ISR : finance responsable et durable, investissement éthique et écologique

Finance éthique et investissement ISR

En ce début de siècle, les problématiques environnementales, sociales et éthiques font l’objet d’une attention croissante à travers le monde. Dans de trop nombreuses situations, les mauvaises pratiques environnementales, sociales ou éthiques impliquent des entreprises où les impératifs économiques de rentabilité à tout prix font la loi. Face à ce constat, de nombreux citoyens ont décidé de devenir des « consommacteurs » et des « épargnants responsables ».

En orientant leurs achats et leurs dépenses vers des produits plus respectueux de leurs valeurs, des citoyens font de leur porte-monnaie un moyen de pression pour inciter les entreprises à répondre à leurs attentes ; pour plus d’éthique, de social et d’écologie. Et dans le domaine de l’épargne et de l’investissement, ce qui nous intéresse ici, il est également possible d’investir son argent en harmonie avec ses valeurs. Ainsi, notre article vise à sensibiliser sur ce sujet (interview d’un auteur) et à vous donner quelques moyens pratiques pour investir de façon socialement responsable (ISR) avec des fonds d’investissements, des trackers ISR et une assurance-vie en gestion pilotée 100 % ISR notamment.

L’investissement socialement responsable (ISR).

Ainsi, le monde de la finance s’est adapté au besoin grandissant et une nouvelle finance responsable et durable a fait son apparition. Cette finance éthique propose de mettre en avant les entreprises vertueuses et les investissements compatibles avec les défis écologiques et sociaux auxquels l’humanité est confrontée. En pratique, le label ISR (Investissement Socialement Responsable) a été créé en 2016 à l’initiative du Ministère des Finances.

Ce mode d’investissement durable et équitable demeure assez méconnu, et il n’est pas évident de s’y retrouver pour l’épargnant ordinaire. Heureusement, des écrivains et blogueurs s’emparent du sujet et nous venons de découvrir un livre qui vulgarise très bien ce thème : Investir éco-éthique (dans notre sélection des meilleurs livres d’investissement).

Ce livre est une bible précieuse pour tous les citoyens désirant savoir comment investir de façon vertueuse pour la planète et l’espèce humaine. Après l’avoir dévoré en un week-end (nous nous sommes souvent reconnus dans les réflexions, méthodes et outils proposés !), nous avons voulu en savoir plus et nous avons eu la chance de pouvoir décrocher une interview de son auteur, Christopher Klein, auteur Allemand déjà connu outre-rhin.

Avenue Des Investisseurs (ADI) : Bonjour Christopher, pouvez-vous nous dire comment vous en êtes arrivé à la décision de dédier un livre à la finance éthique et l’investissement responsable ?

Chère équipe d’Avenue des Investisseurs, merci pour l’invitation à cette interview. Je suis très heureux que la durabilité soit également discutée en France.

Depuis de nombreuses années, je mets moi-même l’accent sur un mode de vie plus responsable et durable. Je vis de manière très minimaliste (même si j’ai plutôt tendance à dire « normaliste »), n’achète que des vêtements ou des meubles de seconde main et plante mes propres fruits et légumes. J’ai donc toujours eu un intérêt fondamental pour ces sujets.

Et en tant qu’auteur, je cherchais un moyen de transposer ce style de vie dans le monde de la finance. Cela a abouti à l’ouvrage « Investir éco-éthique », qui donne des stratégies pour investir de manière durable, éthique, sociale et écologique.

Note de Nicolas : j’ai trouvé dans le livre une citation de Buddha très parlante : « Si vous voulez augmenter votre richesse, vous devriez prendre l’exemple des abeilles. Elles collectent le miel sans détruire les fleurs. Elles leur sont même utiles. » 

ADI : L’investissement éco-responsable et la finance verte répondent à une prise de conscience de différents sujets : l’écologie, le social et l’éthique. Pouvez-vous clarifier le rôle que peuvent jouer la finance responsable et l’investissement éthique au regard de ces différents enjeux ?

Mon objectif est d’initier une prise de conscience. Si nous continuons dans cette direction, nos ressources seront épuisées dans 30 ans. Des investissements durables permettent de combiner les rendements avec le financement de projets utiles. En conséquence, l’argent qui était jusqu’à maintenant injecté dans des entreprises ou des projets dommageables pour la société et l’environnement ira désormais à des entreprises et à des projets dont l’objectif n’est pas d’obtenir uniquement un rendement financier.

Après tout, les investisseurs durables attachent non seulement de l’importance au ROI (retour sur investissement), mais également au « rendement personnel » (satisfaction de faire quelque chose de bien). Cela crée une situation gagnant-gagnant-gagnant pour les investisseurs, les populations et l’environnement. Et ce, qu’il s’agisse d’influencer positivement les augmentations de capital, de menaces de désinvestissement, d’utilisation du pouvoir de marché, de promotion de projets sociaux ou écologiques ou de distribution de prêts pour le développement à des pays du tiers-monde !

Finance éthique et placement responsableADI : J’ai une assurance-vie chez Linxea (il s’agit du contrat Linxea Avenir). Je découvre que j’ai accès à des unités de compte comportant le label ISR (investissement socialement responsable). Pouvez-vous nous en dire plus sur ce label ?

ISR est synonyme d’investissements socialement responsables. Cela signifie que les entreprises qui portent ce label sont sélectionnées selon une méthode dite de filtrage – généralement une combinaison de filtrage négatif via des critères d’exclusion et de filtrage positif via des critères de qualité.

Le filtrage négatif exclut généralement les entreprises qui gagnent de l’argent dans des secteurs nuisibles à l’environnement ou socialement dommageables (par exemple, le secteur des armes, le nucléaire ou les jeux d’argent). Le filtrage positif compare les entreprises avec l’approche dite « Best-Practice », de sorte qu’il ne reste finalement que la crème de la crème des entreprises durables, éthiques et écologiques.

Note de Nicolas : dans le cadre de la loi PACTE, les contrats d’assurance-vie seront désormais dans l’obligation de proposer au moins une unité de compte labellisée ISR. Certains assurances-vie comme Linxea Avenir (parmi les meilleures assurances-vie) ont devancé la règlementation il y a déjà quelques années. En pratique, en filtrant les fonds ISR sur mon assurance-vie Linxea Avenir, je trouve notamment des fonds actions ISR et des fonds obligations ISR :

ADI : On rencontre désormais l’acronyme ESG. Il s’agit des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance. L’ESG relève des méthodes d’évaluation des entreprises, est-ce bien cela ?

En pratique, le label ESG ne diffère généralement que marginalement du label ISR. En règle générale, les deux sont basés sur une combinaison de filtrage négatif et positif. Le filtrage positif utilise en particulier des chiffres clés connus de l’évaluation des entreprises et met donc davantage l’accent sur la gouvernance d’entreprise. Dans tous les cas, pour être en accord avec ces 2 labels le gérant d’actifs doit chausser ses lunettes filtrantes et ne retenir que les sociétés responsables et durables.

ISR : comment investir de façon durable et responsable ?

ADI : Obligations, crowdfunding, actions, ETF, immobilier, forêts, etc. Votre livre aborde toutes les classes d’actifs. Pouvez-vous nous expliquer les types de placements éco-éthiques que l’on peut trouver dans ces différentes classes d’actifs et leurs spécificités ?

Il est important pour moi de brosser un tableau complet dans mes livres. En effet, toutes les classes d’actifs ne conviennent pas forcément à tous les types d’investisseurs. Le fameux « triangle des rendements », qui dans le cas des investisseurs durables se transforme en un « carré des rendements », montre des sensibilités complètement différentes. J’essaie de répondre à ces dernières en abordant un large éventail d’investissements dans mes écrits.

Je pense qu’il n’est pas nécessaire aujourd’hui de rentrer dans les détails de toutes les classes d’actifs. Je vous invite à vous reporter au contenu de mon livre pour cela. Cependant, on peut dire qu’il existe aussi des placements dans le secteur de l’investissement éthique et écologique qui sont plus ou moins sûrs, plus ou moins rentables et qui exercent une influence plus ou moins directe sur une entreprise ou un projet.

Note de Nicolas : Le « triangle des rendements » est une notion déjà bien connue et présentée sur notre site. Cela revient à évaluer chaque investissement sur 3 critères : le rendement, le risque et la liquidité. Le « carré des rendements » ajoute un 4ème critère propre à ce livre et à l’investissement ISR : la durabilité.

ADI : Les fonds de gestion passive (trackers, alias ETF) sont très populaires en raison de leur bonne performance par rapport aux fonds actifs et de leurs frais de gestion réduits. Nous en sommes friands. Est-ce qu’il existe des trackers éco-éthiques ?

Oui, il y en a. Pour investir en actions, les trackers sont l’un des instruments de placement les plus sûrs et les plus automatisables, surtout pour les investisseurs privés orientés long terme. Au sein de cette classe d’actifs, les ETFs labellisés ISR ou ESG figurent parmi les plus éthiques et écologiques. Il est toutefois conseillé de mener des recherches supplémentaires sur les entreprises représentées, car dans le monde de la finance les brebis galeuses ont une fâcheuse tendance à se mêler au troupeau.

Note de Nicolas : vous trouverez dans notre article sur les trackers un ETF ISR et un ETF « respect de l’environnement ». Par ailleurs, pour les épargnants qui préfèrent déléguer via une assurance-vie en gestion pilotée, sachez que Nalo est la seule offre en France qui propose une allocation 100% ISR en trackers (7 ETF sur la thématique). Vous trouverez ici notre avis complet sur Nalo.

Nalo avis souscrire ISR

ADI : Peut-on obtenir une performance aussi bonne avec des placements 100 % durables et responsables plutôt qu’une allocation sans contrainte ?

Au cours de mes recherches, j’ai découvert que le rendement des entreprises durables sur le plan social et / ou environnemental par rapport aux entreprises conventionnelles n’était pas nécessairement moins bon. Bien au contraire ! Je dirais même que ces sociétés conviennent particulièrement à l’investisseur ayant un horizon de placement à long terme (l’idéal pour les investisseurs privés). En effet, elles sont moins exposées aux risques (conflit social, scandale environnemental, etc.) et leur culture conduit à des rendements plus stables à long terme.

Note de Nicolas : on pourrait penser intuitivement qu’en excluant des secteurs rentables (armement, tabac, etc.) de l’univers d’investissement on perde globalement en performance. Mais il semble effectivement que les performances des investissements éco-responsables sont comparables voire légèrement meilleures à celles des fonds traditionnels. Du moins, ce fut le cas pour le principal indice boursier Européen : l’Euro Stoxx 50 a été battu par son équivalent répondant aux critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) entre 2002 et 2018. Finalement, avec l’investissement socialement responsable on n’échange pas de la performance contre une bonne conscience !

Performance Stoxx 50

ADI : Certaines entreprises se donnent une image éco-responsable parfois discutable dans les faits, ce phénomène porte d’ailleurs un nom : le green-washing. Comment savoir si une entreprise est réellement dans une démarche vertueuse, responsable et sensible au développement durable ? Y a-t-il des pièges à éviter ?

Bien que des progrès soient encore nécessaires à ce niveau, investir dans des fonds ou des ETFs portant les acronymes cités plus haut (ISR ou ESG) permet d’éviter les « Bad Boys » du secteur financier.

Et toute personne souhaitant exercer une influence positive encore plus importante avec son capital/patrimoine peut se tourner vers les « impact investments » tels que l’investissement participatif, les fonds de microfinance ou les fonds de plantation d’arbres. Bien que leur rendement financier puisse être légèrement inférieur, le « rendement personnel » (la satisfaction personnelle), lui, est inégalable !


Avenue des Investisseurs remercie Christopher pour cette interview éclairante sur les nouvelles solutions proposées pour une finance responsable et durable. En privilégiant les investissements écologiquement et socialement responsables, les épargnants peuvent désormais investir « proprement » et influencer à leur niveau le monde de la finance pour un monde en adéquation avec leurs valeurs.

Si vous souhaitez aller plus loin dans ce domaine, nous vous recommandons la lecture de son livre Investir éco-éthique, en vente sur Amazon. A l’image de notre site Avenue des investisseurs, c’est à la fois un guide théorique et un guide pratique. Ainsi, on y trouve des exemples concrets d’investissements socialement responsables avec des listes de fonds d’investissement ISR, d’actions « vertes, éthiques et sociales », de trackers durables, crowdfunding dans des projets d’énergie renouvelable, etc. De plus, le livre présente des allocations patrimoniales types, selon notre âge et notre sensibilité aux risques, toujours sous le prisme de l’investissement socialement responsable.

Les réponses de Christopher Klein ont été traduites par Clément Bourcheix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *