actions monde performants en assurance vie à 71 ans. 25 ans plus tard, à sa succession, le capital est de 130 000 euros (dont 100 000 euros de plus-values). L’abattement de 30 500 euros à la succession s’applique sur le versement et les plus-values ne sont pas taxées. Les bénéficiaires héritiers perçoivent donc la totalité de ce capital sans payer de droits de succession !

Vous pouvez donc transmettre des sommes non négligeables sans que les bénéficiaires n’aient à s’acquitter de droits de succession, ceci même pour les versements réalisés après 70 ans. Et si le montant des versements excède 30 500 euros (voir l’exemple plus loin), la fiscalité à la succession demeure très douce voire nulle si les héritiers profitent également des abattements communs. Pour rappel, les montants des abattements communs dépendent des relations de parenté, l’abattement est de 100 000 euros pour la succession d’un parent vers son enfant.

En somme, si vous souhaitez transmettre votre patrimoine à des enfants, voire un petit-fils, une petite-fille, un neveu ou un proche, il demeure très intéressant de placer en assurance vie après 70 ans.

Tableau de la fiscalité de l’assurance vie à la succession pour les versements avant et après 70 ans

Comme présenté dans le tableau ci-dessous, c’est l’âge au moment du versement et non l’âge du décès qui détermine la fiscalité appliquée à la succession d’une assurance vie.

Les contrats ouverts avant le 20 novembre 1991 (de plus en plus rares…) et les versements antérieurs au 13 octobre 1998 bénéficient également d’une fiscalité particulière à la succession.

Date de souscription du contrat Age lors du versement Versement avant le 13/10/1998 Versement après le 13/10/1998
Avant le 20/11/1991 Peu importe Exonération Abattement de 152 500 € par bénéficiaire. Au-delà, prélèvement de 20 %. Puis 31,25 % sur la fraction supérieure à 700 000 € (après abattement).
Après le 20/11/1991 Avant 70 ans Exonération Abattement de 152 500 € par bénéficiaire. Au-delà, prélèvement de 20 %. Puis 31,25 % sur la fraction supérieure à 700 000 € (après abattement).
Après le 20/11/1991 Après 70 ans Droits de succession après abattement de 30 500 € (et exonération des plus-values) Droits de succession après abattement de 30 500 € (et exonération des plus-values)

Note de Nicolas : les avantages fiscaux à la succession pour les versements réalisés avant et après 70 ans se cumulent. Donc il faut optimiser en versant en assurance vie avant 70 ans ET après 70 ans.

Ouvrir un nouveau contrat après 70 ans plutôt que de fermer d’anciennes assurances vie

En raison de l’avantage fiscal à la succession sur les versements réalisés avant 70 ans, il est préférable de ne pas retirer d’argent des assurances vie alimentées avant cet âge. En effet, si l’argent est retiré après 70 ans et est réinvesti sur un autre contrat, la fiscalité applicable à la succession sera celle des versements réalisés après 70 ans (moins avantageuse…).

Transférer l’assurance vie ?

Si le contrat alimenté avant 70 ans est peu performant (du fait de frais de gestion élevés et/ou de fonds peu qualitatifs), vous pouvez essayer de transférer l’assurance vie vers un meilleur contrat. Le transfert d’assurance vie est possible depuis la loi Pacte à condition que l’épargnant choisisse de transférer son contrat vers un contrat géré par le même assureur.

Par exemple, si vous avez une assurance vie Afer ouverte dans une agence locale, vous pouvez envisager un transfert vers le contrat Afer du courtier en ligne Epargne Family dont les prestations sont plus intéressantes.

Autre exemple : une assurance vie distribuée par le Crédit Agricole et assurée par Spirica (branche assurance de la banque) peut être transférée vers le contrat Linxea Spirit 2. De même, si vous avez une assurance vie au Crédit Mutuel assurée par l’assureur Suravenir, vous pouvez la transférer vers le contrat Linxea Avenir 2. Etc.

Même principe pour les assurances vie ouvertes à la Caisse d’Épargne, la BNP Paribas, etc. À ce propos, si vous souhaitez une excellente assurance vie assurée par BNP Paribas Cardif (filiale assurance de la grande banque française), vous pouvez vous tourner vers l’assurance vie Lucya Cardif (lire notre avis sur Lucya Cardif).

Note de Nicolas : il y a la théorie et la pratique. En théorie le transfert d’assurance vie est possible depuis la loi PACTE. En pratique, c’est un véritable parcours du combattant, les assureurs mettent des bâtons dans les roues. Donc il ne vaut mieux pas compter dessus, il est plus facile d’ouvrir une nouvelle assurance vie.

Pourquoi ouvrir une (nouvelle) assurance vie après 70 ans ?

Ouvrir une assurance vie après 70 ans permet une meilleure organisation et une meilleure lisibilité de la fiscalité pour la transmission du patrimoine. En effet, sur le plan pratique, allouer tous les versements réalisés après 70 ans vers un contrat spécifique permet de distinguer facilement les versements réalisés avant et après cet âge.

Aussi, si vous réalisez un retrait, vous pourrez le faire sur ce nouveau contrat sans avoir à toucher au contrat alimenté avant 70 ans.

Il est possible d’ouvrir plusieurs assurances vie. L’épargnant peut avoir intérêt à ouvrir une nouvelle assurance après 70 ans pour se tourner vers un contrat plus performant.

Note de Ludovic : je vois souvent des personnes de plus de 70 ans disposant d’une assurance vie ouverte de nombreuses années auparavant. D’un point de vue fiscal, privilégier ce placement est une bonne initiative. Malheureusement les contrats en question sont trop souvent de piètre qualité, ils supportent des frais importants qui pénalisent l’épargnant. Raison de plus d’épargner ailleurs : les meilleures assurances vie.

Quelle somme peut-on mettre sur une assurance vie après 70 ans ?

Il n’y a pas de plafond sur les versements que l’épargnant peut réaliser en assurance vie, quel que soit son âge.

En cas de retrait (rachat partiel), quel contrat privilégier ?

Si vous avez plusieurs assurances vie alimentées avant et après 70 ans, la question se pose de savoir sur quel contrat réaliser des retraits si vous avez besoin d’argent.

En cas de retrait sur un contrat alimenté avant vos 70 ans, vous allez irrémédiablement réduire la part du capital à transmettre résultant de versements réalisés avant cet âge. Ce qui n’est pas avantageux pour les bénéficiaires désignés du contrat, car ce capital ouvre droit à un abattement important à la succession (152 500 euros par bénéficiaire hors succession).

Si vous réalisez un retrait sur un contrat alimenté après vos 70 ans, les enjeux sont plus faibles puisque l’abattement à la succession est beaucoup plus réduit : 30 500 euros pour l’ensemble des bénéficiaires. Et vous avez toujours la possibilité de réaliser des versements ultérieurs.

D’une façon générale, il faut éviter de retirer de l’argent sur un contrat alimenté avant 70 ans afin de ne pas réduire les avantages à la succession. Mais la bonne option est à évaluer au cas par cas selon la structure patrimoniale de l’épargnant.

Exemple d’un épargnant ayant 71 ans et souhaitant optimiser la transmission de son patrimoine avec l’assurance vie

Voyons l’exemple d’un épargnant de plus de 70 ans investissant en assurance vie.

1️⃣ Pierre a 71 ans, il est divorcé, il vit en union libre et a 2 enfants. Il dispose d’une assurance vie alimentée avant ses 70 ans dont l’encours est de 220 000 euros. Ce capital pourra être transmis sans frais de succession à ses 2 enfants (les bénéficiaires désignés du contrat). Chaque enfant bénéficiera d’un abattement de 152 500 euros sur la somme reçue.

Au dénouement du contrat, il pourra transmettre jusqu’à 305 000 euros (davantage encore en comptant les abattements en ligne direct) à ses deux enfants sans aucun droit de succession avec ce contrat.

2️⃣ Pierre a désormais 71 ans et il vient d’hériter de 50 000 euros au décès d’une tante. Plutôt que de verser ce capital sur son assurance vie actuelle, il fait le choix d’ouvrir une nouvelle assurance vie.

Voyons les avantages :

1er avantage : dans l’hypothèse où il aurait besoin d’argent, il pourra faire un retrait sur son nouveau contrat plutôt que de retirer de l’argent sur l’assurance vie alimentée avant 70 ans. De cette façon, il optimise la succession en préservant l’avantage fiscal à sa succession sur les versements réalisés avant 70 ans (avantage mentionné plus haut).

2ème point : le capital placé sur la nouvelle assurance vie est investi sur des supports dynamiques : essentiellement des fonds actions monde offrant de belles perspectives de gains à horizon 10-20 ans. En tablant sur une performance moyenne annuelle de 6-7,5 % (performance des actions à long terme), les 50 000 euros placés pourront fructifier et atteindre une valorisation de 120 à 150 000 euros dans une quinzaine d’années.

➡️ Avec cette approche, l’épargnant optimise la succession. En effet, comme expliqué plus haut, les plus-values ne sont pas imposables à la succession quand l’argent a été versé sur le contrat après 70 ans. Et l’abattement est de 30 500 euros. Dans le cas présent, l’assiette taxable à la succession sera de 50 000 – 30 500 = 19 500 euros (toujours sans compter les abattements en ligne directe). Et la totalité des plus-values (c’est-à-dire l’essentiel de l’encours dans le scénario présenté ici) échappera à l’impôt.

Bien choisir son assurance vie

Plus haut dans cet article, nous avons évoqué un scénario avec une performance moyenne annuelle de l’épargne de 6-7,5 % par an en investissant en fonds actions. Cet objectif n’est atteignable qu’avec une assurance vie combinant deux caractéristiques clés :

  • 0 frais sur versement, et des frais de gestion bas (moins de 0,60 % de frais de gestion en unités de compte).
  • L’accès à des fonds actions qualitatifs, notamment des fonds indiciels tels qu’un ETF reproduisant la performance d’un indice boursier de référence (CAC 40, S&P 500 ou MSCI World par exemple).

👉 Pour trouver ces caractéristiques, il faut se tourner vers les meilleures assurances vie du marché. En sus des frais de gestion réduits et de l’accès à des fonds qualitatifs, les meilleures assurances vie sont également sans frais sur versement ni frais d’arbitrage. Je vous invite à consulter notre comparatif des meilleures assurances vie du marché pour trouver un bon contrat.

💡 Si vous souhaitez une allocation sécurisée, privilégiez les fonds euros. Voir notre comparatif des meilleurs fonds euros.

« Combien coûte » une assurance vie ?

Les meilleures assurances vie sont sans frais sur versement et accessibles avec un versement initial de quelques centaines d’euros : de 100 à 500 euros pour la plupart des contrats.

Des frais de gestion annuels s’appliquent sur les fonds euros et les supports en unités de compte :

  • Les performances des fonds euros sont communiquées nettes de frais. Ainsi, vous pouvez comparer les performances des fonds euros sans vous soucier du niveau de ces frais de gestion.
  • Les frais de gestion en unités de compte vont de 0,50 à 1,20 % par an selon les contrats. Privilégiez les assurances vie avec des frais de gestion en unités de compte à 0,50 ou 0,60 %. C’est le cas des meilleures assurances vie.

Conclusion

L’assurance vie est un dispositif fiscalement très intéressant pour optimiser la transmission de votre patrimoine. Les avantages fiscaux à la succession dépendent de votre âge à la date des versements. Pour le capital résultant de versements après 70 ans, les abattements à la succession sont beaucoup plus faibles mais les plus-values ne sont pas imposées.

Les avantages fiscaux sur les versements avant et après 70 ans se cumulent.

Si vous avez plus de 70 ans et n’êtes pas déjà détenteur d’une assurance vie, il est toujours temps d’ouvrir une première assurance vie. Il n’y a pas d’âge limite pour souscrire une assurance vie. Ce dispositif d’épargne est très intéressant pour faire fructifier votre épargne et/ou vous constituer un complément de revenu à la retraite en profitant d’une fiscalité avantageuse.

Il est possible d’ouvrir plusieurs assurances vie. Si vous êtes déjà détenteur d’une assurance vie, ouvrir une nouvelle assurance vie après 70 ans est intéressant pour plusieurs raisons :

  • Ouvrir une assurance vie après 70 ans vous permet de distinguer les versements réalisés avant et après cet âge, et ainsi bien optimiser la transmission de votre patrimoine.
  • La « souscription » d’une assurance vie après 70 ans peut être l’occasion de faire le choix d’une meilleure assurance vie, avec l’accès à des placements plus performants (un contrat plus compétitif en termes de frais et de choix de fonds).

Assurance vie avant et après 70 ans : ce qu’il faut retenir

L’assurance vie est un dispositif d’épargne incontournable tout au long de la vie. Elle permet aux épargnants de profiter d’un cadre fiscal très avantageux, que ce soit au cours de la vie du contrat ou bien lors de son dénouement à la succession. L’assurance vie est un dispositif de référence pour préparer et optimiser en amont la transmission de son patrimoine. Ce dispositif permet de réduire le taux d’imposition et de transmettre hors succession à qui on veut en profitant d’abattements attractifs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.
Les commentaires sont publiés après modération (sous 48 heures).